GEOMETRY WARS RETRO EVOLVED²
Angleterre - 2008
Image plateforme « Xbox 360 »
Image de « Geometry Wars Retro Evolved² »
Genre : Shoot'em up
Musique : Divers
Développeur : Bizarre Creations
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Activision
Date de sortie : 30 juillet 2008
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Geometry Wars Retro Evolved² »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Une forme géométrique affronte des milliers de formes géométriques dans un maelstrom d'étincelles et d'explosions en tous genres.
Partagez sur :
De l'art du shoot...

Le meilleur jeu d'action de l'année n'est pas un FPS New Gen, n'en déplaise aux accros à la débauche technologique et au mitraillage frénétique de terroristes en tous genres. Avec ses graphismes chaleureux mais élémentaires, Geometry Wars Evolved², suite / remake d'un certain Retro Evolved, risque de tenir ses joueurs éloignés très longtemps de la concurrence, aussi bien markétée soit-elle.

 

Parler de chef-d'oeuvre pour un jeu d'arcade, c'est déjà évoquer un regard terriblement novateur sur le genre qu'il dessert, ainsi qu'une réelle approche artistique des codes généralement en vigueur. C'était déjà le cas avec des jeux comme Metal Slug 3, Street Fighter III 3d Strike, Capcom Vs SNK 2 ou LocoRoco. C'est aujourd'hui le cas avec Geometry Wars Evolved², dont les partis pris à la fois graphiques, sonores et ludiques sont autant de preuves du génie de ses instigateurs. Génie déjà bien visible dans les repères que le soft communique peu à peu, sans qu'aucun tutorial ne soit nécessaire, au joueur, à commencer par des effets sonores qui annoncent, avant même leur arrivée dans le champ, l'apparition d'ennemis aux attaques et capacités spécifiques Des capacités qui appellent, consciemment ou non, une modification immédiate de la tactique (attaque ? Défense ? Tir à reculons ? Zig-Zag ?) du joueur. Il suffit ainsi d'aligner quelques parties, par sessions de 30 minutes à une heure, pour comprendre les mécanismes d'un challenge qui, nourri par des composantes pensées à la fois individuellement et les unes par rapport aux autres, évoluera de manière aléatoire, au hasard des choix de la machine et du joueur. Jamais, par exemple, un shoot'em up n'avait placé autant d'importance stratégique dans le choix d'utiliser ou non une bombe, ou dans la désignation des cibles à abattre en priorité. Le high score brandi constamment telle une carotte fluorescente n'est là, dans ce contexte, que pour attester de l'intelligence et de la réussite du joueur ; une réussite qui, croyez-le, se mérite à chaque seconde.

 

Du shoot à l'art

 

Outre un remake du jeu original débarrassé entre autres de ses tares rythmiques (jadis trois minutes d'ouverture extrêmement lentes puis des sursauts de frénésie explosive), ainsi qu'une option multijoueurs jusqu'à quatre en local ou en ligne (le pied intégral), Geometry Wars Evolved² offre cinq nouveaux modes solos, chacun reposant sur une approche ludique bien particulière. Le premier, une sorte de course contre la montre, demande au joueur façon Pac Man Championship Edition de récolter le maximum de points en un minimum de temps. Pour ce faire, Bizarre Creations a inclus un élément nouveau, que se partagent les six modes : chaque ennemi abattu laisse derrière lui des formes géométriques à collectionner, le nombre récolté par le héros faisant grimper en proportion le démultiplicateur de points. Déjà primordiale dans le Time Attack et l'Evolved, au point de diriger le joueur vers une stratégie d'attaque à laquelle le premier épisode ne nous avait pas habitués (si l'on fuit, on ne ramasse pas lesdits bonus), cette quête devient carrément indispensable dans les trois nouveaux modes principaux : Roi (des bulles de sécurité apparaissent et disparaissent ici et là à l'écran, et le joueur ne peut attaquer que depuis l'intérieur), Pacifique (le joueur, incapable de tirer, doit guider son vaisseau à travers des des portails explosifs pour se débarrasser de hordes d'opposants) et Vagues (des vagues d'ennemis placés côte à côte traversent l'écran à toute vitesse, à vous de vous frayer un chemin et de tenir le plus longtemps possible). Véritable joyau alliant défouloir jubilatoire, jeu d'adresse à destination des aliens (ou de ceux qui savent plier une carte routière en dix secondes, comme disait Gotlib) et réflexion d'une intelligence rare sur l'essence même du shoot'em up (peu importe l'intrigue, tant qu'on a la performance), Geometry Wars Evolved² se paie le luxe d'offrir, en guise d'ultime mode de jeu, une succession de défis plus proches du puzzle-game décomplexé que du jeu de tir en bonne et due forme. Vous avez dit jusqu'au-boutisme ?

Alexandre Poncet

 

 

 

 

 

 

Partagez sur :
 

Déjà impressionnant malgré ses partis pris simplistes (il s'agit après tout de formes géométriques filaires), le premier Geometry Wars Retro Evolved se voit relégué à l'état de vieille relique par cette suite. La faute à une somme de détails absolument effarante, à des effets visuels prodigieux (des milliers d'étincelles bien sûr, mais aussi une lueur façon néon étonnante appliquée à chaque vaisseau) et à un moteur physique exceptionnel, particulièrement visible lors des combats contre les trous noirs. La bande sonore, qui compte des remix des deux morceaux de l'opus original, a été grandement enrichie, à raison d'un titre merveilleusement adapté pour chaque mode de jeu. Des pistes qui profitent d'un traitement acoustique dynamique, notamment lors du mode Roi, où les instruments se voient assourdis dès lors que le vaisseau du joueur s'éxtirpe d'une bulle de sécurité. Quand on sait combien le son est important dans Geometry Wars, ne serait-ce que pour anticiper l'apparition de certains types d'ennemis hors champ, de tels effets sont loin de se réduire à une confiserie superficielle.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021