THE NAKED DIRECTOR
全裸監督 - Japon - 2019 / 2021
Image de « The Naked Director »
Musique : Taisei Iwasaki
Durée : 800 minutes
Distributeur : Netflix
Date de sortie : 24 juin 2021
Film : note
Jaquette de « The Naked Director »
portoflio
LE PITCH
Dans les années 1980 au Japon, sa détermination a transformé chaque revers douloureux en opportunité. Il s'appelait Toru Muranishi, et il a révolutionné son secteur.
Partagez sur :
Mankowo kudasai !

Apparu pour sa première saison sur Netflix en aout 2019, The Naked Director est le biopic du réalisateur porno le plus audacieux de l'archipel nippon, celui qui cumulera suffisamment de scandales à lui seul pour ériger le visage actuel de la pornographie mondiale.

L'évocation de la grande ascension d'un maître en la matière, adapté du livre Zenra Kantoku Muranishi Toru Den de Nobuhiro Motohashi, qui ne se détournera à aucun moment de son sujet, illustrant ses plus beaux excès jusqu'aux contours cruels de l'industrie du sexe, avec une frontalité aussi étonnante que réjouissante. C'était d'ailleurs bien là l'ambition première de Hiromi Kusano, prenant ensuite le pseudo de Toru Muranishi, ancien vendeur d'encyclopédie sans succès, qui va véritablement s'épanouir en libérant ses fantasmes et en se prenant de passion pour les bini-bon, revues gentiment érotiques, qui vont devenir de plus en plus explicites sous sa direction. Le pas vers le marché de la vidéo se fera avec presque autant de facilités, ou il s'imposera comme « l'Empereur du porno » grâce à ses performances d'acteurs (7000 femmes selon ses dires), de producteur (il invente l'éjaculation faciale, tourne 30 films en 30 jours dans des décors hawaïens, est le premier à investir dans la diffusion satellite), mais aussi comme réalisateur. Pour l'anecdote de ses premiers méfaits, il sera arrêté une première fois par les autorités japonaises pour avoir violé la législation du Jidō Fukushi Hō, pour avoir embauché et filmé une actrice mineure.
Avec une approche presque naturaliste devenue célèbre qui va capturer sur l'écran les premiers orgasmes d'icones du genre dont la fameuse Kaoru Kuroki (sacrée "la plus grande star de l'Adult Video" en 1992 par le Tokyo Journal) dont la  pilosité développée et assumée bouscule les bonnes mœurs nippones, il peut être vu comme le précurseur du porno amateur, voir de Jackie et Michel. Avec l'actrice Kimiko Matsuzaka, il lancera la mode des vidéos à gros seins dans l'archipel. Le succès est immédiat et retentissant, car la société qu'il dirige (Diayamondo Eizō) devient l'une des plus éminentes sociétés de production de programmes pour adultes, et capitalise jusqu'à 10 milliards de yens de recettes (soit environ 80 millions d'euros). Ses méthodes agressives participeront grandement à la chute de la Nikkatsu en 1993.

 

Love on the beat


Un avant-gardiste, un gourou du porno moderne que la série The Naked Director, sans complaisance, dépeint comme un vrai passionné, un homme investi d'une mission : celle de faire tomber les barrières de la censure et les tabous. La série surprend par son ton décalé, et son introduction de l'esthétique pinku-eiga sur la plateforme Netflix. Les corps dénudés se joignent les uns aux autres, dans une frénésie d'épilepsies synchrones. Les cris de joie transpercent chaque séquences et scénettes, donnant cette dynamique loufoque et coquine, qui nous accroche jusqu'à l'extase. La carrière atypique du vrai Toru Muranishi mise en images, transpire de situations improbables et, ahurissantes de plausibilité dans l'extrême. Et le programme, transpose le tout dans une forme ludique et efficace, un brin surréaliste, profitant des interprétations totalement habitée du duo Takayuki Yamada / Misato Morita, à la dialectique très particulière. Cette part surréaliste du show, juxtaposée à la réalité pas toujours reluisante entre police corrompue et yakuzas violents pratiquant l'esclavagisme sexuels, montre comment l'ego décadent d'un visionnaire a su bouleverser toute une industrie. Le révélateur d'une société en pleine (r)évolution. Que ce soit dans la représentation du corps, ou encore la libération des mœurs, c'est une tranche de vie, un visage sociétal assumé et inédit dans le format sériel.

La série Netflix, The Naked Director, constitue le témoignage d'une époque où tout a été bouleversé, une période charnière et faste où la société a mutée à vitesse grand V. C'est un morceau de l'industrie du divertissement qui fait date, et un programme romancé de haute qualité, à ne louper sous aucun prétexte.

Guillaume Pauchant








Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021