SCORCHED, L’ESCOUADE INFERNALE T.1
The Scorched #1-6 - Etats-Unis - 2022
Image de « Scorched, L’Escouade infernale T.1 »
Nombre de pages : 192 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 4 janvier 2023
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Scorched, L’Escouade infernale T.1 »
portoflio
LE PITCH
Face à une menace trop terrible pour un seul héros, la seule solution consiste à former une équipe qui regroupe plusieurs membres à la puissance éprouvée ! Rien ne pourra se dresser sur leur chemin. Dans cet album, Le Faucheur, Le Rédempteur, Le Pistolero, Miss Spawn et Medieval Spawn rejoignent Al Simmons, le HellSpawn en titre !
Partagez sur :
Demonic League of America

Après King Spawn et Gunslinguer Spawn voici la dernière pièce du nouvel univers Spawn imaginé par Todd McFarlane : Scorched. Le versant tout en cuir, en chaines et créatures démoniaques de l'habituel Super-Team, où non, tout le monde n'est pas Super-Friends.

Si en1991 McFarlane présentait sa nouvelle création comme une âme perdue, torturée et définitivement solitaire, les années virent s'accumuler autour de lui quelques acolytes temporaires, d'autres figures se rattacher à son univers et surtout de nouveaux ou anciens Spawn pointer leur nez. Dans Les derniers albums de Spawn Renaissance il n'était alors devenu pas si rare de voir Al Simmons prend la tête d'une troupe plus ou moins hétéroclite, plus ou moins étoffée, afin de parachever sa guerre contre le ciel et l'enfer. Voulant considérablement étendre la proposition éditoriale de la marque Spawn, McFarlane a donc eu l'idée de pousser cette logique jusqu'au bout et ainsi de créer la première équipe officielle de « spawn ». On y croise pour l'instant essentiellement Miss Spawn, Medieval Spawn et le Gunslinger, mais aussi Le Rédempteur (repenti du camps adverse) auxquels vont venir s'ajouter en cours de route Le Faucheur, le briseur d'âme Peste et le très sympa The Haunt, une cocréation de Kirkman qui avait eu sa propre série en 2009.

 

Ravagers assemble !


Croisement de Superman et Batman à lui tout seul, le Spawn central va bien entendu aussi passer par là et prendre la tête de la bande, mais pour mieux montrer le dédain certains qu'il leur porte et surtout appuyer plus encore sur la défiance qui sourd au sein d'une troupe (un traitre y serait caché) pas mal assortie, mais clairement pour l'instant incapable de mesurer la véritable menace qui pèse sur eux. Une dynamique assez inhabituelle du coté de Spawn donc, qui effectivement dynamise un peu le ton habituel de la licence, car Al Simmons n'est plus seul, que cela lui plaise où non. Sympa dans l'idée, mais il faut reconnaitre que la réalisation peine encore un peu à trouver son propre rythme. Déjà à l'écriture sur King Spawn, Sean Lewis se montre bien plus à son aise pour décrire les inévitables prises de bec entre les différents personnages, pour les balancer dans des bastons toujours surdimensionnées (des soldats russes lycanthropes avec tank et avions de chasse, ça fait toujours son petit effet), que pour clarifier une trame de fond assez confuse, voir carrément bordélique dans les chapitres centraux. Un peu inégal aussi, mais toujours plaisant et efficace, l'illustrateur Stephen Segovia (Batman Shadow War, Harbringer, Justice League : New Justice) apporte justement assez logiquement une touche plus classique, moins gothique et décadente que les autres artistes affiliés à Spawn, finissant de faire de cette Escouade Infernale une véritable équipe de super-héros... Pas tout à fait super ni vraiment héroïque, mais on ne les changera pas aussi facilement.

Nathanaël Bouton-Drouard


 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023