ASGARD T1 : PIED-DE-FER
France - 2012
Image de « Asgard T1 : Pied-de-fer »
Dessinateur : Ralph Meyer
Scenariste : Xavier Dorison
Nombre de pages : 56 pages
Distributeur : Dargaud
Date de sortie : 2 mars 2012
Bande dessinnée : note
Jaquette de « Asgard T1 : Pied-de-fer »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Pour les Vikings, un « skräeling » est un infirme de naissance, autant dire une malédiction. Pourtant, Asgard, ancien guerrier de la Hilde, surnommé "Pied-de-fer" à cause de sa jambe d'acier, est le plus grand chasseur du Fjördland. Embarqué sur un drakkar de fortune, Asgard se lance à la poursuite d'un monstre marin mystérieux qui massacre les pêcheurs. Tandis qu'ils s'enfoncent dans les fjörds glacés, ses compagnons de voyage se persuadent que la créature qu'ils poursuivent est l...
Partagez sur :
Force viking

Asgard n'est pas ici le nom du domaine des dieux nordiques, mais bien celui d'un forgeron asocial cachant sa malformation (une jambe infirme) sous une protection de métal. Sa passion ? Tuer les monstres géants et autres kraken, et cracher à la face d'Asgard, l'autre.

 

Artistes déjà reconnus pour leurs carrières respectives, Xavier Dorison et Ralph Meyer ont encore plus marqué les lecteurs avec leur collaboration sur La Mangouste, spin-off de la série indéboulonnable XIII dans la collection XIII Mystery. Leur prouesse ? Avoir remplacé, le temps d'un album, les vrais auteurs de la saga et avoir ainsi offert une alternative brillante tout en respectant les codes de l'œuvre maîtresse. Quatre ans plus tard, les voici de nouveau réunis pour un diptyque plus exotique : Asgard, ou une course-poursuite entre quelques aventuriers vikings et une créature gigantesque qui hante les eaux. Personnage principal de l'album, Pied-de-fer ne peut que faire penser au guerrier Pied-d'arbre, tandis que la jeune et courageuse Sieglind a tout de la brune et jolie Aaricia. De quoi imaginer que dans la foulée du volume de XIII,  le duo avait planché sur un album spécial de l'autre grande série de Van Hamme, Thorgal. On sent ici la même vision de la mythologique et un vrai sens de l'aventure. Peu importe après tout les origines réelles du projet car en l'état, ce premier tome est une merveille de bout en bout.

 

chevaucher jörmungand

 

Le plus frappant est sans conteste la maturité incroyable des planches de Ralf Meyer (Berceuse Assassine), mêlant une précision diabolique dans les contours des personnages, leurs expression et la vivacité dans leurs regards, tandis que les décors entre pointillisme et épure s'approchent sans problème du travail de Jean Giraud sur Blueberry. Un très grand artiste de la BD est en train d'exploser, d'autant que sa collaboration suivie avec Caroline Delabie aux couleurs permet de jouer à la perfection sur les ambiances sombres, les teintes crépusculaires et d'approfondir ainsi le découpage habile et spectaculaire. Superbe et éclatant, le travail graphique permet ainsi de souligner le souffle réel du scénario de Xavier Dorison (Les Sentinelles), décidément l'un des meilleurs écrivains actuels du 9ème art, qui sous couvert d'une relecture mythique de Moby Dick en profite pour décrire le combat acharné d'un homme contre l'injustice de sa naissance (rien que son nom, Asgard, est un défi), contre la vie (la créature géante pourrait être le grand serpent de Ragnarok), contre les dieux... et contre lui-même. Le moindre dialogue est d'une grande justesse, chaque personnage trouve une étoffe en quelques cases et la BD s'épanche même avec justesse sur les inégalités sociales de l'époque. Un très bel album, riche, nerveux et passionnant dont il nous tarde, évidémment, de lire la conclusion.

Nathanaël Bouton-Drouard


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021