AURORA T.1 : PHéNOMèNES
France - 2023
Image de « Aurora T.1 : Phénomènes »
Dessinateur : Stephano Raffaele
Scenariste : Christophe Bec
Nombre de pages : 68 pages
Distributeur : Soleil
Date de sortie : 18 janvier 2023
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Aurora T.1 : Phénomènes »
portoflio
LE PITCH
Lorsque s'alignent les huit planètes de notre système solaire, les Enfants de l'Aurore passent à l'action, avec une coordination inexplicable, dans un but de domination et d'asservissement de l'espèce humaine. Leurs caractéristiques de naissance en font des êtres froids et calculateurs. Ceux qui refusent de se soumettre deviennent des proies, les Enfants de l'Aurore se révélant des exterminateurs d'une efficacité terrifiante.
Partagez sur :
Don't play with children

Le duo aux sources d'Olympus Mon, Sarah, Prométhée ou Sanctuaire Genesis revient avec un nouveau thriller fantastique. Comme souvent avec ces deux-là, le contexte on ne peut plus contemporain vient nourrir un mystère entre horreur et science-fiction qui accroche dès les premières pages.

Dans sa coute introduction, Christophe Bec raconte comment l'histoire de ce qui deviendra Aurora lui est apparue dans son entièreté durant une nuit que l'on imagine agité. Les énigmes de la création... bien qu'il semble tout aussi évident que le subconscient de l'auteur a largement travaillé son imaginaire en se nourrissant d'un quotidien récent des plus anxiogènes. Si le scénario navigue entre anticipation (2025) et futur un poil plus lointain, il décrit un monde qui résiste au temps, aux catastrophes, mais semble en même temps de plus en plus habitué à ce qui était autrefois incroyable et effrayant. De nouvelles pandémiess font rage, dont un très aguichant ravival le virus de la peste bubonique, la nouvelle guerre froide est plus que jamais d'actualité, l'Europe est sous haute tension et la scission entre riche et pauvre est plus visible que jamais... Mais comme banalisé. Sans catastrophisme caricatural, Christophe Bec décrit efficacement un monde qui se dirige assurément vers l'irréparable sans même sans offusquer. C'est dans ce contexte qu'apparaissent les enfants de l'aurore, jeunes gens tous nés au même moment sur une planète traversée par une aurore boréale géante.

 

génération spontanée


Des enfants qui ne pleurent pas, de rient pas, développent une intelligence au-dessus de toutes les moyennes, une force étonnante et même pour certain une cruauté et une froideur plus qu'inquiétantes. Phénomènes est un album inaugural et il prend bien entendu son temps pour exposer son postulat initial, pour effectuer quelques focus sur les enfants les plus symptomatiques, pour observer les réactions de leur entourage, mais certainement jamais une lecture lente et contemplative. Les évènements s'enchainent, les questions ne cesse d'être posées, en particulier sur cette « révolution » annoncée, et Christophe Bec imprègne ce qui aurait pu être une origin story de super-héros façon Rising Stars, d'une atmosphère beaucoup plus lourde et inquiétante et de quelques séquences chocs à la violence spectaculaire. Et dans ces cas-là, il sait qu'il peut compter sur le talent de Stefano Raffaele pour en rajouter une bonne couche. Précis dans son trait, délicatement expressif, traçant des séquences parfaitement réalistes et modernes où peut venir poindre une émotion toute naturelle, il est presque surtout connu pour son excellente capacité à y introduire une sauvagerie et une monstruosité dérangeante. Loin d'être mignon, outre un caractère suffisant voir odieux, certains des jeunes protagonistes lancent des regards où pointe une menace particulièrement explicite et palpable. Accrocheur, Aurora s'entame ici avec une grande efficacité. Une aventure prévue en six volumes étalés sur trois ans.

Nathanaël Bouton-Drouard


 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023