LE MONDE D'ARKADI TOME 9 - LE JOUR DE L'ARCHE
France - 2008
Image de « Le Monde d'Arkadi Tome 9 - Le Jour de l'Arche »
Dessinateur : Philippe Caza
Scenariste : Philippe Caza
Nombre de pages : 56 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 5 novembre 2008
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Le Monde d'Arkadi Tome 9 - Le Jour de l'Arche »
portoflio
site officiel
LE PITCH
La Terre Fixe. Là où règne une éternelle obscurité se dresse Dité, une ville enfouie sous les glaces. Le chant d'Or-Fé éveille à peine les élus que déjà sonne le glas de l'affrontement entre la Légion et tous ceux qui convergent vers le Jour, les radons, les nomades, les hommes et les monstres... Quant à Arkadi, il se mesure enfin au chevalier noir de ses cauchemars.
Partagez sur :
Futur achevé
Enfant de Metal Hurlant et artiste remarqué pour ses nombreuses couvertures de romans, Philippe Caza est malheureusement trop rare dans le monde de la bande-dessinée. Une raison supplémentaire pour se jeter sur sa dernière BD, final très attendu ce que l'on peut considérer comme l'œuvre de sa vie.  

La quête d'Arkadi aura aussi été celle de Philippe Kaza. Entamée en 1989 chez Les Humanoïdes associés elle sera stoppée en 96 après la sortie du sixième tome. Un choc pour les lecteurs d'une série qui avait justement fait le choix de prendre son temps, d'explorer en profondeur son univers, de faire connaissance avec ses personnages. On peut même dire qu'à ce moment la moelle de l'histoire venait tout juste de commencer. Il faudra alors attendre pas moins de huit ans avant qu'un nouvel éditeur, Delcourt en l'occurence, se décide à relancer la machine avec un septième tome qui reprend certes le récit là ou il avait laissé, mais montre également un changement de style évident. Démarré avec une patte fouillée, presque gravé à coup de pointillisme parfois abusif, le « second âge » du monde Arkadi est toujours reconnaissable certes, mais affiche une épure nouvelle et une recherche visuelle usant habilement des possibilités de l'informatique. L'auteur a même profité de la réédition des premiers albums pour rectifier quelques planches du tome 1 et en clarifier la narration.

Peuple élu

Une œuvre en constante évolution donc, protéiforme (on compte aussi un tome 0 intitulé Nocturnes) et qui se pose comme le reflet du travail de son auteur dont le passage par le dessin animé (Gandahar, Les Enfants de la pluie) plane plus que jamais sur Le Jour de l'arche. Un évènement en soi puisque c'est tout simplement le final que l'on tient désormais entre nos mains presque vingt ans après les premières pages. Cette quête initiatique au travers d'un univers mélangeant avec originalité Fantasy et Science-fiction prend ici tout son sens en levant le voile sur les nombreux mystères disséminés tout au long de l'aventure. Un final en forme blockbuster dont la moitié des pages explose sous la pression de l'action et d'idées spectaculaires dans tous les sens. De l'action, beaucoup d'action, un soupçon d'humour,  mais les héros ne sont pas laissés en plan et font l'objet d'une évolution remarquable (de l'adolescence à l'âge adulte), et doivent faire face au retour d'un personnage disparu depuis le second tome. Philipe Caza souligne alors tout la pertinence de sa série et montre frontalement toutes ses ambitions thématiques récurrentes - l'écologie, l'apathie humaine, la liberté, le retour à la nature - avec son optimisme habituel. Tout est bien qui finit bien en somme.
Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021