RAW HERO T.1
ロウヒーロー - Japon - 2018
Image de « RaW Hero T.1 »
Dessinateur : Akira Hiramoto
Scenariste : Akira Hiramoto
Nombre de pages : 176 pages
Distributeur : Soleil
Date de sortie : 23 juin 2021
Bande dessinnée : note
Jaquette de « RaW Hero T.1 »
portoflio
LE PITCH
Chiaki enchaîne les entretiens d'embauche infructueux, mais un jour, n'écoutant que son sens de la justice et son courage, il interrompt une agression sexuelle dans le métro. Grâce à cette prouesse, il parvient à décrocher un nouveau job : devenir la taupe au sein de la SALF, une organisation visant à décrédibiliser les super héros, pour pouvoir les mettre hors d'état de nuire.
Partagez sur :
spank me again

A peine achevée en France la traduction des 28 tomes (!!!) de Prison School que voici que débarque déjà, et en fanfare SVP, la nouvelle série d'Akira Hiramoto. Bien entendu il est toujours question de pratiques sexuelles plus que douteuses, de perversions, de petits gars pathétiques et... de super héros !

Mangaka plutôt doué, excellent narrateur comme a pu le prouver son trop méconnu Me & The Devil Blues, fin dessinateur jouant habilement des morphologies, des rondeurs et des expressions, Akira Hiramoto aura surfé pendant un presque dix ans sur le succès phénoménales de son irrévérencieux Prison School, grosse pochade SM cultivant les cadrages à l'entre-jambes, les humiliations lycéennes et l'humour grotesque. Une recette qui aura, il faut l'avoué, perdu un peu de son efficacité tout au long d'une série sans doute un peu trop longue pour son bien. On repart de zéro avec RaW Hero donc... Enfin pas tout à fait puisque l'auteur reste dans la même veine de la comédie ultra sexuée et terriblement improbable. Prenant pour un cadre un Japon où la loi est désormais exercée par un organisme de super-héros légitimes, la JMT (Justice Management Team), ce premier tome montre comment le sympathique Chiaki, simple jeune cadre au chômage, se voit devenir agent secret envoyé pour infiltrer la SALF. Un mouvement vaguement révolutionnaire et contestataire, souhaitant un retour des super-héros à l'indépendance. On ne serait pas loin d'un pitch à la Civil War, mais ou bien entendu le spectaculaire et les batailles homériques ne sont pas encore au programme, trop occupés par la trivialité et les situations absolument débiles.

 

mission pas très possible


Véritable victime des circonstances, trop gentil et bien attentionné pour figurer dans un manga aventureux, Chiaki qui tente de subvenir aux besoins de ses deux petits frères, tente vainement dans le premier chapitrie de dialoguer avec son futur supérieur constamment la main plongée dans la culotte (et pas que) d'une demoiselle peu résistante. Une petite mise en bouche des déboires qui l'attendent, certainement provoqués par les fantasmes de ce Commissaire Adjoint de la JTM qui pour la première mission du jeune homme, un entretien d'embauche au sein de la SALF, va intervertir la valise des documents top secret avec celle contenant la robes sexy et le scénario sexuel de sa prostituée du soir. Voici donc Shiaki débarquant fraîchement tout apprêté, travestis, maquillée et troublé (ils aiment toujours un peu ça les héros d'Hiramoto), s'embarquant dans un quiproquo hallucinant et poussif à souhait s'achevant par une fellation de la trompe d'éléphant qui sert de masque au costume de l'un des examinateurs... On ne peut reprocher à l'auteur de ne pas aller jusqu'au bout de son délire et de se restreindre sur le mauvais goût ! Si les amateurs de Prison School retrouveront aisément leurs marques dans ces pages, il est pour l'instant un peu difficile d'y voir autre chose qu'une simple boutade un peu crue et déculottée, une autre occasion de dessiner des tenues lycras plus proches des costumes masochistes que des accessoires bariolés façon Marvel. Marrant mais ça ne va jamais plus haut que la ceinture.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021