CONSTANTIN DE CHAMBERLY
France - 2023
Image de « Constantin de Chamberly »
Dessinateur : Arnaud De Viviers
Scenariste : Karibou
Nombre de pages : 64 pages
Distributeur : Pataques
Date de sortie : 11 janvier 2023
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Constantin de Chamberly »
portoflio
LE PITCH
Barbare sensible et philanthrope, Constantin parcourt le monde sauvage de Karskyal pour le convertir aux luttes sociales et aux Lumières. Il rencontre Alia qui veut également découvrir le monde, surtout pour se battre. Ils feront équipe, elle armée de son épée, lui de ses livres, et surmonteront plusieurs épreuves jusqu'à affronter le despote Mort-Lune lors d'une campagne électorale improbable.
Partagez sur :
Conan le politicien

Après les très anachroniques et réussis Salade César et Waterlose, Karibou se tourne désormais vers les mondes barbares de la Fantasy afin de poser une question primordiale : peut-on être un guerrier au glaive tranchant et porter la belle parole des lendemains qui chantent et une démocratie sociale et égalitaire ? Pas si fastoche pistoche.

Faisant clairement partie de la même école que le désormais incontournable Fabcaro, auteur de joyeuseté comme Zaï Zaï Zaï Zaï, Et si l'amour c'était aimer ? et bientôt la reprise d'Astérix, Kariou joue à détourner des univers historiques ou imaginaires bien connus pour venir les confronter à l'absurdité totale du monde quotidien et contemporain. Constantin de Chamberly, fils d'une barbare et d'un heureux lettré, n'est donc pas qu'un héros fort et courageux, pourfendant les créatures du mal, mais un homme instruit, réfléchi, qui prône le dialogue, l'ouverture vers l'autre, et le progrès social. Et d'ailleurs il voudrait mettre fin au règne dictatorial de l'infame Mort-Lune par une élection en bonne et due forme. Le voici donc parti sur les routes de Karskyal, croisant loups-garous, guerriers liches, araignées géantes et bandits de grands chemins, dévissant tout combat potentiel vers un échange argumenté, une élaboration philosophique, une analyse marxiste et une promesse de campagne. Un homme politique soit, mais franc et honnête, convaincu de pouvoir changer le monde et améliorer la vie de son prochain... Preuve que l'on est bien dans un monde fantastique où toutes les limites de l'irrationnel sont tombées depuis longtemps.

 

Votez constantin !


Récit complet mais découpé en mini gags d'une page qui s'enchainent presque sans faiblir, Constantin de Chamberly manie à merveille le sens du décalage, ce croisement improbable mais hilarant entre l'imagerie de Conan Le Barbare et les grandes théories marxiste, les désirs d'une réunion des gauches. Comme une hésitation entre la grandeur de la dialectique et un bon gros coup de hache sur la trogne. Bien entendu si les petites références à la pop culture sont nombreuses, c'est naturellement le marasme idéologique parfaitement français qui est la cible privilégiée de l'auteur et qui offre à l'album une ironie bien sentie et une pertinence assenée non sans une certaine poésie humoristique. Parfois acerbe, souvent à propos, mais constamment hilarant, Constantin de Chamberly aurait sans doute mérité une mise en image soit plus réaliste et fouillée pour se rapprocher des bandes dessinées dérivées de l'œuvre de Robert E. Howard ou alors un style plus épuré, plus clair pour mieux accompagner les cotés strips de la proposition. Jeune dessinateur croisé dans les pages de la revue Spirou, Arnaud De Viviers semble encore un peu fouillis, incertain et finalement n'accompagne pas assez Karibou dans ses délires pour séduire pleinement. Pas de quoi émousser drastiquement heureusement le piquant de cette fable politique de l'âge hyborien. « L'encadrement des loyers pour les cavernes sinistres et mystérieuses ? Constantin de Chamberly dit oui ! ».

Nathanaël Bouton-Drouard


 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023