LE SIèCLE DES OMBRES T1 : LA PIERRE
France - 2009
Image de « Le Siècle des ombres T1 : La Pierre »
Dessinateur : Michel Suro
Scenariste : Eric Corbeyran
Nombre de pages : 56 pages
Distributeur : Delcourt
Date de sortie : 6 mai 2009
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Le Siècle des ombres T1 : La Pierre »
portoflio
site officiel
LE PITCH
1751. Sous la coupe du pape Benoît XIV, Abeau et Cylinia mûrissent leur projet : éliminer Weltman... Ce dernier, dissimulé sous le nom de baron d'Holbach, un esprit brillant résolument athée, a réuni sous son toit les plus grands penseurs de Paris pour célébrer son engagement au sein de l'Encyclopédie de d'Alembert. Ce même soir, il se voit dérober un bien très précieux : un éclat de météorite.
Partagez sur :
Affaire de famille

 

Au cours des années le papa du Chant des Stryges s'est efforcé de construire un univers cohérent où chaque série cohabite plus ou moins subtilement avec les autres. Avec Le Siècle des Ombres, il apporte une nouvelle pierre à l'édifice. Peut-être de quoi consolider un peu les murs...

 

Qui aurait pu prévoir en 1997 qu'au bout d'une dizaine d'années, la série Le Chant des stryges se découvrirait encore des descendants. Une série fleuve dont la troisième saison est encore à entamer et qui a déjà connu pour l'instant trois séries parallèles : Le Maître de jeu, Asphodèle et surtout Le Clan des chimères. Entre les origines médiévales présentées dans ce dernier et le thriller technologique du Chant des Stryges, Corbeyran choisit le juste milieu avec Le Siècle des ombres. Une nouvelle série déjà annoncée en six tomes, dans laquelle quelques noms sonnent bien familiers... Cylinia et Abeau de Roquebrune... Sandor G. Weltman... les fans se frottent déjà les mains, affamés de pouvoir enfin découvrir « le lien manquant » entre les deux BD phares et surtout comment un humaniste inspiré par le siècle des lumières (d'où l'ambivalence avec le titre) a pu se transformer en schizophrène manipulateur. Plongée en plein XVIIIème siècle donc, entre discussions philosophiques et voyage aux Amériques.

 

Pierre angulaire

 

En se fixant ainsi sur des personnages et non plus sur un genre (comme ce fut le cas avec Le Mîitre de jeu), Corbeyran retrouve son sens du découpage et du mystère pour un premier tome très accrocheur. Une réussite qu'il partage indéniablement avec l'illustrateur Suro (déjà aux commandes sur Le Clan des Chimères) qui montre ici un style plus aéré, plus dynamique, même si l'on ne peut que regretter un personnages féminin pas franchement sexy. Pertinent et complexe pour les habitués de la saga des Stryges (vous savez, ces créatures mythiques qui contrôlent dans l'ombre le monde des humain), La Pierre tourne vite au simple récit d'aventure en costumes, ce qui est déjà bien agréable. Une chasse au trésor dans la jungle sud-américaine, ça a toujours du charme ! De toute façon, comme à l'accoutumée avec le créateur du Régulateur (mais aussi le dernier scénariste en date de Boule et Bill...), il faut laisser les choses se décanter et atteindre son final pour savoir si ce nouveau bébé saura se bonifier avec le temps. Et c'est tout le mal qu'on lui souhaite.

Nathanaël Bouton-Drouard

 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021