HARLEY QUINN & POWER GIRL
Harley Quinn & Power Girl #1-6 - Etats-Unis - 2015
Image de « Harley Quinn & Power Girl »
Nombre de pages : 152 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 3 juin 2016
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Harley Quinn & Power Girl »
portoflio
LE PITCH
Embarquez pour une aventure cosmique sans précédent avec la puissante mais non moins séduisante Power Girl, et son binôme fortuit l'excentrique Harley Quinn ! Bloquées dans une dimension oubliée, et qui plus est sur la planète natale de l'amoureux transi Vartox, les deux héroïnes devront tout sacrifier pour se sortir du pétrin dans lequel elles se sont fourrées. Y compris peut-être leur dignité...
Partagez sur :
Dancing Quinn

Elle a beau accumuler les succès en solo, Harley Quinn n'aime pas la solitude et cherche la moindre occasion pour se lancer dans un nouveau duo improbable. Tremblez mortels voici les « chevalières cintrés » alias Miss Quinn et Power Girl !

Un mariage tout d'abord éditorial bien entendu puisque les séries solo de chacune d'elles sont orchestrées par la bande formée par Jimmy Palmiotti, son épouse Amanda Conner et son collaborateur de longue date, Justin Gray. Du coup les festivités avaient débutées au sein des pages de la nouvelle série d'Harley Quinn, lorsque la blonde généreusement dotée se réveille amnésique sur la plage de Conney Island, mais vite aidée par l'ex du Joker qui lui rappelle la belle équipe de super-héroïnes qu'elles formaient. S'inscrivant dans une boucle dimensionnelle foireuse apparue lors d'un combat contre Clock King et Sportsmaster (des nazes), soit entre les cases 2 et 4 de la dernière page du chapitre 4 du Tome 2 (c'est important), cette minisérie en cinq chapitres, cultive forcément ses aspects les plus bordéliques. Une sorte de fresque cosmique bardée de clin d'œil attendus, comme un Yoda en mode pervers, de batailles foutraques et de gags totalement abusés. Il faut dire que si Power Girl fait le plus gros du ménage, Harley elle jubile à chaque page, se trouvant de nouvelles armes surpuissantes question de massacrer généreusement ses ennemis par inadvertances.

 

lachez les obus !


Avec en accroche le retour d'un vieux personnage, Vartox sorte de Sean Connery sortis de Zardoz avec son string et sa moustache, ayant créé un empire entièrement dédié au plaisir. Une bonne occasion pour la petite arlequine de reluquer les fesses musclées du mâle et d'enchainer les double sens douteux. De la bonne grosse poilade, délirante et auto-parodique qui porte la marque bien reconnaissable de son équipe d'auteurs. Cependant avec une telle teneur en accumulations, péripéties improbables et consommation d'étranges vapeurs vertes, Harley Quinn & Power Girl peut lasser par son absence de finesse et ses changements incessant de direction... Même si dans le genre ça fonctionne plein pot. L'autre bonne nouvelle, c'est la présence de Stéphane Roux (Birds of Prey) aux dessins, qui affiche des illustrations dynamiques, excessives, tout à fait dans le ton. Dommage par contre que rapidement l'artiste ne finisse pas les différents fascicules, laissant la place à des invités moins convaincants. Des problèmes de planning ? Un rendu pas assez soutenu ? Si cela peut s'expliquer lors d'une virée psychédélique citant Las Vegas Parano, les autres interventions viennent juste éroder le charme.

Clairement pas l'album qui va transformer l'univers DC, ni offrir un regard neuf et profond sur ses deux héroïnes, Harley Quinn & Power Girl se veut simplement une récréation WTF?. De ce coté là, c'est réussi.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021