LES AVENTURES DE TINTIN - LE SECRET DE LA LICORNE
The Adventures of Tintin - The Secret of the Unicorn - Etats-Unis / Nouvelle-Zélande - 2011
Image de « Les Aventures de Tintin - Le Secret de la Licorne »
Musique : John Williams
Durée : 65 minutes
Nombre de pistes : 18
Distributeur : Sony Classical
Bande originale : note
Jaquette de « Les Aventures de Tintin - Le Secret de la Licorne »
LE PITCH
Parce qu’il achète la maquette d’un bateau appelé la Licorne, Tintin, un jeune reporter, se retrouve entraîné dans une fantastique aventure à la recherche d’un fabuleux secret. En enquêtant sur une énigme vieille de plusieurs siècles, il contrarie les plans d’Ivan Ivanovitch Sakharine, un homme diabolique convaincu que Tintin a volé un trésor en rapport avec un pirate nommé Rackham le Rouge.
Partagez sur :
Comme au bon vieux temps

L'association Peter Jackson / Steven Spielberg sera parvenue à rendre hommage aux albums d'Hergé sans pour autant rogner sur le style narratif et visuel de l'un ou de l'autre. Superbe, Le Secret de la Licorne version grand écran constituait bien le terreau idéal à un nouveau morceau de bravoure de la part de John Williams...

 

Chaque nouveau film de Steven Spielberg a toujours été un double-évènement, les bandes originales composées par John Williams étant, du point de vue des amateurs, au moins aussi attendues que les longs-métrages eux-mêmes. Depuis quelques années en semi-retraite, le compositeur de La Guerre des Etoiles et Superman ne retrouve le chemin des studios d'enregistrement qu'à la demande du réalisateur des Dents de la mer et E.T.. Film d'aventure dans la droite lignée des Indiana Jones, et projet de longue date de la part de Spielberg, Les Aventures de Tintin exhale dans ce contexte une saveur toute particulière, musicalement parlant. Non pas que le score soit, tant s'en faut, l'aboutissement de la collaboration entre les deux artistes ; williamsien en diable, Le Secret de la Licorne ne réinvente pas plus la poudre qu'il ne chamboule les règles du contrepoint. Deux évidences éclatent pourtant dès les premières notes. D'une part : en ces temps de nivellement par le bas de la musique de film à l'échelle internationale, l'écriture à la note de John Williams gagne encore en puissance d'évocation, tel un reliquat isolé d'un lointain âge d'or, sur le point d'être définitivement enseveli sous des masses de textures numériques et autres harmonies FM. D'autre part : inspiré par la candeur irrépressible de son protagoniste, par la malice de son compagnon canin ou par la bravoure maladroite de ce bon vieux Capitaine Haddock, Williams se retrouve, à travers les 65 minutes de cet album, une âme d'adolescent.

 

En avant la musique !

 

Certains se plaindront sans doute que les thèmes ici-présents peinent à caractériser des personnages forts. Ce serait passer à côté de la pertinence de cette bande originale, les leitmotivs appuyant surtout, dans leur grande majorité, une intarissable soif d'aventure. Le thème de Tintin, répétition en deux tonalités différentes (la seconde un ton au-dessus de la première) d'une mélodie ouverte, semble ainsi précipiter le héros vers l'inconnu, le compositeur cristalisant sa curiosité presque maladive. Apposé à une incroyable scène de duel à l'épée ainsi qu'au générique de clôture, le motif central du long-métrage (magistralement décliné tout au long des trois minutes de The Adventure Continues) appuie encore davantage cette sensation de fuite et de péripéties débridées, une phrase entonnée par des violons staccato se voyant sans cesse contrebalancée par des doubles-croches au violoncelle, quand des cuivres ne viennent pas propulser encore un peu plus la partition en avant. Un vrai génie d'écriture, comme on n'en voit plus ces temps-ci, illumine ainsi la partition, le boulimique Williams n'hésitant pas pour autant à signer quelques mélodies directes (la bataille navale, les arpèges liés à Sakharine), ou à verser dans le jazz pur et dur (le morceau d'ouverture, certes inégal ; le piano délirant du thème de Milou). Un belle et grosse prouesse de musique de film en somme, parcourue d'idées d'orchestrations jouissives (cf. ces cordes aiguës et fugaces qui ponctuent une scène de poursuite), et qu'on espère prolongé dans quelques années par Williams lui-même, à l'occasion de la séquelle réalisée par Peter Jackson. On fantasme déjà...

Alexandre Poncet










Partagez sur :
 

01 -The Adventures of Tintin

02 -Snowy's Theme

03 - The Secret of the Scrolls

04 - Introducing the Thompsons, and Snowy's Chase

05 - Marlinspike Hall

06 - Escape from the Karaboudjan

07 - Sir Francis and the Unicorn

08 - Captain Haddock takes the oars

09 - Red Rackham's Curse and the Treasure

10 -Capturing Mr Silk

11 -The Flight to Bagghar

12 - The Milanese Nightingale

13 - Presenting Bianca Castafiore

14 - The Pursuit of the Falcon

15 - The Captain's Counsel

16 - The Clash of the Cranes

17 - The Return to Marlinspike

18 - The Adventure Continues

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022