FINAL FANTASY CRYSTAL CHRONICLES : REMASTERISED EDITION
Japon - 2020
Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Final Fantasy Crystal Chronicles : Remasterised Edition »
Genre : Action
Musique : Kumi Tanioka
Développeur : Square-Enix
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Square-Enix
Date de sortie : 27 août 2020
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Final Fantasy Crystal Chronicles : Remasterised Edition »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Au temps de l'âge d'or où les quatre peuples (Lilties, Yukes, Clavats, Selkies) étaient en paix, un météore s'écrasa sur la Terre, détruisant le grand cristal qui protège ce monde. Une substance inconnue s'installa dans le monde entier, faisant souffrir les populations : le Miasme. Les débris du grand cristal furent éparpillés aux quatre coins de l'univers, les cités se développant autour. Dès lors, des caravanes sont envoyées pour raviver l'éclat du cristal qui ne dure qu'un an...
Partagez sur :
Homecoming

Plus de quinze ans après sa sortie initiale, Final Fantasy Crystal Chronicles ressort sur la génération actuelle et même plus encore. PS4, Switch mais aussi sur Androïd et iOS, grâce à la fonction cross plate-forme tout le monde pourra jouer ensemble, peu importe le support sur lequel vous possédez le jeu. Une nouveauté appréciable et en adéquation avec l'esprit même du jeu mais qui, hélas, possède malheureusement de très forts inconvénients.

À l'époque de sa sortie sur Game Cube en 2004, Final Fantasy Crystal Chronicles était un évènement à plusieurs niveaux, car il signait d'abord le retour de la franchise sur une console Nintendo après des années de brouille suite au choix de Square de developper Final Fantasy 7 sur Playstation plutôt que sur la Nintendo 64. L'autre évènement fut aussi que ce Crystal Chronicles était le premier Final Fantasy multi-joueurs. Alors certes, du multi sur GameCube avec ses quatre ports manettes, ça semblait facile à faire mais pourtant à l'époque, Square et Nintendo avaient choisi de compliquer les choses en ne rendant possible la coop, qu'avec des Game boys Advance, reliées à la console, en guise de manettes. Un choix très mercantile et qui a assurément amoindri un succès qui aurait pu égaler ceux des plus grands jeux multi du cube de Nintendo. 16 ans plus tard, ce défaut qui était pointé comme le principal, a t-il été corrigé ? Pas vraiment, il a même été accentué.

 

Crystal piégé


Le monde de Final Fantasy Crystal Chronicles, pour permettre le jeux en coop à 4, n'allait pas pouvoir proposer un monde ouvert comme le faisait les épisodes principaux. Cette limitation était ingénieusement intégrée au scénario qui mettait en scène un monde envahi par un brouillard mortel (le miasme) et qui ne pouvait être repoussé que grâce à la Myrrhe, un liquide qui sera la quête principale du jeu. C'est lui qui va permettre à votre personnage et vos compagnons de se déplacer dans une zone délimitée, et donc de garder les quatre personnages sur le même écran.
Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition (parce que le nom de base n'était peut être pas assez long) comme son nom l'indique n'est pas un remake comme l'a été Final Fantasy 7 cette année, c'est un portage HD, donc aucune modification dans le scénario ou le design. Le miasme est toujours là et les joueurs devront donc toujours rester côte à côte pour pouvoir se déplacer. Pas vraiment un problème en soit si le multi local a enfin été optimisé pour qu'on puisse jouer avec, deux, trois ou quatre manettes... hé bien non encore raté ! ans cette version, le multi local a été tout simplement annulé. Le multi est uniquement jouable en ligne mais il vous permettra par contre de pouvoir vivre votre aventure en compagnie de joueurs Switch, PS4 ou même IOS et Androïd.

 

Bande à part


Une multiplicité des supports qui fait un rappel amusant du pitch du jeu qui permet de créer un groupe de guerriers venue de tribus différentes mais qui se retrouve limité par un blocage régional et un système de communication uniquement basé sur des phrases pré-enregistrées, ce qui alourdit un gameplay qui n'en n'avait déjà pas vraiment besoin. En effet, les combats se jouent principalement avec trois fonctions, Attaque, défense et vos différentes magies, mais il vous faudra sélectionner chaque action dans une roulette avec plusieurs options. Si vous appuyez un fois de trop sur le bouton, vous êtes bon pour refaire un tour, ce qui en plein combat peut vite devenir agaçant. Mais ce n'est pas même pas ça qui est le plus frustrant dans ce mode multi-joueur : si vous rejoignez une partie en cours, c'est uniquement la partie du joueur hôte qui avancera, vous ne serez qu'une aide pour les donjons. Si vous voulez faire progresser votre histoire, il vous faudra héberger une partie à votre tour, ce qui, au fil du temps, risque de décourager les joueurs à faire du multi.
Reste le mode solo, qui vous donnera comme seul compagnon, un mog qui servira principalement à porter le calice de myrrhe pour que vous puissiez vous déplacer dans les niveaux. Une fois habitué aux combats et malgré un système de jeu très répétitif (région-village-donjon) le mode solo n'est pourtant pas rébarbatif, grâce avant tout, à l'univers très poétique du jeu. Comme pour le miasme qui servait la limitation du gameplay, l'esthétique du jeu utilise ces limites et propose un petit monde peuplé de petit personnages et une quête beaucoup moins dramatique que ce propose la saga habituellement. On serait même plus proche d'un Dragon Quest dans l'esprit et cette cohérence rend le jeu agréable à parcourir même seize ans plus tard surtout grâce au remaster HD qui est la grande réussite de cette nouvelle version. Les graphismes gardent un vrai charme et les réorchestrations accompagneront à merveille votre aventure. Une petite map à aussi été rajouté sur l'écran, très pratique pour ne pas rater des ennemies ou des trésors.

Un ratio positif/négatif qui penche hélas du mauvais côté. Supprimer le multi-local pour proposer un jeu en ligne pas du tout adapté à ce système pousse à jouer seul alors que la volonté première du jeu était tout l'inverse. Comme à l'époque, les développeurs ont raté un coche pourtant facile à avoir.

Benoit Llamazares














Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020