META-BARON T.7 : ADAL LE BâTARD
France - 2022
Image de « Meta-Baron T.7 : Adal Le Bâtard »
Dessinateur : Pete Woods
Scenariste : Jerry Frissen
Nombre de pages : 56 pages
Distributeur : Les Humanoïdes associés
Date de sortie : 18 mai 2022
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Meta-Baron T.7 : Adal Le Bâtard »
portoflio
LE PITCH
Depuis que le Méta-Baron a anéanti l’Empire, les Technos-Technos ont assis leur domination sur la galaxie. Tout bascule lorsque l’épyphite, le carburant des voyages interstellaires, vient à manquer : la planète natale du Méta-Baron est l'unique source d'épyphite. Soudainement, les pires machines à tuer de l’univers se pressent aux portes du Méta-Bunker…
Partagez sur :
Celui qui est après

Le guerrier le plus charismatique de l'univers de L'Incal poursuit sa grande croisade cosmique sous la plume de Jerry Frissen. Mais Sans-Nom laisse désormais place à sa progéniture, Adal, bien décidé à devenir le nouveau Meta-Baron, comme le veut la coutume, en assassinant le paternel.

Crée par Alejandro Jodorowsky et Mobius dans les pages du monument L'Incal, le Meta-Baron est rapidement devenu l'une des figures les plus reconnaissable du trip SF métaphysique et décadent. Bien conscient du potentiel considérable du personnages, autant que de son ordre, le célèbre scénariste lui a même offert une grande saga familiale, La Caste des Meta-Baron, un superbe hors-série, Les Armes du Meta-Baron et une plongée totale dans les racines de cette mythologie avec Castaka. Pourtant après quelques années d'absence, c'est Jerry Frissen (Lucha Libre, Z comme Zombie) qui en 2015 relance la destinée du personnage, faisant de lui l'authentique héros d'une nouvelle virée cosmique et spectaculaire. Bien entendu adoubé par l'argentin en personne, Meta-Baron en fait plus que jamais un anti-héros de BD, une figure bouleversant le cosmos dans un space opera à la fois plus spectaculaire que jamais, et certainement plus accessible dans ses étrangetés. Une proposition aguichante qui a su développer ses propres frontières et entrainer Sans-Nom vers un voyage personnel passionnant et inédit... Pour mieux laisser place aujourd'hui à son fils. Disparu des radars après avoir sauver le monde de la destruction (qu'il avait un peu participé à créer cela dit), Sans Nom à donc laissé un orphelin en colère, Adal dressée par sa mère pour surplanter le géniteur et devenir à son tour le Meta-Baron.

 

Tu seras un meta, mon fils


Dans le début de ce nouveau cycle, Jerry Frissen retrouve naturellement des thèmes qui ont souvent travaillé l'écriture de Jodorowsky et la structure de L'Incal et ses dérivés : la quête existentielle, la filiation, le passage à l'âge adulte par le sang et même la romance passionnelle mais consanguine. Des codes hérités du conte à l'ancienne, de la légende orale et de la théogonie antique et qui s'inscrit parfaitement dans ce futur lointain, ces planètes à la biologie alien et aux peuplades extraterrestre variées et souvent portées sur la conquête interplanétaire. D'ailleurs, Adal retrouve un peu la rage et l'abnégation des premiers Meta-Baron illustrés par Juan Gimenez. Un prolongement encore et toujours aussi réussit, entre monstre mutant se transformant en planète vivante libératrice et prêtresse nue réveillant la magie d'une énergie fossile bienveillante, désormais illustré par l'américain Pete Woods (Deadpool, Stormwatch, Legion Lost). Une légère prise de distance avec l'hyper réalisme de Valentin Sécher, qui donne à l'album des airs de comics grand luxe, plus dynamique et nerveux, mais néanmoins élégant et classieux grâce à une colorisation fouillée et détaillée. L'amplitude du récit et l'impériosité des Meta-Baron sont intactes.

Nathanaël Bouton-Drouard


 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022