VANIKORO
France - 2018
Image de « Vanikoro »
Dessinateur : Patrick Prugne
Scenariste : Patrick Prugne
Nombre de pages : 104 pages
Distributeur : Editions Daniel Maghen
Date de sortie : 18 octobre 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Vanikoro »
portoflio
LE PITCH
Que sont devenus les rescapés des deux frégates, la Boussole et l’Astrolabe, échouées une nuit de juin 1788 sur les récifs coraliens de Vanikoro ? Ils ont élevé une palissade de bois, les fouilles récentes à terre l’attestent. Quels ont été alors leurs rapports avec les naturels de cet archipel où plane encore le spectre des coupeurs de têtes ?
Partagez sur :
oé oé capitaine abandonnééééé

Nouveau choc culturel pour l'artiste Patrick Prugne qui délaisse l'Amérique sauvage pour s'intéresser à une rencontre historique entre des explorateurs, dit civilisés, et des tribus sauvages, au nord de la Nouvelle Calédonie. Un grand récit d'aventure sur les traces du mystère Lapérousse.

Un capitaine estimé qui pris le commandement à l'été 1785 d'une ambitieuse expédition autour du monde, devant concurrencer celle de James Cook (le britannique), et ramener des eaux des pacifique de multiples trésors, découvertes scientifique et naturalistes. Cela devait être l'un des grands moments de gloire du règne de Louis XVI, cela en restera surtout l'un des plus grands mystères et l'une des obsessions du roi (ce sera l'une de ces dernière requête avant le couperet de la guillotine), puisque les navires La Boussole et L'Astrolabe disparaissent corps et biens quelques temps après avoir fait escale en Australie. Ils reprenaient la route vers Brest. Il faudra attendre de nombreuses expéditions de sauvetage, puis de recherche, pour finalement retrouver les premiers restes du naufrage sur Vanikoro, l'une des îles Salomon, en 1826. On apprendra plus tard encore les détails de cette catastrophe maritime, mais aussi que si certains des quelques rescapés auraient tenté de repartir en mer sur un navire de fortune, d'autres seraient restés sur place, choisissant de cohabiter avec les indigènes. Un véritable feuilleton, riche en péripétie et en pouvoir d'évocation qui aurait pu facilement aboutir à un très grand film... Et qui donne naissance à un superbe album signé Patrick Prugne.

 

paradis retrouvé


Un auteur dont on retrouve la méthode de travail sérieuse et extrêmement documentée puisqu'il s'empare de tous ces faits, s'inspire des quelques témoignages oraux du peuple natif de Vanikoro, pour imaginer dans cette grande Histoire, un vraie récit d'aventure, à la limite constante avec le survival. Car son écriture n'est en rien scolaire, ce dernier préférant plonger d'emblé le lecteur dans la puissance dévastatrice de la tempête qui se déchaine sur les deux bateaux, et enchainer fiévreusement avec les ultimes tentatives des premiers survivants à atteindre la rive de l'île. Un décor présenté comme hostile entre les requins qui croquent leur dû au passage, le récit corallien meurtrier, les crocodiles en embuscade et des indiens coupeurs de tête. Ses constructions habituellement amples se font ici beaucoup plus serrées, nerveuses et étouffantes, tandis que la superposition d'enjeux où vient s'inviter une course au trésor aussi vaine que meurtrière, fait parfois osciller l'album vers les légendes de pirates. Mais comme de coutume se sont dans ses planches proprement dites que se révèlent les vrais « héros » de Vanikoro. Non pas ces français perdus qui peinent à se rendre compte qu'ils ont découvert un authentique Eden, mais bien les indigènes et la riche nature qui les entoure. Dans ces derniers instant l'album ressemble à s'y méprendre aux premières minutes (somptueuses) de La Ligne Rouge de Terrence Malick, et reste de tout façon dans son ensemble un nouvel étalage de talent graphique, avec une colorisation à l'aquarelle subtile et gracieuse, et son trait naturaliste mais épuré. Un vrai voyage qui se poursuit une fois encore dans une édition de belle prestance avec ce précieux cahier graphique bourré de croquis et de peintures inédites... et les plus amoureux pourront même se rendre à la galerie Daniel Maghen pour se procurer certaines planches. Les chanceux.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021