ARKHAM MYSTERIES T.1 : LE CIEL DES GRANDS ANCIENS
France - 2022
Image de « Arkham Mysteries T.1 : Le Ciel des grands anciens »
Dessinateur : Manuel Garcia
Scenariste : Richard D. Nolane
Nombre de pages : 56 pages
Distributeur : Soleil
Date de sortie : 2 janvier 2022
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Arkham Mysteries T.1 : Le Ciel des grands anciens »
portoflio
LE PITCH
1919. En Mongolie, Seth Armitage ouvre une boîte de Pandore plus ancienne que l'humanité. 1921. Revenu avec une sorte d'horoscope tatoué dans le dos, il est engagé par l'Université de Miskatonic à Arkham pour y remplacer un professeur mort de manière suspecte. Et ce qu'il va découvrir, avec Skylark Duquesne, de l'Arkham Sentinel, et un nommé H. P. Lovecraft, a de quoi donner la chair de poule...
Partagez sur :
Livres maudits

Sans doute faut-il en grande partie remercier le succès éditorial des adaptations de Gou Tanabe, mais il est clair que l'œuvre de H.P. Lovecraft connaît un sacré regain d'intérêt dans le petit monde de la BD. Dernière tentative en date d'explorer les ténèbres des grands anciens, Arkham Mysteries joue la carte de la relecture du mythe... avec le romancier en guest-star.

Là où le célèbre mangaka reprend pas à pas les grands titres de la bibliographie du célèbre auteur du mythe de Cthulhu, cette nouvelle série entamée par le prolifique scénariste Richard D. Nolane (Vidocq, La Grande Guerre des mondes, Space Reich...) s'amuse plutôt à mélanger les références, différentes trames de ses romans et nouvelles pour les réorchestrer autour du protagoniste Seth Armitage, intellectuel courageux et bien trop curieux. Une relecture globale, totalement post-moderne et ultra référencée, que Nolane pratique depuis un moment déjà entre ses dystopies rétros ou ses décalages d'œuvres populaires européennes. Le héros part donc sur les traces d'une civilisation disparue et mystérieuse, disparaît plusieurs jours et se retrouve affublé d'un étrange tatouage, puis sera enlevée par le chef d'une inquiétante secte qui souhaiterait le sacrifier au seigneur Lloigor, passera dans un asile avant de retrouver un poste d'enseignant à l'université de Miskatonic dans la ville d'Arkham. Une première moitié d'album ultra condensée dont l'enchaînement inlassable d'épisodes interdit toute mise en place convaincante d'une véritable atmosphère... ce qui fait pourtant véritablement la force de Lovecraft.

 

pacte à demi-mot


Le pauvre devient même ici simple personnage secondaire, témoin triste des évènements se préparant dans cette ville où se multiplient les meurtres cruels et les apparitions d'étranges être difformes échappés de la voisine Insmouth. Le scénario récite son petit Dexter Ward appliqué entre road movie et vieux polar... Un peu à la manière du fabuleux Providence d'Alan Moore, série terrifiante et analytique, qui plongeait à corps perdu dans l'esprit de Lovecraft pour en exposer l'impact colossal sur la littérature et la fiction moderne. Dans Arkham Mysteries on en est très loin, l'album se contentant d'une petite aventure pulp un peu laborieuse. Déjà assez dense dans son écriture, Le Ciel des grands anciens manque tout autant de respiration dans ses planches concoctées par l'espagnol Manuel Garcia. Croisé autant du coté des comics Marvel ou DC (Daredevil, Green Arrow...) que des publications franco-belges (Les Voleurs de beauté, Une Génération française), il pratique ici un encrage assez épais qui donne à son trait des contours un peu changeants et pas toujours des plus élégants au milieu des nombreux applats de noirs. Surtout, la précipitation du récit, oblige régulièrement à la mise en place d'ellipse difficilement négociés et d'effets de surprises... visibles sur la page adjacente. Très modeste album donc, qui peine à s'imposer aux cotés de lourdes références et à univers manifestement trop grand pour lui. On se frotte pas impunément aux ailes d'Azathoth.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022