DEATH COME TRUE
Japon - 2020
Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Death Come True »
Genre : Thriller
Musique : Masafumi Takada
Développeur : Too Kyo Games
Durée : faible
Langue : voix japonaises, textes français
Distributeur : Izanagi Games
Date de sortie : 26 juin 2020
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Death Come True »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Un jeune homme frappé d’amnésie se réveille dans une chambre d’hôtel : non seulement il ignore pourquoi il se trouve là, mais il découvre en regardant la télé qu’il est également un tueur en série.
Partagez sur :
Une Histoire sans fin

En 2020, la série Dangaronpa célèbre ses dix ans d'existence, mais son auteur, Kazutaka Kodaka, a des envies d'ailleurs. Il fonde en effet cette même année le studio Too Kyo Games avec d'anciens camarades afin de créer de toutes nouvelles licences.

La première production de cette jeune structure est Death Come True, véritable film interactif qui met en scène des acteurs en chair et en os. La technique dite Full Motion Video (FMV) avait connu son heure de gloire dans les années 1980 avant de tomber en désuétude. Mais elle semble profiter des dernières avances technologiques pour faire retour remarqué, comme l'ont démontré les derniers jeux en date de Sam Barlow, Her Story et Telling Lies, pour citer les exemples les plus évocateurs. Cela dit, le déroulement de Death Come True est surtout inspirée par la formule des Livres dont vous êtes le héros : l'intrigue se dévoile progressivement, laissant occasionnellement au joueur la possibilité de prendre des décisions pour le protagoniste. Les amateurs de jeux narratifs japonais devraient certainement penser à 428 Shibuya Scramble, titre justement édité par Spike Chunsoft, l'ancien employeur de Kodaka. Mais ce que Death Come True gagne en dynamisme par rapport à ce dernier, avec sa réalisation cinématographique, il le perd du côté de sa trame qui s'avère beaucoup moins dense.

 

tookyo hôtel


En effet, si le jeu est disponible sur consoles (Switch dans un premier temps), le jeu de Too Kyo Games est également destiné aux supports mobiles. Il a donc été conçu pour des sessions courtes, d'environ deux heures, soit la durée moyenne d'un long-métrage. Cela dit, bien que les amateurs d'aventures au long cours risquent de rester sur leur faim, il faut tout de même saluer le choix d'une expérience maîtrisée plutôt que d'une production remplie de contenu inutile pour s'assurer un engagement superficiel de la part du joueur. Il faut simplement garder en tête que la rejouabilité est extrêmement limitée. Car le jeu ne propose à chaque fois qu'une bonne et une mauvaise décision : celle qui permet de faire avancer l'histoire et celle qui précipite le Game Over (avec quelques exceptions qui n'ont pour conséquence que de renvoyer le joueur à la liste de choix). Il n'existe d'ailleurs que deux dénouements possibles, sachant que l'issue ne se décide qu'à la toute fin. Les faux pas sont toutefois l'occasion de débloquer des médailles et par la même occasion du contenu bonus comme des vidéos de tournage. Revivre l'histoire une seconde fois est également l'occasion de voir les choses sous un autre angle et ainsi de mieux saisir certaines subtilités apparemment insignifiantes. Par conséquent, ceux qui recherchent la quantité et « en veulent pour leur argent » ne vont certainement pas trouver satisfaction. En revanche, les fans du scénariste devraient apprécier de retrouver sa patte empreinte de malice qui se manifeste à travers ses mécanismes et ses thèmes fétiches.

Benoit Barny






Partagez sur :
 

Les vidéos filmées en haute définition permettent d'évacuer tout problème graphique : on a affaire à un véritable film interactif sans problème de polygones ni de frame rate. Il faut tout de même reconnaître que la production paraît plutôt modeste. Mais, hormis quelques mises à mort digne d'un film amateur, cette sobriété renforce généralement l'impact de ce huis clos angoissant, notamment grâce à des comédiens convaincants la plupart du temps. Puis, encore une fois, ce qui traduit le plus l'ambition mesurée de Death Come True, c'est le nombre peu élevé d'embranchements qu'il propose dans son intrigue, ce qui incite difficilement à relancer le jeu une fois que l'on connaît les deux issues possibles. Néanmoins, puisque les jeux n'ont pas tous vocations à durer des dizaines d'heures, le jeu de Too Kyo Games devrait trouver un public capable de s'accommoder de cette expérience courte mais prenante.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020