LES AVENTURES DE SPIROU ET FANTASIO T.53 : DANS LES GRIFFES DE LA VIPèRE
France / Belgique - 2013
Image de « Les Aventures de Spirou et Fantasio T.53 : Dans les griffes de la Vipère »
Dessinateur : Yoann
Scenariste : Fabien Vehlmann
Nombre de pages : 72 pages
Distributeur : Dupuis
Date de sortie : 1 novembre 2013
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Les Aventures de Spirou et Fantasio T.53 : Dans les griffes de la Vipère »
portoflio
LE PITCH
Catastrophe : Le journal de Spirou est menacé de faillite suite à un procès retentissant ! Le rédacteur en chef, Fantasio, ne veut pas laisser mourir son magazine. Mais il n'est pas le seul : Gil Coeur-Vaillant, le célèbre détective-explorateur et admirateur des exploits de Spirou, va venir à sa rescousse. Il va trouver un fonds d'investissement, la VIPER, qui va renflouer le journal. Ouf ! Le célèbre hebdomadaire est sauvé ! Pas tout à fait, car Spirou est en fait tombé dans les gr...
Partagez sur :
Goûts de luxe

A l'occasion de la réédition de la 53ème aventure de Spirou (et Fantasio) sous une couverture dorée et accompagnée d'un joli cahier collector supplémentaire, retour sur un album inventif et surprenant qui pourrait marquer l'entrée du petit groom dans une modernité retrouvée.

Passé d'artistes en auteurs avec plus ou moins de bonheur au cours de sa longue carrière, l'icône des éditions Dupuis est justement unique en son genre de par cette nature de licence, de produit, et non de création totalement attachée à un créateur identifié. Contrairement à Astérix, Tintin ou Gaston Lagaffe, voir le héros et son copain Fantasio passer dans les mains de nouveaux commanditaires n'a rien de choquant et c'est même surtout ce qui lui a permis de garder une énergie constante aux cours des décennies. Responsables de sa destinée depuis l'amusant Alerte aux Zorkons, Yoann (scénariste) et Vehlmann (illustrateur) ont clairement apporté au personnage un mélange réussi entre une frénésie très actuelle avec une accumulation de poursuites et d'action, et un retour constant aux sources du personnage, non pas uniquement par l'accumulation de clins d'œil et de références, mais par une réappropriation de la « mythologie » et de la tonalité des premiers albums. Le modèle « Franquin » est bien évidement immanquable, en particulier dans une volonté de redonner à la série son évocation d'un contexte politique.

 

Je ne suis pas un numéro


Le Nid du Marsupilami reposait sur des thématiques ouvertement écologistes (Franquin donnera une partie des droits du personnage à la WWF), Prisonnier du bouddha se confrontait aux questions de la Guerre froide et QRN sur Bretselburg était une métaphore surlignée de l'Allemagne de l'est, sans compter sur l'inquiétude constante face aux dictatures et au fascisme divers et variés. Avec Dans les griffes de la vipère les choses ont changé, et le danger vient désormais de conglomérats industriels déshumanisés et du règne de l'argent personnalisé ici par Vipère, une société rachetant, après quelques manipulations, les droits du journal de Spirou... Mais aussi l'image et l'existence même de Spirou. Enfermé dans un musée (faussement) paradisiaque aux cotés de goodies à son effigie et d'une superbe « traction » (les fans apprécieront), Spirou doit donc s'échapper, retrouver son indépendance, découvrant au passage un pays du «tiers monde» transformé en république bananière / station balnéaire de luxe où l'on repousse la population d'origine dans le cratère du volcan ("on sert un peu les fesses" comme dit l'un des infortunés), question de ne pas gâcher la carte postale. Certes tout cela se résout finalement avec une certaine naïveté et un optimisme peu réaliste, mais l'album n'en gagne pas moins un niveau de lecture bien trop rare aujourd'hui dans les lectures dîtes de jeunesse. Et c'est même presque là que le scénario fonctionne le mieux, embrassant totalement la nécessité d'offrir une aventure fraiche, souvent drôle, capable même de se moquer de sa propre maison d'édition (la folie des grandeurs de Fantasio faisant n'importe quoi de son nouveau budget) tout en proposant une réflexion nécessaire et bien sentie aux lecteurs de tous âges. Une vraie réussite, agrémentée ici de 24 pages de bonus, de croquis et d'interviews. Si vous aviez lâché Spirou après le passage de Tome et Janry, vous avez toutes les raisons ici de replonger.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022