RED SONJA: LE TRôNE DU FAUCON
Red Sonja Book 3 #1-6 - Etats-Unis - 2016
Image de « Red Sonja: Le Trône du faucon »
Dessinateur : Diego Galindo, Aneke
Scenariste : Marguerite Bennett
Nombre de pages : 160 pages
Distributeur : Graph Zeppelin
Date de sortie : 17 novembre 2017
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Red Sonja: Le Trône du faucon »
portoflio
LE PITCH
À travers les plaines d’Hyrkania, une nouvelle se répand au son des cornes, cloches et cris : le Roi se meurt ! Red Sonja décide de porter secours au Roi mourant pour le protéger des tentations de sédition des peuples hyborien toujours prêt à guerroyer. À cette occasion, Red Sonja revient sur les terres qui l’ont vu naître et où le sang de ses parents a coulé de nombreuses années auparavant…
Partagez sur :
face à sa légende

Pendant féminin au grand Conan le Barbare et superbe rousse faisant fantasmer les amateurs d'Heroic Fantasy depuis les années 70, la sublime Red Sonja revient en France grâce à Graph Zeppelin, éditeur relativement discret, qui sait mettre en avant un casting féminin, sexy mais puissant et loin, très loin, de la créature fragile.

Apparue pour la première fois dans les pages dans les pages du comic Conan the Barbarian en 1973, Red Sonja était à l'origine une réinvention presque totale d'une guerrière imaginée par Robert E. Howard dans un contexte plus historique (elle combat l'armée turque en 1529 dans la nouvelle The Shadow of the Vulture). Désormais vêtue d'une cotte de maille / bikini du meilleur effet et pourfendant ses ennemis avec la même sauvagerie que son amis, et parfois amant, Conan, Sonja va rapidement trouver son indépendance, autant en BD qu'au cinéma (le titre français Kalidor cache une adaptation de Red Sonja). Mais que ce soit chez Marvel ou plus récemment chez Dynamite, cette dernière à toujours du mal à s'imposer sur le marché français. C'est désormais Graph Zeppelin qui se charge de sa destinée, et qui traduit donc le récit complet Le Trône du faucon. Bonne surprise, là où on pourrait s'attendre à une énième fresque de la miss, envoyée massacrer du démon ou conquérir des terres sauvages, les six chapitres font preuve de beaucoup plus de profondeur et de distance. Refusant de montrer sur le trône d'Hyrkania, car consciente de ses propres limites, Sonja va rapidement maudire sa décision lorsque son pays se transforme peu à peu en dictature xénophobe et militaire, transformant la peur d'une invasion extérieure en férocité guerrière et idéologie fasciste.

 

la magie du phoenix


Scénariste croisée sur pas mal de titres Marvel et DC, Marguerite Bennett (Bombshells, Animosity) insuffle une réflexion politique assez maitrisée à l'univers Fantasy de Red Sonja et clairement cela lui fait du bien, permettant au passage de creuser la figure de celle qu'on appelle la diablesse à l'épée, mercenaire plongeant volontiers dans la violence et le chaos, que certains voudrait ici transformer en légende. Quitte à affadir sa personnalité, la réduire à une simple pinup en tenue sexy...  Un script plutôt malin, où Sonja découvre aussi que sa sexualité libérée et sa multitude d'anciens amants peuvent entrainer quelques soucis. Ici les combats et la magie sont certes toujours présents, mais essentiellement Le Trône du Faucon se concentre sur les atours de Red Sonja, plutôt que ses uniques capacités guerrières. Pas plus mal d'autant que le défaut de l'album en présence reste clairement l'inconstance des planches signées en alternance par Diego Galindo ou Aneke. Deux pinceaux habitués de l'éditeur Dynamite qui comme, souvent chez ce dernier, hésite constamment entre une Heroic Fantasy légère et lumineuse, un hyper réalisme très 90's et des contours plus « amateurs ». Certaines pages sont certes efficaces dans l'exploration des charmes de ses personnages féminins (essentiellement) et leurs capacités plus qu'athlétiques, mais trop souvent les illustrations semblent un poil bâclées, tandis que la colorisation, plaquée en numérique, ne fait pas de subtilités. De ce coté là clairement, Le Trône de Faucon méritait beaucoup mieux.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021