PHOBOS T.1 : L'ENVOL DES éPHéMèRES
France - 2021
Image de « Phobos T.1 : L'Envol des éphémères »
Dessinateur : Eduardo Francisco
Scenariste : Victor Dixen
Nombre de pages : 80 pages
Distributeur : Glénat
Date de sortie : 9 juin 2021
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Phobos T.1 : L'Envol des éphémères »
portoflio
LE PITCH
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l'œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l'une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l'amour. Elle a ...
Partagez sur :
2021 l'odyssée sentimentale

Victor Dixen adapte lui-même chez Glénat sa série de Science-fiction la plus célèbre : Phobos. Un croisement entre un chapitre inédit d'Arthur C. Clark et les retransmissions des descendants du loft qui marie conquête spatiale et conquête amoureuse. Mais pas sûr que l'issue ne soit « que du bonheur ».

Publié à partir de 2015 la série de quatre romans (plus un) signé Victor Dixen avait alors rencontré un certains succès auprès du lectorat adolescent et reçu une belle poignée de prix bien mérités (Prix Imaginales des Collégiens, le Prix Chimères...). Un récit de science-fiction qui fait effectivement écho a de nombreux questionnement actuels, posant son regard vers une probable colonisation de la planète Mars (mais à quel prix?) et la fascination des masses pour la télé réalité et ses jeux de séduction et d'élimination. Un pitch malin qui envoit donc six jeunes femmes et six jeunes hommes, venus de tous les coins du monde, tous beaux comme de dieux, à bord d'un navette spatiale à destination de la géante rouge qu'ils devront à terme peupler de leur progéniture. Tout cela sous le regard de terriens qui assistent à leur speed dating, leurs confidences feutrées et une compétition qui fait monter les tensions. On reconnaît les atours principaux des productions TF1, M6 et consorts, mais que Victor Dixen réussit à manier intelligemment, les rendant effectivement assez addictifs au premier degré, tout en y apposant un regard plus distancié venant questionner la culture de l'image, la gloire de la superficialité et plus directement l'aspect assez barbare de ces sélections jamais naturelles.

 

jeunesse sacrifiée


A cela s'ajoute en outre des enjeux beaucoup plus importants puisque la mission n'a bien entendu pas été conçue avec les meilleurs intentions, la firme Atlas Capital ne se bornant pas qu'à exploiter la bonne volonté de ces jeunes gens. Entre thriller technologique, survival spatial et quêtes amoureuses, Phobos retrouve toutes ses qualités propres dans cette adaptation concoctée par le romancier en personne. La trame reste donc extrêmement fidèle, même si forcément un peu élaguée sur certains détails, mais y gagne aussi clairement par sa mise en image. Un travail notable a été effectué sur le choix et la mise en valeur des couleurs, particulièrement vives voir pétillantes lors des retransmissions télévisées (avec tous les effets de montage implicites), plus feutrés dans les salons et surtout plus crues, réalistes et sombres dans les coulisses. Le trait assez réaliste d'Eduardo Francisco (Aliens Défiance, Mass Effect), à la fois suave et charmant sur les protagonistes, en particulier la rousse Leonor, et beaucoup plus grotesque sur les organisateurs, fait certes écho à un certain manichéisme, mais se prête particulièrement bien au dispositif. Visuellement, on note aussi un soin très poussé apporté aux reconstitutions spatiales, que ce soit du coté des designs et de la mécanique des différentes navettes visibles, que des combinaisons ou effets physiques rencontrés au différentes étapes de la mission. Un socle de crédibilité qui permet d'embarquer rapidement le lecteur dans cette télé-réalité du futur, ce voyage vers l'Amour... et un destin funeste.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021