THE LEGEND OF HEROES : TRAILS OF COLD STEEL IV
Eiyuu Densetsu: Sen no Kiseki IV - The End of Saga - Japon - 2018
Image plateforme « Playstation 4 »
Image de « The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel IV »
Genre : RPG
Développeur : Falcom
Durée : élevée
Langue : Anglais
Distributeur : NIS America
Date de sortie : 27 octobre 2020
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel IV »
portoflio
site officiel
LE PITCH
’Empire d’Erebonia est au bord de la guerre ! L’histoire de Trails of Cold Steel IV, se déroule peu de temps après la fin du troisième opus. Nos héros de la Classe VII se retrouvent seuls face à l’Empire et tentent d’arrêter son ascension vers une domination totale. Rean Schwarzer, héros de la guerre civile d’Erebonia et professeur de la Classe VII, a subitement disparu. Il est du devoir des étudiants de la Classe VII, anciens comme nouveaux, de se réunir avec les héros de ...
Partagez sur :
Point de fusions

Tout juste quatre mois après la sortie européenne de Trails of Cold Steel III, voici enfin la conclusion de cette énorme saga RPG dérivée de The Legend of Heroes avec un chapitre final nommé The End of Saga au japon, question de bien comprend qu'il n'y aura plus de retour possible.

Cas presque unique dans le petit monde du RPG à la japonaise, Trails of Cold Steel a construit depuis son tout premier épisode en 2013, une véritable saga épisodique où chaque chapitre vient considérablement étendre autant l'univers que le destin de ses personnages phares, avec en prime une trame sous-jacente construit comme une montée en puissance dévastatrice. A ce titre le soft précédent, avait clairement marqué le pas avec un gameplay plus affiné que jamais, une structure maîtrisée et spectaculaire et une écriture qui n'oubliait jamais de vue ses personnages et ce malgré leur nombre considérable. S'achevant sur un cliffhanger de dingo, promettant une conclusion explosive et bourrée d'émotions, Trails of Cold Steel III avait placé la barre bien haute. Trop sans doute pour le bien de ce final particulièrement attendu. Une trame construite sur 500 heures passées (au bas mot) et qui frôle ici constamment le trop plein tant les développeurs de Falcom ont eu a cœur de s'efforcer de conclure toutes les pistes, toutes les trames secondaires évoquées depuis le tout premier titre. La troupe est toujours aussi vaste, plus encore puisque l'aventure va rattraper touts les visages connus de cette série, quitte à jouer des épaules pour trouver leur place, mais aussi s'amuse à glisser quelques guest-stars récupérées dans des The Legend of Heroes plus anciens ou les moins connus Ao no Kieki et Sora no Kiseki du même studio.

 

Un pour tous


A force, certains incontournables perdent clairement au change, glissant dans le caricatural ou l'anecdotique. Noyé dans la masse en somme, comme le démontre d'ailleurs les attendus rendez-vous amoureux, qui tournent tristement au speed dating, au fricotage industriel, puisque toutes les prétendantes doivent y passer. Même ressenti dans la construction des quêtes et de l'aventure principale qui croule sous l'enchevêtrement de retrouvailles, de sauvetages, d'allers-retours, avant d'embrayer, enfin, sur une ultime ligne droite décoiffante et un affrontement plus direct avec la menace qui sourdait depuis 2013. Pas aussi réussi qu'on l'espérait sans doute, victime finalement de ses propres ambitions, Trails of Cold Steel IV, n'en reste pas moins, il faut l'avouer, assez satisfaisant et efficace. Grace à quelques très beaux passages qui réussissent à jouer sur les ramifications des quatre jeux tout en insufflant une émotion vive (la libération inaugurale de Rean) et un sens épique indéniable. Il faut dire que le gameplay est quasiment à l'identique de celui du 3 qui justement atteignait un équilibre évident et une belle étendue de possibilités. Quelques aménagement apparaissent bien entendu du coté des combats au tour par tour avec des « ordres » plus puissantes encore, qui ne sont plus l'apanage des héros mais qui peuvent aussi devenir d'un atouts majeurs entre les mains des différents boss. On notera ainsi une petite rehausse du niveau de difficulté général, particulièrement notable dans les batailles incluant les fameux mécha du jeu : les Kishin.

Doté à nouveau d'une durée de vie conséquente parsemée de quêtes annexes, de grandes séances de séduction et agrémentées de quelques friandises (un puzzle game type Puyo-Puyo, des parties de Blackjack, la pèche en bikini...), Trails of Cold Steel IV vient conclure en beauté une saga qui aura certainement surpris les joueurs de RPG en dépassant rapidement ses petites tares initiales de RPG nippon standard en approfondissement constamment son système de jeu et son univers. L'habillage reste modeste soit, mais l'aventure ne manque certainement pas de grandeur.

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020