JIM APARO, BATMAN LA LéGENDE TOME 1
Legends of the Dark Knight: Jim Aparo vol.1 - Etats-Unis - 1971/1975
Image de « Jim Aparo, Batman La Légende Tome 1 »
Dessinateur : Jim Aparo
Scenariste : Bob Haney
Nombre de pages : 544 pages
Distributeur : Urban Comics
Date de sortie : 30 août 2013
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Jim Aparo, Batman La Légende Tome 1 »
portoflio
LE PITCH
Même le plus grand détective du monde a parfois besoin d’aide pour résoudre ses enquêtes. Et les plus grands héros du monde comme les justiciers les plus étranges viennent lui prêter main forte au sein d’aventures fortes en action, mystère et fantastique !
Partagez sur :
Super Friends

Batman a décidément le vent en poupe chez Urban Comics qui mise sur les nombreux titres inédits en France qui parsèment sa longue carrière. Ainsi, Jim Aparo, Batman La Légende, cache sous un titre assez ronflant et une signature relativement méconnue sous nos latitude, parmis les meilleurs épisodes d'une revue mythique aux USA : The Brave and the Bold.

Presque totalement inédit en France donc, The Brave and the Bold fait pourtant partie des longues institutions éditoriales de DC, lancée au départ comme une simple revue anthologique, puis devenue un terrain d'expérimentation pour tenter de nouveaux concepts et personnages (Hawkman, Teen Titans...) et enfin un lieu de rencontre privilégié pour Batman, personnage central à partir des années 60 et le succès de sa série tv burlesque. DC profite donc de son magazine, souvent proposé dans une formule de 100 pages bardée de rééditions de vieux épisodes de titres divers, et surtout de son personnage iconique, pour relancer l'attrait d'autres super-héros moins célèbres, ou en tout cas moins "dans le vent", en les faisant collaborer le temps d'une aventure. The Brave and the Bold (« le brave et le courageux ») ne s'est ainsi jamais si bien nommé, et c'est d'ailleurs ce concept qui restera associé au titre jusqu'à la récente série animée Warner (L'alliance des héros chez nous), direct hommage à cet "âge d'argent". Premier volume d'une anthologie des plus volumineuses (plus de 500 pages le pavé), La Légende s'attarde uniquement sur le run remarqué de l'illustrateur Jim Aparo, grand ordonnateur de l'histoire du Dark Knight, ayant œuvré sur une bonne poignée de titres affiliés (Batman and the Outsiders, Detective Comics) et ayant dessiné (entre autres) Un Deuil dans la famille ou une grand part de la saga Knightfall.

 

Blind date


Une pointure, même si aujourd'hui encore on peut remarquer que son design longiligne reconnaissable entre mille, n'a ni la perfection réaliste de Dennis O'Neil, ni la puissance gothique de Gene Colan. D'une certaine façon, cela tombe bien car les récits imaginés ici par le vétéran prolifique Bob Hayne (Unknown Soldier, Aquaman...) se situent le plus souvent entre les deux, naviguant vers un univers ésotérique et baroque lors des rencontres entre Batman et le Phantom Stranger (#98), The Demon (#109) ou The Spectre (#116), ou se rapprochant plus précieusement d'enquêtes policières pures jus aux cotés de Green Arrow (#100 et #106), Metamorpho (#101) ou les Teen Titans (#102), voir au fantastique SF Mister Miracle passe par là (#112). En définitive, le scénariste et le dessinateur adaptent leurs tons et leurs ambiances aux guest-stars qui viennent filer un coup de main au « meilleur détective du monde », quitte à s'embarquer dans un épisode aux contours des plus naïfs lorsque les Metal Men sont de la partie ou à du comique délirant dès que le Joker pointe le bout de son nez. Inégal par essence, ce tome 1 de Batman La Légende n'en reste pas moins le témoin d'une ère faste pour le grand Batman, cuisiné à toutes les sauces, plaqué dans une chaise roulante, transformé en zombie par Atom, échappant au diable grâce au Sgt Rock ou carrément envoyé dans le futur sur les traces du Kamandi de Jack Kirby. Dans ces grands écarts constants, les chefs d'orchestre s'en sortent finalement plus que bien, réussissant à préserver l'essence du personnage, tout en livrant des fascicules efficaces, rythmés et fantasques. Historique donc.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022