FUTURE STATE : SUPERMAN
Superman of Metropolis #1-2 + Mister Miracle The Metropolis Menagerie part #1-2 + The Guardian #1-2 + Superman Worlds of War #1-2 + Midnighter #1... - Etats-Unis - 2021
Image de « Future State : Superman »
Dessinateur : Collectif
Scenariste : Collectif
Nombre de pages : 520 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 22 octobre 2021
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Future State : Superman »
portoflio
LE PITCH
Les siècles passent et les Kryptoniens voient leurs alliés et ennemis changer. Alors que Jonathan Kent peine à s'imposer comme le digne héritier de son père, Superman joue sa vie dans les arènes de Warworld et sa cousine, Kara Zor-El, crée sa propre forteresse sur la Lune. Toujours mu par son intérêt personnel, Lex Luthor tente de son côté de détruire les Planètes Unies dans un monde qui, près de mille ans après notre ère, n'a plus rien à voir avec celui que nous connaissons.
Partagez sur :
The House of Hel

Après les albums consacrés a Batman et la Justice League, il est temps d'explorer l'avenir de Superman et de ses proches dans un imposant pavé de plus de 500 pages. Une œuvre collective inégale, mais parsemée de bonnes surprises entre temporalités tarabiscotées et hommages au Sup' de l'âge d'or.

Autre évènement éditorial DC, Future State est venu combler le vide laissé après les évènements cataclysmiques de Death Metal. Un crossover globale mais étalé, chose rares sur seulement deux mois de publications. Les titres changent temporairement de nom et de numérotation et s'intéressent à l'avenir du monde DC cinq ans dans le futur, dix ans, trente, mille ans où jusqu'à la fin des temps. Un peu comme un terrain d'exploration libre qui permettrait aux auteurs d'imaginer les possibles à venir et préparer le terrain pour les futurs revirement permanents des titres maison sous le nom Infinite Frontier, sorte de relaunch (encore !) sans l'être (encore !). Après Future State Batman et Future State Justice League (en deux tomes chacun) voici donc le cinquième volume de cette intégrale française, consacrée comme son nom l'indique à la famille de Superman. L'occasion ainsi de proposer en ouverture la prise en main du destin de Metropolis par Jonathan Kent (désormais Superman officiel d'ailleurs) avec une nouvelle confrontation face à une évolution dérangée de Brainiac, dans laquelle le jeune héros peine à faire ses preuves, mettant même la cité en bouteille pour la protéger. Une mise en bouche malheureusement pas franchement excitante, qui agace même sa tante Superwoman, ex-Supergirl. On est pas plus convaincu par une plus lointaine rencontre avec une nouvelle Wonder Woman sur fond de mythologie amérindienne.

 

I've seen the future and it will be


De son côté Kara Zor-El reprend un peu du poil de la bête dans son propre récit où retranchée sur la lune, elle entame la construction d'une citée idéale en compagnie de divers exilés. Une petite réflexion sur le lègue des héros et leur place de guide surtout superbement mis en image par Marguerite Sauvage. Finalement au milieu de cette anthologie construite plus ou moins chronologiquement, parsemé d'apparitions plus secondaires du Gardien, de Black Racer, Mister Miracle ou Midnighter (le délire très Doctor Who de ce dernier est plutôt amusant cela dit), c'est encore le Superman d'origine qui gagne largement aux points, que ce soit par sa propre présence ou son incontournable héritage. Mondes guerriers qui nous le fait découvrir enchaîné sur l'une des planète du tyran Mongul, obligé de se battre comme gladiateur dans une arène, alors que sur terre ceux qu'il a sauvé s'efforcent de partager son message. Plus léger, le Superman contre Lex Imperator nous rejoue une énième joute entre les deux ennemis, désormais plus tous jeunes, alors que Lex Luthor tente de faire reconnaître sa planète auprès de l'Organisation des Planètes Unies... Et c'est Lois Kent qui va devoir jouer les ambassadrice. Une comédie très Lois & Clark aux contour de space opéra presque parodique signé par un Mark Russell qui ne s'interdit pas quelques parallèles politiques plus contemporains. A noter d'ailleurs que si les scénarios confiés à plus d'une dizaine de signatures (dont Bendis ou Becky Cloonan) sont de qualités fluctuantes, du coté des illustrations ont profite ici constamment de planches très élégantes (Mikel Janin, Scott Godlewski...) ou de propositions plus aventureuses et marquées (Gleb Melnikov, Valentine De Landro...) qui renouvellent constamment l'intérêt de la lecture.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021