LE RETOUR DU MESSIE T.1 
Second Coming #1-6 - Etats-Unis - 2020
Image de « Le Retour du Messie T.1  »
Dessinateur : Leonard Kirk, Richard Pace
Scenariste : Mark Russell
Nombre de pages : 144 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 31 mars 2021
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Le Retour du Messie T.1  »
portoflio
LE PITCH
Dieu ordonne à Sunstar - le super-héros le plus puissant de la Terre - d'accueillir son fils, autrement dit Jésus, en tant que co-locataire, afin de lui apprendre à utiliser ses pouvoirs de manière plus... puissante et spectaculaire. Jésus, choqué par la façon dont les humains ont déformé son message et celui de son père, jure de tout faire pour remettre les choses en place.
Partagez sur :
Jesus christ superstar

Le fils de dieux est-il un super-héros comme les autres ? Son message de paix peut-il vraiment être encore entendu dans ce monde de brutes ? Doit-on vraiment tendre l'autre joue ? Va-t-il enfin se décider à ranger sa chambre ? Autant de questions auquel l'effronté Le Retour du Messie entend bien répondre s'il a le temps.

On pourra dire qu'il l'avait bien cherché à vouloir se frotter aux saintes écriture et au créateur en l'envoyer bourlinguer avec un ersatz de Superman, mais Mark Russell fait office de petit grain de sable dans l'industrie policée des comics. Déjà sa relecture satirique de Prez chez DC Comics avait le dont de taper là où ça faisait mal (les institutions américaines en particulier), tandis que sa relecture ironique de la bible, God is Disappointed in You, avait de quoi faire hurler les plus conservateurs. Une manière attirante et moderne de s'attaquer à des sujets tabous, à détourner l'actualité pour mieux en questionner les aspects les plus tragiques, qui se teinte à chaque fois d'un profond humanisme, d'un besoin de dialogue et d'espoir... Un peu dommage de voir alors comment la grande maison DC Comics a tristement fait machine arrière avec Second Coming (titre original), lâchant cruellement le projet dès que la polémique médiatique et les hurlements d'associations rétrogrades ont pointé leur nez. Pas si grave au final puisque le petit éditeur Ahoy Comics a accueilli chaleureusement le bébé. Mais cette naissance difficile prouve bien que le propos de la série est on ne peut plus pertinent. Bien entendu Le Retour du messie se veut une vraie comédie super-héroique, un nouveau "buddy movie" où Sunstar ferait office de nounou pour un Jesus trop naïf, trop gentil pour le monde réel, avec son lot de dialogues colorés, de second degré, d'allusions cinglantes et de parodies féroces des codes du genres.

 

Le nouveau nouveau testament


Un aspect souvent très réussi en particulier lorsque Dieu le Père (plus que jamais) pointe son nez avec ses faux airs de Sean Connery et sa mauvaise humeur (et sa mauvaise foi) légendaire. Mais sous les dehors rigolards, l'album ne dissimule pas sa volonté de questionner les préceptes de la chrétienté et surtout ses errances dogmatiques qu'il imagine bien loin désormais de la simplicité de la parole initiale. Jesus cherche l'humanité autour de lui, Sunstar cherche celle qui l'habite encore, et forcément leur affrontement annoncé contre le vilain Satan, fils déçu plus que déchu, et son armée de super-vilains foireux, tient plus de la leçon de vie, de la remise en question métaphorique, que d'une simple opposition entre le bien et le mal. Conçu comme un divertissement souriant plus qu'une charge violente contre le christianisme (mais en filigrane cela marche avec toutes les religions et leurs prophètes divers et variés), Le Retour du messie souffre parfois de cette gentille légèreté, de cette humour jamais vraiment violent qui du coup peut rester en surface de certaines réflexions (pas de politique ici et pourtant... ) et se construit essentiellement à coup de scénettes plus ou moins marquantes. De même l'alternance constante entre les deux illustrateurs, Leonard Kirk pour les planches super-héroiques et Richard Pace pour les segments mythologiques, ne fonctionne pas toujours dans ses juxtapositions et enchaînements pas toujours très logiques. De petits défauts pour une lecture qui reste on ne peut plus recommandable, rappelant que pour rester saint d'esprit il faut savoir rire de tout.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021