METROPOLIS T.1
France - 2014
Image de « Metropolis T.1  »
Dessinateur : Stéphane De Caneva
Scenariste : Serge Lehman
Nombre de pages : 94 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 8 janvier 2014
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Metropolis T.1  »
portoflio
LE PITCH
Capitale de tous les excès, de tous les délires urbanistiques. Carrefour de tous les mouvements politiques et artistiques. Centre névralgique de l'espionnage et des coups tordus. Metropolis possède ses zones d'ombres à l'instar des crimes qui défraient depuis peu la chronique. Pour les résoudre, la police fait appel à un médecin autrichien, inventeur d'une science de l'esprit méconnue : le docteur Freud.
Partagez sur :
Le Secret derrière la porte

Avant d'embrayer sur une nouvelle aventure de super-héros à la française avec Le Nyctalope, Serge Lehman ravive l'un de ses vieux concepts pour mieux mettre en garde contre certaines vieilles idées qui ont la mauvaise habitude de revenir nous hanter.

Au travers des œuvres centrales que sont La Brigade chimérique (une réédition svp ?) et Masqué, le scénariste Serge Lehman a démontré une véritable connaissance de atours de la SF, un amour certains pour les mythologies super-héroïques, mais aussi une obsession communicative pour le passé, l'avenir et l'histoire de la «civilisation européenne». Projet de roman longtemps repoussé, sa nouvelle série est ainsi une uchronie présentant une Europe qui grâce à un lourd travail de diplomatie et d'ouverture culturelle a réussi à éviter la Grande guerre, et ne connait donc depuis qu'une grande expansion économique, industrielle et politique, reflétées par la majesté de Metropolis, capitale de l'Interland Franco-allemand. Un beau rêve, comme une belle époque éternelle, mais bien entendu dans l'ombre, un monstre se prépare, prêt à révéler toute la fragilité de cette utopie. Prévu en quatre volume, Metropolis est clairement une aventure extrêmement ambitieuse donnant à voir visuellement un monde qui aurait pu exister avec un réalisme bluffant (architecture, mode...), mais qui s'efforce clairement de poser frontalement de grandes questions sur les articulations du XXe siècle et l'obsession nationaliste.

 

L'ange des maudits


Lehman cherche à approcher la bête, et l'origine de l'attentat qui fait vaciller ce monde, la découverte morbide contenue dans les entrailles de la ville, pourraient avoir un lien avec un certain Hitler. Pour l'instant le mystère reste entier, mais le scénario de l'auteur est d'ors et déjà un excellent polar complexe et inquiétant, mâtiné d'une altération saisissante du réel, plaçant avec brio les futurs pions d'une trame qui se jalonne déjà d'ingrédients pertinents (dont les nombreux personnages historiques forcément remaniés). Le démarrage de Metropolis est ainsi une indéniable réussite, et ce même si les planches de Stéphane De Caneva (Sept Clones) manquent souvent de vie dans les traits de ses personnages, réussissant à raviver avec originalité les effluves de l'art nouveau tout en les teintant d'une lumière moins glorieuse. Metropolis c'est aussi, comme son nom l'indique, un immense hommage au cinéma de l'immense Fritz Lang (de M le Maudit à Fury en passant par les Mabuse) qui justement se sera toujours efforcé de mettre en garde contre la montée des extrêmes et de condamner le fascisme sous toutes ses formes. C'est aussi semble-t-il la saine mission que s'est donné Serge Lehman.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022