TEXAS BLOOD T.1
That Texas Blood #1-6 - Etats-Unis - 2020
Image de « Texas Blood T.1 »
Dessinateur : Jacob Phillips
Scenariste : Chris Condon
Nombre de pages : 168 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 23 juin 2021
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Texas Blood T.1 »
portoflio
LE PITCH
Joe Bob Coates est le shérif vieillissant du compté d'Ambrose au Texas. Il n'est pas loin de raccrocher quand le chaos se déchaîne autour de lui, à la suite de la mort mystérieuse d'un petit voyou local. La tension monte encore d'un cran lorsque le frère du défunt refait irruption en ville après bien des années...
Partagez sur :
Boys are back in town

Voici un nouveau polar graphique pour cet été publié par Delcourt. Une virée dans un bled paumé du Texas où y retourner oblige à faire face à ses vieux démons... Et non, ce n'est pas signé Brubaker / Phillips. Quoi que.

Car il y a bien un Phillips ici. Jacob Phillips, jusque-là coloriste de talent, qui avait d'ailleurs fait ses premières armes avec Sean Phillips... Son père. Première passage à la planche intégrale en somme, mais avec une approche beaucoup plus réaliste, moins anguleuse, brute et épurée que son paternel. Un style différent, mais on ressent inévitablement une proximité constante entre les deux identités, par le travail des couleurs forcement, souvent délavées et atmosphériques, et l'atmosphère générale qui scrute sans détour une frange modeste de la sociétés américaine, trouvant dans sa délinquance un révélateur d'humanité. Ici c'est Ambrose, petite ville du Texas où Randy s'oblige à mettre les pieds suite à la découverte du corps de son frère, assassiné. Deux frangins connus autrefois pour leurs frasques, l'un s'étant enfoncé toujours plus loin dans la truanderie, l'autre ayant préféré fuir. Il est bien entendu question de rédemptions dans Texas Blood, comics aux allures de western moderne, mais de celles qui sont impossibles, où le passé et une réalité écrasante, viennent rattraper les évadés.

 

Ring of fire


Jeune scénarise presque débutant lui aussi, Chris Condon compose une chronique désenchantée où la découverte du meurtrier passe rapidement au second plan derrière la description de la mécanique implacable qui se met en place : regards en biais et jugement des habitants, retours de l'ancienne petite amie délaissées, dettes de sang à éponger auprès du caïd local... Une structure bien menée mais en définitive assez classique, dont le petit final ne risque pas de surprendre beaucoup les amateurs du genre. Là où ce premier album se montre le plus efficace, c'est dans l'installation de Joe Bob Coates comme repère moral d'Ambrose. Un shériff en fin de carrière, pas loin de la retraite, qui tente de maintenir sa communauté à flot et d'enquêter sur le dernier crime en date avant que certains se fassent justice eux-même. Personnage secondaire (pour l'instant) tout au long du récit, les auteurs lui offrent tout de même un chapitre inaugural parfaitement écrit, évoquant avec justesse le temps qui passe, les vieux souvenirs et la tristesse récurrente du banal fait-divers. Une brillante introduction au niveau de laquelle la suite n'arrive plus à se hisser que par intermittence. A voir si dans le futur, ce brave Marshal continuera à veiller sur ses voisins avec autant de bienveillance et de pertinence.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021