M.A.S.K. X G.I. JOE : THE DEATHSTONE / KING COBRA
Etats-Unis - 2017
Image de « M.A.S.K. x G.I. Joe : The Deathstone / King Cobra »
Nombre de pages : 96 pages
Distributeur : Vestron
Date de sortie : 24 juin 2022
Bande dessinnée : note
Jaquette de « M.A.S.K. x G.I. Joe : The Deathstone / King Cobra »
portoflio
LE PITCH
Dans “The Deathstone”, Matt Trakker et Scarlett découvrent la véritable nature d’une météorite écrasée sur Terre pour un remake ‘Révolutionnaire’ du tout premier épisode de la série animée M.A.S.K. des années 80 ! Dans “King Cobra”, découvrez à quoi ressemblera le futur alors que COBRA ressuscite sous l’impulsion de Baroness, et recrute les agents de V.E.N.O.M. pour mettre en place un nouveau plan de conquête du monde…
Partagez sur :
déjà les moteurs grondent

Depuis l'ambitieux crossover Revolution, la plupart des licences de jouets et d'animés Hasbro sont devenus les colocataires d'un seul et unique univers partagé. G.I. Joe et MASK en particulier ne cessent dès lors de se croiser et de mêler leurs troupes respectives comme viennent l'illustrer les deux récits principaux, et la très courte histoire en supplément, de cet étrange recueil.

Déjà assez similaires sur bien des points depuis leurs débuts à la télévision dans les années 80, les titres MASK et G.I. Joe ont même tendance à se mélanger allégrement aujourd'hui, les deux forces héroïques, l'une portée par les gouvernements mondiaux l'autre plus officieuse, pratiquant l'alliance de raison face aux associations régulières entre Cobra et VENOM. Du grand classique dans le petit monde des comics et des récits manichéens qui ne se déroulent pas uniquement dans les grandes aventures éditoriales que son Revolution et ses suites, mais aussi dans des épisodes spéciaux plus anecdotiques. L'opus intitulé The Deathstone, publié aux USA dans un Annual de MASK, est ainsi un hommage au premier épisode de la série animée originale où l'on découvrait le premier affrontement entre les véhicules transformables de MASK et de VENOM. L'enjeu y était une météorite tombée sur terre et dont les propriétés pouvaient s'avérer aussi bien salvatrices que destructrices selon qui arriverait à s'en emparer. Une bonne manière de marquer la différence de philosophie entre les groupes ennemis, et qui est ici réécrit par David A. Rodriguez (surtout connu pour ses travaux de coloriste) en y intégrant la nouvelle donne des publications IDW, la météorite devenant le crane d'un Transformers tandis que les camarades de GI Joe et, en particulier la leader Scarlett, se mêlent à la dance.

 

Combinaisons diverses


Une aventure pour fans de la première heure, au déroulé plus que classique, mais où l'action débridé digne du bon vieux programme des mâtinées n'est pas franchement mis en valeur par les pages brouillons (limite amateur parfois) d'Andrew Griffith, pourtant habitués des publications Transformers, G.I. Joe et Micronauts. Amusant dans l'idée mais pas franchement mémorable dans sa finalité, à l'image d'ailleurs des quelques pages dédiées aux nouvelles origines de Cliff Dagger, camarade / homme à tout faire de Mayhem, leader des VENOM, dont seuls les afficionados se souviennent vraiment.

Dernier, et plus gros morceau de l'album, King Cobra se base lui sur les récents évènements du crossover First Strike (aka Revolution II) et projette ses personnages dans un futur hypothétique où, entre autres, Baroness serait devenue la grande leader de Cobra et VENOM et menacerait bien entendu l'équilibre du monde. Simple course à un mystérieux artefact, le double épisode rédigé par Aubrey Sitterson, longtemps éditeur chez Marvel, sert de prétexte à une grosse mêlée bien bordélique, sorte de fourre-tout de personnages issus des licences déjà précitées, qui s'assume dans un second degré cartoon assez plaisant. Des pages, il faut le reconnaitre, surtout sauvées par la prestation graphique d'Ilias Kyriazis (Dirk Gently, Collapser, Galaxy Quest : Global Warning), vive, dynamique et percutante, sublimant un affrontement entre Quick Kick (des G.I. Joe) contre une armada de ninja rouge (merci Frank Miller), où s'emportant généreusement lorsque les véhicules de VENOM se combinent à un decepticon pour devenirs un cobra mécanique géant. Quelques idées sympas, dans un recueil une fois encore pas des plus indispensables.

Nathanaël Bouton-Drouard


 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022