ULYSSE
France - 1974/1975
Image de « Ulysse »
Dessinateur : Georges Pichard
Scenariste : Jacques Lob
Nombre de pages : 128 pages
Distributeur : Glénat
Date de sortie : 11 avril 2018
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Ulysse »
portoflio
LE PITCH
Il s’agit probablement de l’histoire la plus connue du monde : l’odyssée du rusé et intrépide Ulysse, roi d’Ithaque, et son retour à sa terre natale pour retrouver Pénélope, sa femme bien aimée. Une aventure fabuleuse qui fait encore l’objet de nombreuses adaptations.
Partagez sur :
La vie est un long fleuve tranquille

Grand héros de la mythologie antique et personnage mythique de L'Odyssée d'Homère, ce cher Ulysse n'en est plus aujourd'hui à une adaptation, libre ou non, près. Mais en ce début des années 70, la proposition culottée de Jacques Lob & Georges Pichard est pas loin d'être révolutionnaire.

On imagine d'ailleurs aisément la tête des responsables du Club Français du Livre qui leur avaient commandité, avec sans doute beaucoup de naïveté, une adaptation appliquée des péripéties rencontrées par Ulysse lors de son retour de la Guerre de Troie. Si la structure générale est extrêmement fidèle aux évènements décrits par Homère et que l'omniprésence de dieux chamailleurs, vengeurs, jouant sadiquement avec ces pauvres mortels est bien entendu une constante des mythes antiques, l'illustration en elle même est des plus fantaisistes. Annonçant à sa manière un certain Ulysse 31 qui traumatisera de bonheur les gamins des années 80, cette BD à suivre qui sera finalement publiée dans une revue italienne, puis par Charlie Mensuel, puis Phénix et enfin France Soir (quelle odyssée !), imagine une aventure fantastique totalement libérée, où le panthéon délaisse les toges pour se pavaner dans des armures futuristes, visionnent les épisodes sur des écrans géants et jouent avec la génétique évolutive humaine. Des dieux ? Des aliens omnipotents plutôt, donnant à Hermès des airs de Rocketeer et à Poséidon une certaine ressemblance avec un méchant d'Aquaman.

 

La Chair des immortels


Curieux, mais amusant, inventif, à la fois naïfs et adulte, car si le célèbre George Pichard n'est pas encore devenu le maitre de la BD érotico-porno (on lui doit quelques albums importants comme MCPM, La Perfection Chrétienne ou Trois fille de leur mère), il célèbre déjà à chaque page les corps généreux et opulent de femmes fantasmatique, trop belle pour être réelles (ce sont des déesses) qui s'offrent au yeux des marins et des lecteurs. Sa maitrise considérable du noir et blanc presque gravé comme une illustration de Gustave Dorée, se mêle constamment à l'esprit de l'époque, soit les 70's et leurs délires psychédéliques, les onomatopées qui deviennent des phylactères géants, les compositions que se liquéfient en explorations hors du monde. Barbarella est passée par là, Barjavel et son Chemins de Katmandou aussi, Jacques Lob (Lone Sloane, Superdupont, Le Transperceneige), transformant finalement cette grande aventure en véritable trip sous substance, en quête existentielle et retour vers soit. La sublime Circée est alors une junkie adepte des expériences limites, Calypso une prêtresse du sexe qui enserre Ulysse entre ses cuisses et la pauvre Penelope une femme bien patiente qui confrontera alors son mari au temps qui passe. Bel hommage au texte d'Homère, embarqué d'ailleurs physiquement à bord du navire et témoin aveugle des évènements, Ulysse enfin réuni en un seul album aux planches restaurées et certes un œuvre indissociable de son époque, mais n'a ni perdu de sa superbe, ni de son ironie, de sa truculence et de son irrévérence. Un classique ?

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022