PULP
Etats-Unis - 2020
Image de « Pulp »
Dessinateur : Sean Phillips
Scenariste : Ed Brubaker
Nombre de pages : 72 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 12 mai 2021
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Pulp »
portoflio
LE PITCH
Max Winters, un écrivain de Pulps dans les années 1930 à New York, est entraîné dans une histoire qui rappelle celles qu'il écrit pour cinq cents le mot - des histoires mettant en scène un hors-la-loi du Far West qui rend justice à coups de revolver. Max sera-t-il aussi efficace que ses héros face à des braqueurs de banque, des espions nazis et des ennemis issus de son passé?
Partagez sur :
La dernière cartouche

Le duo de Criminal, et autres polars racés, Ed Brubaker & Sean Philips, remet le couvert avec une chronique amère de la fin d'une époque. Celle des héros de l'ouest, de l'Amérique des fantasmes et des grands feuilletons populaires publiés dans ces fameux pulps, revues à quelques sous, mais qui auront donné naissance à de nombreuses légendes.

S'émancipant de plus ne plus des formats comics classiques, Ed Brubaker et Sean Phillips ont proposé cette dernières créations directement en TPB aux USA, soit un album petit format, mais intégrale, d'un peu plus de soixante pages. Pas d'épisodes à suivre, pas de rattachement à une licence connue, mais une nouvelle plongée dans les univers film noir du binôme, un roman graphic comme on dit parfois, qui va à l'essentiel, retrouvant justement l'efficacité sobre des romans de gare dont il s'inspire. Récit donc d'un ancien porte-flingue, qui aurait dû se mettre à la retraite depuis bien longtemps si la réalité de la vie ne l'avait pas rattrapé et obligé à enchaîner les piges. Contacté par un ancien de la Pinkerton qui fut longtemps sur ses traces alors qu'il était gangster dans le lointain ouest sauvage, il se sent prêt à rempiler autant pour de pure question économique, pour des questions morales (braquer une organisation nazi américaine ça fait envie) que sans doute pour marquer sa vie d'un ultime haut fait. Max sentant sa fin proche après un premier accident cardiaque en forme de signal d'alarme. La fin d'une époque en sommes qu'Ed Brubaker a la pertinence de placer à cheval sur deux époques. D'un côté le New-York des années 30, celui de la prohibition et des gangsters élégants à étuis à violon, et de l'autre celui du western qui façonne autant les souvenirs du héros que la série de nouvelles romancées qui sont devenues son gagne-pain.

 

Les denrières balles


L'occasion pur l'auteur de rappeler brièvement le statut précaire, déjà, de ces auteurs floués par leurs éditeurs (annonçant directement le système des comics), et de creuser une fois encore l'angle méta, la mise en perspective entre fiction et réalité. Le récit oscille alors constamment entre les deux, sur le fil, s'efforçant constamment de retrouver la fibre héroïque et presque romantique des récits fondateurs, tout en rappelant systématiquement la cruauté ou la tristesse du quotidien. Pulp se révèle ainsi à la fois la dernière aventure d'un vétéran qui, comme dans l'Impitoyable de Clint Eatswood, n'a plus d'autre espoir que de partir avec un minimum d'honneur, et la mise en perspective d'une nation qui s'est empressée de transformer ses cowboys en outlaw pour mieux installer ses inégalité, ses injustices. Pulp est un exercice assez fascinant, presque épuré dans sa narration, sobre et efficace dans sa construction, mais constamment et puissamment nourri par un regard acéré sur les genres et les mythes qu'il approche. Et celui qui prend le plus cher reste le mythe américain, dont Brubaker n'hésite pas à rappeler une nouvelle fois l'intolérance et la brutalité dont il peut faire preuve. Un album mélancolique et désenchanté, pour ne pas dire morose, où Sean Phillips se place comme le complément indispensable, croisant les deux atmosphères, les masses opaques du film noir et les couleurs chaudes des trames d'un western de BD, pour laisser affleurer une âme profondément humaine, une précision des décors et un réalisme brossé des personnages, qui n'oublient jamais l'émotion vive. Une nouvelle réussite à mettre à leur acompte certainement, mais Pulp est peut-être aussi l'une de leurs publications qui s'approche, par son épure d'une rare justesse, aussi fermement de la perfection. Si tant est qu'elle existe.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021