9 MONKEYS OF SHAOLIN
Russie - 2020
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « 9 Monkeys of Shaolin »
Genre : Action
Musique : Inconnu
Développeur : Sobaka
Durée : faible
Langue : Voix anglais, Textes Français
Distributeur : Buka Entertainment
Date de sortie : 16 octobre 2020
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « 9 Monkeys of Shaolin »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Dans la peau d'un simple pêcheur chinois, Wei Cheng, vous devez venger vos amis et votre famille, assassinés par des pirates venus piller votre paisible village.
Partagez sur :
36ème chambre et des brouettes

Le Beat'em all des salles d'arcades revient en force. Après un Street of Rage 4 inespéré qui retourne l'abdomen, c'est la Russie qui se jette dans la mêlée avec des moines Shaolin bien vénères.

Après avoir exploré la quête vengeresse d'une masse de muscles étripant à tout va dans le méchamment bourrin Redeemer (traitant déjà de quelques philosophies bonze en arrière-plan), la petite team Sobaka calme légèrement ses ardeurs en s'épanchant vers un nouveau beat them all mais cette fois-ci plus gentiment pénétré par la science shaolin. De la photographie mordorée aux musiques orientalisante en passant par des cutscenes pleines de références, 9 Monkeys of Shaolin est certainement sous l'influence des grandes productions kung-fu de l'ancestrale Shaw Brother. Même le scénario, limité mais présent, et son gentil pécheur obligé d'apprendre en accéléré l'art des arts-martiaux pour venger son village d'une horde de terribles pirates semble invoquer constamment les mouvements acérés d'un Jet Li débutant. Une ambiance plutôt accrocheuse pour les cinéphiles, et un cadre parfait pour renouer avec les bonnes valeurs perdues du Beat'em All arcade avec progression latérale. Une exploration en 2.5D pour faire plus moderne où le combattant traverse des paysages assez variés (village sous la pluie, campagne au crépuscule, montagne frappée par le vent...) accueillant les nombreuses vagues ennemies son bâton en main.

 

Les Disciples de Shaolin


Le gameplay est de prime abord assez simpliste laissant le choix entre coups d'estoc, coups de pieds, sauts et surtout esquives rapides, permettant d'enquiller les ennemis dans un même combos avant d'assener un coup chargé du meilleur effet. Si les ennemis ne changent pas franchement de visage (et c'est bien dommage), leurs capacités augmentent graduellement alors que le joueur s'efforce d'engranger des points d'expérience pour débloquer de nouvelles capacités dans un arbre de compétences à trois embranchements majeurs. De quoi débloquer de nouveaux mouvements (effets tourbillons, projections violentes...), de nouvelles capacités et enchaînements plus spectaculaires, mais aussi quelques magies ralentissants le temps ou attirants les ennemis comme un aimant qui iront vider la jauge de Qi du héros. A cela s'ajoute aussi quelques accessoires améliorés (armes, vêtements...) offrant là aussi quelques boosts qui pourront faire la différence. Du grand classique en somme, mais très honnêtement fagoté et un bon sens du rythme. L'habillage souvent à l'économie avec des modélisations sobres, efficaces, manque d'un peu de fantaisie, tandis que la masse d'ennemis tourne en rond (même les boss n'ont pas la puissance ou le grain de folie nécessaire) et quelques petits bugs de collisions un peu ridicules se laissent apercevoir. Avec la durée de vie limitée des canons du Beat Them All (5 heures à la louche) et une rejouabilité assez limitée 9 Monkeys of Shaolin gagne clairement des points en proposant un mode deux joueurs en ligne ou sur la même machine, ajoutant une bonne dose de fun et de boxon à l'ensemble. Sympatôche comme dirait l'autre.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020