MARQUéS
Espagne - 2021
Image de « Marqués »
Dessinateur : Javier
Scenariste : Damián
Nombre de pages : 104 pages
Distributeur : Ankama Editions
Date de sortie : 16 avril 2021
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Marqués »
portoflio
LE PITCH
Dix ans après un terrible drame, Pablo, 17 ans, et Marta, 20 ans, tentent de se reconstruire.  Le jeune homme travaille dans un supermarché et pratique les arts martiaux pour canaliser sa colère. Sa sœur est thanatopractrice et, malgré la cicatrice qui lui barre le visage, elle reste belle et fière.Mais les choix de Pablo vont les faire basculer dans l’univers sordide des combats clandestins et la sortie de prison de leur mère va réveiller la douleur des drames passés.
Partagez sur :
La rage aux poings

Après la virée démoniaque et métal de The Killmasters, les cousins Damián et Javier, livrent un nouvel affrontement désespéré chez Ankama. Celui plus terre-à-terre, d'un frère et d'une sœur face à l'implacable dureté de la vie.

The Killmasters était une grosse série B, voire Z, aussi bourrine que manichéenne. Marqués est un drame déchirant, largement plus réaliste, qui s'attache au quotidien âpre de deux jeunes gens à l'histoire familiale des plus compliquée. Une trajectoire pour laquelle le scénariste Damián, ancien éducateur spécialisé, s'est manifestement inspiré de son expérience et de ses rencontres. Pablo et Marta ont ainsi été abandonnés par leur mère toxico, envoyée en prison, après avoir subis les maltraitances d'un peau-père dont on n'apercevra au final qu'une silhouette et une rage fugace. Pablo en sortira avec un tatouage bestial dans le dos que lui a fait ce dernier sans consentement. Marta avec une balafre au milieu du visage. Un père décédé depuis longtemps, un grand-père qui peine à préserver le lien... Forcément tous deux ont parfois bien du mal à se raccrocher à la vie, constamment rappelés à l'ordre par leur cicatrices visibles et celles plus enfouies. Elle, semble plus posée et apaisée, même si forcément son métier de thanatopractrice n'est pas un hasard. Lui par contre continu d'être mû par une violence explosive, un besoin de vengeance et d'auto-destruction qui vont le faire passer de petit dealer du dimanche à combattant sur des rings clandestins, quitte à mettre, lui et ses proches, en danger.

 

Dans la peau


Tout est affaire de reconstruction, de guérison, avant finalement que le point de non retour ne soit atteint. La description de la banlieue, de ses petites vies abîmées et des âmes errantes qui l'habitent, touche constamment une corde sensible, crédible sans sombrer dans le misérabilisme. Les deux héros sont touchants, attachants, même dans leurs relations amoureuses naissantes, mais ce qui rehausse véritablement l'album est l'adjonction à cette approche entre la précision journaliste et le mélodrame télévisé, d'un graphisme fébrile concocté par Javier. Un trait légèrement caricatural, un poil cartoon, mais pourtant emprunt d'une lourde gravité, d'une sécheresse acérée et d'une dureté constante. Les personnages ont l'air fatigués, meurtris, en bout de course, tandis que les combats aux poings explosent le plus souvent dans un chaos de corps déformés et d'impacts brutaux. Une atmosphères particulière, sombre, qui baigne dans des couleurs opaques tout juste soulignées d'un rouge sang rappelant cette colère qui ne cesse de monter et asphyxie les deux héros. Entre chronique sociale et petite tragédie urbaine, Marqués décrit avec sensibilité l'envers cruel de nos petites vies contemporaines.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021