RED SONJA : L’AUTRE MONDE
Red Sonja Vol.4 #0-6 - Etats-Unis - 2016/2017
Image de « Red Sonja : L’Autre monde »
Scenariste : Amy Chu
Nombre de pages : 160 pages
Distributeur : Graph Zeppelin
Date de sortie : 12 juin 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Red Sonja : L’Autre monde »
portoflio
LE PITCH
Après une lutte acharnée contre le magicien Kulan Gath, Red Sonja se retrouve téléportée dans le 21e siècle et plus précisément à Manhattan. Seule en plein cœur de New York, cette guerrière d’un monde oublié devra faire face à un univers qui lui est inconnu et découvrir qui se cache derrière le complot dont elle est la cible.
Partagez sur :
La Pomme à pleines dents

La diablesse revient chez Graph Zeppelin pour le premier tome d'une aventure en deux parties intitulées Worlds Away en anglais. Un nouveau lancement pour la série officielle dédiée à la puissante Red Sonja qui embarque la belle guerrier sur les rivages inédits de la grande citée... New York !

Certainement bien plus connue pour ses aventures sanglantes imaginées dans les pages des comics Marvel que pour ses rares apparitions littéraires bien loin des univers de Conan sous la plume de Robert E. Howard, Red Sonja est devenue rapidement une authentique icône de la Sword & Sorcery aussi sauvage que sexy. Avec ses formes outrageusement généreuse, sa propension à foncer dans le tas et à s'attirer les foudres de tous les magiciens noirs qui passe, Sonja pourrait presque faire penser à une sorte de She-ra de l'univers de Conan le barbare : non pas une cousine d'un royaume lointain, mais bien un pendant féminin à une figure virile des plus imposante. Un rapprochement avec la licence Musclor (ou He-Men) qui résonne plus fortement encore avec le nouveau scénario imaginé par Amy Chu (Poison Ivy : Cycle of Life and Death) qui rejoue la carte mémorable d'un sublime nanar des années 80 produit par la Cannon. A la différence qu'ici, autant par le miracle des comics que grâce à l'écriture légère et décontractée de la scénariste, l'opération fonctionne plutôt bien.

 

le diable en jupe courte


Forcément un peu perdue dans ce monde technologique dors et déjà contrôlé par son ennemis Kulan Gath, adepte de la sorcellerie et des génocides, la miss se retrouve donc obligé de calmer un peu ses ardeurs, de composer avec un décorum bien contemporain, mais non sans massacrer un peu de vaisselles en cours de route. Quelques grandes scènes d'actions Fantasy viennent nourrir les appétits des lecteurs habituels, mais L'Autre monde fonctionne essentiellement sur une note plus comique, jouant constamment du contraste entre la franchise et le naturel de l'une, et les faussetés du monde réel. Sonja découvre que l'on ne peut pas toujours se trimbaler les fesses à l'air, que la consommation de bière peut s'avérer des plus couteuse et que le cosplay est une pratique bien étrange autant que pratique lorsque l'on prépare l'assaut final en cotted de maille en écailles de dragon. Lecture sans prétention, mais généreusement divertissante et pétillante, ce retour de Red Sonja s'avère particulièrement efficace aussi grâce au planches impeccables et dynamique de l'argentin Carlos Gomez déjà croisé sur la série française Aliénor La Légende noire ou la licence US Dresden Files. Une ligne claire, ferme et puissante qui souligne à chaque page la beauté magnétique et franche de l'héroïne, tout autant que sa propension à la castagne barbare. Un petit quelque chose de l'énergie d'Olivier Vatine, qui semble cependant s'essouffler légèrement sur les deux derniers chapitre, avec d'ailleurs quelques planches signées par un Marcio Fiorito plus oubliable.

Complété par une belle galerie de couvertures originales et d'illustration inédite, cet album de Red Sonja ne prétend pas réinventer l'acier, et c'est bien entendu son premier charme. Une aventure en forme de récréation guerrière des plus plaisantes, fun et pas cassante, et la révélation d'un artiste à suivre de très prêt. Bonne petite surprise donc.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022