JAY ET BOB CONTRE-ATTAQUENT
Jay and Silent Bob Strike Back - Etats-Unis - 2002
Image de « Jay et Bob contre-attaquent »
Genre : Comédie
Réalisateur : Kevin Smith
Musique : James L. Venable
Durée : 104 minutes
Distributeur : TFM Distribution
Date de sortie : 6 novembre 2002
Film : note
Jaquette de « Jay et Bob contre-attaquent »
portoflio
LE PITCH
Un beau jour, Jay et Silent Bob, deux glandeurs patentés du New Jersey, apprennent que leur ami Banky les a trahis. Bluntman et Chronicle, les héros de bande dessinée qu'ils ont inspirée, vont devenir des stars : les studios Miramax sont sur le point de tourner une adaptation cinématographique de leurs aventures. Sans avertir, ni dédommager les principaux intéressés. Jay et Silent Bob décident alors de se rendre en Californie pour stopper le tournage du film...
Partagez sur :
On the road again

Personnages récurrents des premiers longs-métrages de Kevin Smith, Jay et Silent Bob méritaient bien leur propre film. C'est chose faite avec une aventure débridée et consternante. Le film le plus foutraque du créateur de Clerks.

 

Devenu un symbole de la culture « fun », Kevin Smith est pourtant parti de rien. Glandeur invétéré usant ses pantalons contre le mur d'une boutique, il décida un jour de s'inspirer des discussions et des attitudes de sa bande de potes, et débuta par un faux documentaire (Mae Day : The Crumbling of a Documentary), avant d'enchaîner sur son premier long-métrage de fiction : Clerks. Devenu culte (inconnu mais adulé), le film lui ouvre enfin la porte du monde du cinéma. Dès lors, de projet en projet, on va découvrir un petit monde de gens tout simples, comme nous, à qui il ne devrait pas arriver grand chose. Petit à petit, deux personnages qui n'étaient au départ que secondaires vont prendre de l'importance. Ainsi les fameux Jay et Silent Bob (Kevin Smith lui même) vont passer de simples machines à gags à stars de cinéma (en passant par apôtres, cf. Dogma). Les voilà donc enfin personnages principaux d'une méga production.

 

Scooby-gang

 

Franchement, sans aucune hésitation, Jay and Silent Bob Strike Back se révèle être nettement plus drôle que que le tout venant opportuniste des films pour ados.  Car pour conclure sa saga, Kevin Smith a su s'améliorer, travailler ses petits défauts qui remplissaient jadis les critiques de ses détracteurs. Tout en gardant son sens de l'écriture, de la réplique qui fait mouche, il a revu ses dispositifs de mise en scène. Un peu pantouflard dans ses productions précédentes, son maniement de la caméra se permet ici quelques envolées bienvenues. En partant d'une simple idée - Jay et Silent Bob doivent aller à Hollywood pour stopper le tournage d'un film à leur effigie -, Kevin Smith nous entraîne dans un bordel délirant et monstrueux où se télescopent de nombreux clins d'œil :  à Daredevil, Dawson, Will Hunting, Batman, Star Wars, Scooby Doo, Les Drôles de Dames.... Un véritable concentré de bonne humeur qui vous provoquera des crampes. Le film se paie de surcroît un final en apothéose, gras, débile et naïf. Kevin Smith ne pouvait mieux conclure les aventures de Jay et Silent Bob. Autant c'est dommage, autant on est pressé de découvrir ce que le réalisateur nous réserve pour la suite.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022