PRéSENTATION NINTENDO : LES JEUX DE L'E3 2019
Image de « Présentation Nintendo : Les Jeux de l'E3 2019 »
portoflio
Partagez sur :
prime au gameplay

C'est une édition un peu spéciale de l'E3 qu'a connu 2019, avec l'absence de l'un de ses principaux acteurs : SONY. Mais les concurrents de la société ne sont pas laissé aller pour autant, à commencer par Nintendo, l'éditeur qui a sans doute le plus insisté sur de véritables séquences de jeu dans ce festival de cinématiques et de teasers abstraits.

Pour illustrer cette politique du « gameplay avant tout », Big N peut compter sur un bel atout avec la prochaine sortie du studio PlatinumGames, l'une des références actuelles du pur jeu d'action. Il ne s'agit pourtant pas de Bayonetta 3, qui continue cruellement à se faire désirer, mais d'Astral Chain, titre totalement inédit qui devrait combler cette absence dès la fin du mois d'août 2019. Réalisé par Takahisa Taura, game designer en chef de NieR Automata, il met le joueur dans la peau d'un agent de police affecté à une unité très spéciale. Ses membres sont effet capable de contrôler des légions, machines conçues spécialement pour repousser les Chimères qui menacent l'espèce humaine. Ces légions sont capables de prendre plusieurs formes que l'on peut sélectionner à la volée, en fonction de la situation, que ce soit pour du combat rapproché ou des attaques à distance, mais aussi pour résoudre divers casse-tête. Si le système de légion laisse augurer des combos énergiques et spectaculaires, Astral Chain délaisse occasionnellement l'action pour des phases d'enquêtes, entre exploration, interrogations et filatures.

 

un lien vers le passé


Mais l'évènement parisien organisé par l'éditeur était également l'occasion de mettre la main sur quelques titres maison, et pas de moindres. En effet, on compte parmi ceux-là le remake de Link's Awakening, l'épisode de la saga The Legend Of Zelda sorti à l'origine sur GameBoy, en 1993. Si ce dernier a déjà connu une révision spécialement pensée pour la GameBoy Color, il a droit cette année, dès le 20 septembre pour être précis, à une refonte graphique du plus bel effet. La 3D rend ainsi les environnements plus détaillés, plus colorés et plus vivants, mais sans dénaturer l'œuvre tant appréciée. Le jeu conserve en effet la traditionnelle vue du dessus et une maniabilité toujours aussi intuitive, sans oublier le ton particulier, flirtant régulièrement avec l'absurde qui avait fait de cet épisode un chapitre à part dans la série. Si l'on devrait rien trouver de novateur ici, c'est l'occasion pour ceux qui l'avaient manqué de combler un manque dans leur culture et pour les autres de voir leur souvenir sublimé par cette nouvelle réalisation ; tout cela en occupant le terrain avant que la suite de Breath Of The Wild ne sorte des fourneaux. Ce remake est également l'occasion d'introduire la création de donjon. Il est en effet possible de récupérer au cours de l'aventure, ou en scannant des Amiibo, des carrelites : des salles qu'il faut ensuite combiner avec de fabriquer son propre palais.

 

Big N fait la poussière


L'autre production attendue chez Nintendo, c'est le troisième volet de Luigi's Mansion, série née au lancement de la GameCube en 2002 avant de connaître une première suite sur 3DS en 2013. Lorsque petit frère de Mario est à nouveau invité à passer des vacances de rêve, il décide d'emmener avec lui toute la clique. Mais il s'agit malheureusement d'un nouveau piège tendu par le roi Boo pour capturer ce beau monde. Heureusement, il peut encore compter sur le professeur K. Tastroff qui en profite pour mettre à l'épreuve son Ectoblast GL-U. Ce dernier permet non seulement de saisir les fantômes pour les secouer violemment, mais aussi de coller des ventouses sur divers objets que l'on peut ainsi tirer vers soi. Et si un obstacle gêne la route du héros, il peut faire appel à Gluigi, son double visqueux qui peut passer à travers des grilles ou marcher sur des pointes sans être blessé. Ce double peut d'ailleurs être contrôlé par un second joueur pour vivre la campagne à deux en coopération.

 

la chasse aux monstres continue


Le géant japonais ne pouvait évidemment pas faire l'impasse sur Pokémon Epée / Bouclier, le nouvel épisode de la saga et le premier à être prévu sur console de salon. Celui-ci emmène les chasseurs dans la région de Galar. Si la ville au cœur de ces lieux est inspirée par l'Angleterre de la révolution industrielle, il va falloir explorer les environnements alentours variés pour y trouver et capturer les créatures. Certaines d'entre elles risquent d'être touchées par le phénomène Dynamax qui leur donne une taille et une puissance colossale : c'est alors au cours de raid à quatre joueurs qu'il faudra les affronter. Les collectionneurs de Pokémon devraient également pouvoir utiliser l'accessoire Pokéball Plus afin d'emmener leurs favoris avec eux dans leur poche.

 

l'alliance ultime


Alors que l'univers de Marvel continue de nourrir l'actualité du cinéma comme du jeu vidéo, Nintendo se joint à la fête en mettant la main sur une exclusivité assez inattendue : celle de Marvel Ultimate Alliance 3. La série, qui avait connu une multitude de supports depuis ses débuts au milieu des années 2000, change même de main. En effet, après avoir été développé par divers studios occidentaux, dont Vicarious Visions, pour le compte d'Activision, c'est Koei Tecmo et Team Ninja qui prennent en charge cette suite. Le fonctionnement demeure toutefois assez identique, puisqu'il s'agit à nouveau de sélectionner quatre super héros parmi la trentaine disponible et contrôler ses derniers à tour de rôle ou simultanément si des camarades de jeu viennent se joindre à la fête. En outre, différents arbres de compétences permettent de débloquer des aptitudes supplémentaires ou d'améliorer certains attributs, tandis que des compositions d'équipes spécifiques donnent accès à des bonus, en réunissant une escouade de X-Men, d'Avengers ou de Gardiens de la Galaxie, par exemple. Enfin, avec les développeurs des derniers Dynasty Warriors et consort aux manettes, l'action a gagné en pêche, ce qui ne devrait pas déplaire aux amateurs de défouloirs énergiques (ou bourrin, selon le point de vue).

Benoit Barny


















Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020