SACKBOY: A BIG ADVENTURE
Royaume-Uni - 2020
Image plateforme « Playstation 5 »
Image de « Sackboy: A Big Adventure »
Genre : Plates-formes
Musique : Divers
Développeur : Sumo Digital
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Sony
Date de sortie : 19 novembre 2020
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Sackboy: A Big Adventure »
portoflio
site officiel
LE PITCH
L'ignoble Vex (un être quasiment mythique né dans le chaos et la peur, rien que ça) kidnappe les amis de Sackboy et les force à construire son Tournebouleur. Cet appareil mortellement diabolique transformera Patchwork Monde, une contrée fantastique d'imagination pure et de rêves innocents, en terre désolée et aride tout droit sortie d'un cauchemar. Quel affreux personnage !
Partagez sur :
Haut en couleurs

Contrairement à Yoshi, Sackboy (le héros, pas le jeu) est plus attiré par le jute que par la laine... Mais derrière la dureté du tissu des sacs des patates se trouve toute la douceur du tricot à grosses mailles. On le comprend au premier coup d'œil, Sackboy: A Big Adventure s'annonce destiné à un public jeune. Voire très jeune.... Cependant, à l'heure où ces lignes sont écrites, la PS5 est essentiellement possédée par des baroudeurs du gaming qui ne prêteront certainement pas leur console aux benjamins de la famille... D'où notre question: est ce que le jeu peut leur parler à eux aussi?

Hiver et confinements entre deux ambiances Demon's Souls... Il faut faire attention si vous êtes sensible à la déprime. Heureusement, Sackboy vous propose une expérience plate-forme assurément plus joyeuse et colorée. Ici, tout le monde il est mignon, même Vex, le grand méchant. Sans surprise, la charte graphique du titre reprend tout ce qui faisait l'identité visuelle de la licence Little Big Planet, à savoir: un monde composé de différents matériaux de création ludique, du genre tissus, ficelles, papiers, autocollants ou (même du) papier toilette, le tout assemblé dans un délire patchwork qui fleure bon la colle Cléopatra et le centre aéré. Le jeu des lumières et la finesse du rendu des matériaux s'avère très convaincant et nous immerge facilement dans le diorama qui s'affiche à l'écran. Nous ne sommes toutefois pas dans un délire ''graphisme next gen'' à proprement parler. Il n'y a qu'à voir le peu de différences graphiques qu'il y a entre la version PS4 et la version PS5 pour s'en convaincre. Cela reste tout de même très agréable à l'œil, et c'est déjà un très bon point pour accrocher les joueurs les plus grincheux.

 

ça croustille sous la main


Le titre organise la progression du joueur de la même manière que dans certains Mario (la référence dans le genre): Une carte du monde représente votre parcours comme une ligne de métro, et chaque station représente un stage dans lequel vous pourrez gambader, s'agripper, rouler, sauter comme bon vous semble. Le panel d'actions possibles est assez étoffé pour casser la routine. Les environnements proposés sont assez variés. Le jeu propose de manière classique des mondes de type ''village'', ''neige'', ''canyon'', etc. qui sauront toujours éveiller notre sens de l'exploration et nous intriguer assez pour pousser le voyage toujours plus loin. Ajoutons à cela que la maniabilité est au rendez vous, même si l'animation lente de la course du personnage nous donne un peu l'impression de traîner. Mais rien de rédhibitoire cela dit. Avec une douzaine de mondes, A Big Adventure propose de base une durée de vie relativement bonne pour un jeu de ce calibre. De plus, chaque stage peut se finir plus ou moins vite, suivant votre degrés d'application. Aussi, les adeptes du fameux ''100%'' pourront toujours chercher de quoi arrondir leur compteur et étoffer leur collection de trophées sans trop avoir à pester.

 

Pour le plus grand nombre et au delà


Cet aspect ''challenge'' du jeu reste toutefois plutôt marginal. En effet, nous parlons d'un titre développé à destination des plus jeunes, avec une difficulté adaptée en conséquence. La nature des environnements que nous évoquions plus haut n'a que peu d'influence sur la mécanique de jeu globale. Ne vous attendez pas à glisser si vous parcourez un monde de type glacé. Après tout, ça n'a jamais été que du tissu.
Fidèle à la série dont il est issu, A Big Adventure propose des options multijoueurs en coopération (offre soumise à condition, sous réserve qu'il n'y ait pas de traître dans l'équipe prêt à vous pousser dans le vide juste pour rire ou pour gagner) ainsi que de nombreux objets pour personnaliser votre avatar et des possibilités d'adopter différentes poses pour communiquer avec vos amis. Il y a également une option ''vies infinies'', pour les plus fragiles. Et si vous voulez être encore plus inclusif, vous pouvez en plus trouver une option ''dyslexique'', qui adaptera la taille des sous titres, et une option ''daltonien'' avec plusieurs possibilités de réglages. L'exploration des menus des paramètres peut ne pas être considérée comme un sujet de test mais le travail fourni est bien réel et mérite d'être souligné.

Dans ce jeu, aucun risque d'être frustré, bousculé ou angoissé. Sackboy: A Big Adventure joue la carte de la sécurité à tous les niveaux. Concernant le game design, le jeu la joue classique. D'aucun dirait même qu'il s'agit d'un exercice de style que Sumo Digital a exécuté à la perfection, en cochant soigneusement toutes les cases proposées par les canons de la plate-forme en 3 dimensions. Aussi ne faut-il pas s'attendre à une expérience inédite. Le jeu reste cependant attachant, agréables à voir et à jouer, sur lequel on revient facilement et où les joueurs en quêtes de succès pourront toujours trouver de quoi assouvir leur sens du défis après avoir vu leur égo brisé par Demon'S. Un petit bémol pour la version PS5 cependant: le jeu doit faire face à un certain Astro's Playroom, qui est fourni avec la console et propose déjà une expérience plate-forme très satisfaisante. Si Sackboy reste de très bonne facture, le prix où il est proposé actuellement fait qu'il devra peut être attendre un peu avant de rejoindre votre collection. Sinon, optez pour la version physique PS4, qui donne droit à une version numérique PS5 sans surcoût. C'est fou d'avoir autant de choix.

Sélami Boudjerda














Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021