LE CRIME PARFAIT
France - 2022
Image de « Le Crime parfait »
Jaquette de « Le Crime parfait »
portoflio
LE PITCH
Le crime parfait est le triomphe de la préméditation ! 15 auteurs de bandes dessinées revisitent un des plus grands fantasmes du roman policier : le crime parfait. 11 récits pour explorer le génie criminel ! Le crime parfait est le triomphe de la préméditation, le criminel doit non seulement camoufler son crime s'il le peut, mais même prévoir toutes les circonstances qui entourent ce crime de manière à ne laisser aucune trace, de façon à ce que son crime se déroule, en quelque sort...
Partagez sur :
L'Art et la manière

Philéas ne fait pas que dans l'adaptation de romans à succès, mais reste toujours très attaché à la figure du polar avec Le Crime parfait, invitation à un menu copieux de onze nouvelles graphiques imaginées par quelques grands noms de la BD contemporaine. Leur point commun restant bien entendu ce fameux crime parfait, celui dont le coupable réussit à se sortir sans une tache... ou presque.

Véritable acmé des grands auteurs de polar et certainement fantasme absolu de tout criminel, le fameux crime parfait n'est en définitive que rarement atteint, voleurs et meurtriers finissant la plupart du temps par laisser filtrer un indice, par faire un mauvais pas ou tout simplement manquer de cette étincelle de chance qui fait toute la différence. Les artistes et auteurs invités ici n'ont pas forcément le même problème puisqu'il leur suffit d'imaginer le larcin dans toute sa splendeur et de le laisser s'exprimer en veillant au grain. Mais dans ce recueil ces derniers ne sont bien entendu que rarement simplistes ou abordés de manière classique. Le Perfectionniste de Krassinsky donne corps à la dernière prestation délirante et macabre d'un artiste extrémiste ; assez proche, Meurtre en abyme de Sandoval et O'Griafa plonge dans l'esprit malade d'une petite fille massacrant sa famille non sans un certain sens artistique ; tandis que Guess fait d'Une Danse ? un voyage admirable dans le vieux Paris populaire où une prostituée réussit à se débarrasser de son micheton grâce à une petite rixe aux surins.

 

Modes d'emplois


D'autres abordent la question avec plus d'ironie et n'hésite pas d'une certaine façon à se détourner gentiment du sujet comme De Metter avec son justement Le Crime parfait où celui-ci provient d'une société future qui a annihilé toute liberté personnelle sans provoquer aucun remou ; comme Rabaté avec Le Train pour Paris où un jeunot trop attirer par une idée nihiliste du libre arbitre assassine sans le vouloir le paternel qu'il n'avait jamais rencontrer ; ou enfin Guérineau et son fantastique Le Crime de Séraphin Bouchet récit tragique du suicide annoncé d'un pauvre bourreau et défenseur de la guillotine trop amoureux de son travail. Chacun voit midi à sa porte, chacun aborde le cadre avec sa propre personnalité, mais il faut reconnaitre qu'une fois encore Chabouté s'impose comme le pivot de l'album en livrant dans son noir et blanc tranché et glacé une évocation redoutable de l'assassinat de JFK. Un défilé de belles prestations, en couleurs ou noirs et blanc, en premier ou second degré, entre l'allégorie et le fait divers, agrémentés à chaque fois d'une petite nécrologie par Anaïs Bon des victimes et de leurs criminels, question d'ajouter encore une petite dose d'humour noir bienvenue. Un bel album donc qui rappelle chaleureusement ces numéros spéciaux ou recueils évènements d'anciennes revues BD aujourd'hui disparues, proposé en version classique (la couverture rouge) ou dans une édition limitée à 1122 exemplaires pour les librairies du réseau Canal BD avec une couverture alternative au dos toilé et un cahier de croquis de huit pages suplémentaire.

Nathanaël Bouton-Drouard


 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022