DC COMICS ANTHOLOGIE
Etats-Unis - 1939 à 2011
Image de « DC Comics Anthologie »
Jaquette de « DC Comics Anthologie »
portoflio
LE PITCH
Plongez dans l’univers des super-héros DC COMICS avec ces seize histoires réalisées par les plus grands auteurs de comics, emblématiques du Golden, du Silver et du Modern Age. Redécouvrez les origines des plus grands héros : Superman, Batman, Wonder Woman, Green Lantern ! Plus de 75 ans d’aventures réunis dans un seul album !
Partagez sur :
The old book

Après une énième réédition des Watchmen, Urban Comics, le nouveau détenteur des droits des séries DC, Vertigo & co, entend bien redorer le blason d'une famille finalement souvent plus connue pour ses adaptations cinématographiques que pour ses origines de papier. Avec cette Anthologie, une première pierre bien solide est posée.

 

Longtemps peu (ou mal) traduites en France, distribuées dans le désordre ou carrément oubliées, les revues de DC souffrent depuis des dizaines d'années d'une certaine méconnaissance de la part du grand public hexagonal. Comparativement à Marvel qui profita rapidement de magazines entièrement dédiés, chez nous, seuls Batman et Superman pouvaient se vanter d'atteindre les librairies. Depuis, les éditeurs ont beau avoir fourni des efforts plus ou moins importants, le retard reste réel. C'est désormais à Urban Comics (filiale de Dargaut) de se retrousser les manches et de marquer un grand coup. Et a priori éditer un volume comme cette anthologie était sans aucun doute la meilleure façon de commencer. Pas question dans ce pavé entièrement conçu par l'éditeur français de combler tous les manques, mais bien de faire embrasser au nouveau lectorat toute la richesse graphique, thématique mais aussi historique de DC.

 

the best of two worlds

 

75 ans d'histoire sont ici rassemblés, résumés en à peine 16 récits (presque 300 pages toute de même), mais dont la pertinence est évidente à chaque fois : Jerry Siegel et Joe Shuster qui évoquent pour la première fois les origines de Superman en 1939, la première apparition de Wonder Woman, Batman qui se débarrasse de l'assassin de ses parents sous la plume de Bob Kane, l'alliance délirante entre le Joker et Lex Luthor, la première aventure (kitschissime) de la Justice League of America (avec Wonder Woman qui fait le ménage)... C'est clairement l'âge d'or et toute une vision pulp d'un genre qui s'étale devant les yeux d'un lecteur retrouvant là quelques épisodes sinon inédits, en tout cas rarissimes. Mais le volume n'est pas qu'un pavé d'archiviste de curiosité oldies, il démontre aussi comment l'univers DC n'a cessé d'évoluer et comment les histoires les plus anodines ont nourri les crossovers les plus spectaculaires. Lorsque Gardner Fox et Carmine Infantino imaginent en 1961 le nouveau Flash rencontrant son modèle (le premier Flash de l'âge d'or), en vibrant à travers les dimensions, ils étaient sans doute loin d'imaginer qu'on en parlerait encore cinquante ans après, et surtout que l'idée aurait donné naissance au multiverse DC - par extension aux fameuses « Crisis » (Crisis on Infinite Earth, Final Crisis, etc.).

 

born again

 

Rien ne se perd, tout se transforme. Les deux Green Lantern découvrent un des secrets des Gardiens (en 1965), Alan Moore et Kevin O'Neil revisitent la mythologie du Corps (en 1986) et voici deux fondations de Blackest Night et de toute la vision moderne du justicier d'émeraude. Une vraie mine d'or qui montre aussi l'émergence de nouveaux auteurs et artistes, de nouvelles pratiques narratives et graphiques (l'épisode de Batman par Dennis O'Neil et Neal Adams est d'une modernité incroyable), tandis que l'incroyable Jim Steranko s'offre un poème visuel de dix pages sur Superman ou qu'Alex Ross impose une peinture noir et blanc avec un Joker d'un réalisme déroutant. Accompagnées à chaque fois de textes introductifs (sur la période, les courants et les auteurs) aussi instructifs que jamais rébarbatifs, toutes ces pages participent à une grande architecture du mythe super-héroïque. Une lecture riche qui s'achève, assez logiquement, sur le premier épisode de la toute nouvelle Justice League, symbole du dernier relaunch DC avec des héros à nouveau réinventés. L'idée a fait débat, mais force est de constater qu'avec Geoff Johns au scénario et surtout Jim Lee aux dessins, ces premières pages ont de quoi convaincre. A suivre pendant encore 75 années...

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021