ROBIN INFINITE T.1
Robin #1-6 + back-ups Batman #106 + Detective Comics #1034 - Etats-Unis - 2021
Image de « Robin Infinite T.1 »
Dessinateur : Gleb Melnikov
Scenariste : Joshua Williamson
Nombre de pages : 176 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 25 mars 2022
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Robin Infinite T.1 »
portoflio
LE PITCH
Damian a disparu ! Malgré les recherches intensives lancées par sa famille, plus une trace du rejeton démoniaque de Bruce Wayne... Sur les traces de l'obscure Ligue de Lazare, une faction dissidente de la Ligue des Ombres de son grand-père Ra's al Ghul, Damian accède à un tournoi d'arts martiaux établi sur une île secrète. En parallèle, Batman redoute ce que son fils prépare et se demande s'ils pourront un jour se réconcilier après leurs récents différends. Tandis que Damian s'enf...
Partagez sur :
Battle Royale

Robin est de retour. Mais pas n'importe lequel. Damian Wayne, fils de Bruce Wayne et de Talia al Ghul, et certainement le plus dangereux de tous. Un jeune homme (trop) plein d'assurance qui va peut-être devoir apprendre à grandir un peu...

Crée par Grant Morrison au cours de son long et révolutionnaire run sur l'univers Batman dans les années 2010, Damian Wayne s'est immédiatement affirmé comme un visage désormais incontournable de la Batfamily. Un gamin élevé comme un assassin et qui va découvrir le métier de justicier à coté d'un paternel pas des plus démonstratifs... Outre ses capacités martialles hors du commun, le personnage s'affirme aussi par sa morgue, son mauvais caractère et sa passion pour les animaux les plus improbables (la batvache....). Mais après le départ de Morrison, il semble avoir quelque-peu perdu de sa superbe, passant de simple sidekick à meurtrier sans états d'âme, d'un gosse touchant à tête à claque, d'un scénariste à l'autre, sans que personne ne semble trouver le bon équilibre, si ce n'est dans le très fun Super Sons de Peter J. Tomasi. C'est qu'il ne faut jamais oublier que Damian est un préado. Un vrai, attachiant comme il faut. Et c'est ce que semble avoir bien compris Joshua Williamson, nouvelle valeur sûre de DC Comics après son passage réussi sur The Flash et sa participation centrale au reboot Infinite, qui lui offre non pas une grande introspection psychologique et morale, mais bien une aventure ultra fun et débridée.

 

l'envol de l'oisillon


Une épreuve à sa hauteur, qui l'envoit en solo sur une l'île de Lazare où va avoir lieu un tournoi mortel dont le gagnant obtiendra l'immortalité. Un trip façon Avengers Arena mais en plus sanglant et en plus décontracté, occasion nouvelle pour le héros de démontrer ses nombreux, mais aussi les limites liés à son envahissant orgueil, tout en le rapprochant de quelques personnages souvent inédits comme Flatline, capable d'absorber les capacités des mourants, ou sous-exploités comme Connor Hawk, fils de Green Arrow passé lui semble-t-il du coté obscur. Ca se jauge et ça se vanne autant que ça se castagne, dans des épisodes bien rythmés, toujours agréables, où on va découvrir que bien entendu des choses beaucoup plus sombres se trament derrière le prétexte affiché de compétition, sous doute en lien avec des branches de la secte d'assassins. Williamson n'oublie pas non plus d'évoquer ses rapports toujours tumultueux avec ses parents, son mythique grand-père Raz al Ghul et la jeune garde de sidekicks de Batman. Sans redéfinir l'essence du personnage, il en retrouve toute la fougue et la pertinence. Ce Robin Infinite, c'est aussi l'occasion de découvrir l'illustrateur Gleb Melnikov (Go Go Power Rangers, Angel + Spike) dont les premiers travaux sont encore inédits en France, et qui impose un style anguleux, vif et nerveux qui n'est pas sans rappeler celui d'un Frank Miller. Là aussi c'est l'énergie qui prime avec un découpage acéré et percutant.

Nathanaël Bouton-Drouard


 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022