WINDBOUND
Australie - 2020
Image plateforme « PC »Image plateforme « Xbox One »Image plateforme « New 3DS »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Windbound »
Genre : Aventure
Musique : Inconnu
Développeur : 5 Lives Studios
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Koch Media
Date de sortie : 11 septembre 2020
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Windbound »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Victime d’une terrible tempête, Kara se retrouve naufragée sur l’une des îles interdites. Mais ce décor idyllique réserve très vite à la jeune guerrière des mystères qui vont la mener à des révélations inattendues.
Partagez sur :
Celle qui réveille le vent

Le jeu vidéo arrive à un âge où il est difficile de tout réinventer. Mais il reste toujours de la place pour affiner des formules déjà éprouvées ou tenter des combinaisons plus ou moins inédites. Attention cela dit aux fausses bonnes idées.

Windbound est le fruit est le fruit d'une petite équipe, celle du studio 5 Lives, composé de cinq vétérans du jeu vidéo. Après avoir travaillé sur des productions de grandes envergures telles que Grand Theft Auto, Darksiders ou encore des adaptations de Star Wars, ils sont cette fois revenus à un projet plus intimiste et humain. Ainsi, leur jeu d'aventure n'impressionne pas vraiment sur le plan technique, mais compense cela par une direction artistique assez charmante. Car le trait minimaliste laisse briller les environnements tantôt chatoyant tantôt obscure et l'on ressent alors rapidement l'envie d'en découvrir plus sur ce monde, bien aider par quelques thèmes musicaux envoûtant, notamment lorsque l'on prend la mer. Cet univers prend, en outre, la forme d'un océan parsemé d'îles qu'il faut relier au moyen de sa frêle embarcation, ce qui ne manque pas de rappeler un certain The Wind Waker. Mais là comparaison avec le classique de Nintendo s'arrête ici, puisque le jeu de 5 Lives penche bien plus du côté de la survie, laissant de côté tout ce qui est exploration de donjons pour se concentrer sur la gestion de ressources.

 

Beaucoup d'îles, peu de tentations


L'aventure débute ainsi alors que l'héroïne se réveille, échouée au bord d'une plage et totalement démunie. Il va donc falloir faire le plein de provisions non seulement pour se maintenir en forme, mais aussi pour faire face aux éventuelles menaces qui pourraient se dresser sur la route et bien sûr voyager sur l'onde vers de nouvelles terres à explorer. Il faut avouer que le rythme du jeu se montre au départ assez posé, pour ne pas dire très lent, au départ. Mais accumuler les matériaux, améliorer son équipement ainsi que son embarcation et surtout obtenir différentes bénédictions sous la forme d'armes magiques ou d'aptitudes spéciales laisse espérer quelque chose de plus en plus épique. Malheureusement, cet espoir se heurte bien vite à une boucle de jeu vite rébarbative : après avoir activé trois tours et ouvert un portail, le jeu inflige une ligne droite interminable en barque avant d'imposer la même quête peu passionnante. A tel point que l'aventure espérée de décolle jamais vraiment.

 

Une bouteille (cassée) à la mer


Le plus frustrant réside encore dans les petits détails qui rendent la progression d'autant plus laborieuse. La maniabilité, pour commencer, se montre plutôt rigide et certaines actions comme les séquences d'escalade ou encore la chasse en deviennent pénibles, même pour abattre la moindre bestiole. On peut toutefois se tourner vers la nourriture végétale pour recharger sa jauge de santé et d'endurance, mais, là encore, les concepteurs se sont montrés peu généreux et, si l'on n'a aucun mal à trouver des cailloux pour le lance-pierre ou la fabrication d'objets, il faut tourner en rond bien trop longtemps pour mettre la main sur les baies et autres champignons, sachant que tout cela se dégrade avec le temps ; inutile alors de compter sur de grosses réserves pour aller bien loin. Pour couronner le tout, le choix entre les modes Survie et Histoire ressemble presque à un aveu d'échec. Le premier niveau de difficulté, qui renvoie le joueur au tout premier chapitre à chaque Game Over en ne permettant de conserver que quelques objets clef, risque de passer pour un châtiment extrêmement sévère et de décourager des aventuriers qui ont connu des jeux bien plus palpitants. De l'autre côté, la seconde option se montre moins punitive mais aussi moins authentique pour une narration qui se montre finalement très austère et donc peu gratifiante.

Vu de loin, Windbound donne l'espoir d'une aventure captivante et ravive la flamme de l'explorateur en herbe. Mais au fur et à mesure de ses cinq chapitres, il laisse la passion se noyer dans un océan d'ennui et de choix douteux. Avec une concurrence aussi acharnée dans le genre, le jeu de 5 Lives ne fait malheureusement pas le poids.

Benoit Barny










Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020