THE LEGEND OF HEROES: TRAILS OF THE COLD STEEL III
Eiyuu Densetsu: Sen no Kiseki III - Japon - 2017
Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « The Legend of Heroes: Trails of the Cold Steel III  »
Genre : RPG
Développeur : Falcom
Durée : élevée
Langue : Voix anglais, Textes français
Distributeur : NIS America
Date de sortie : 30 juin 2020
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « The Legend of Heroes: Trails of the Cold Steel III  »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Près d'un an et demi s'est écoulé depuis la guerre civile d’Erebonia et beaucoup de choses ont changé depuis... Des positions changeantes des pays à la politique intérieure de l'Empire, en passant par la vie de Rean Schwarzer, les ombres du passé ont laissé place à l’éclosion d'un nouveau chapitre. Maintenant diplômé de l'Académie militaire de Thors, Rean est devenu instructeur au Thors Branch Campus, une académie récemment ouverte qui se voit rapidement propulsée sur la scè...
Partagez sur :
Bientôt la terminale

Présenté en 2017 comme une exclusivité PS4, le troisième volet de la saga Trails of Cold Steel vient titiller le catalogue rapidement chargé de la Switch avec un portage complet... et plus adapté.

Si en 2017 Falcom annonçait fièrement l'arrivé de la licence sur la machine de salon Sony, le résultat n'était clairement pas à la hauteur du coté des jointures techniques. La direction artistique et les choix de design ne sont pas à fustiger, mais on peinait à voir la différence dans les modélisations, les animations et la définition avec les deux opus précédents qui étaient développés, de prime abord, pour la regrettée PS Vita. Certainement plus à sa place sur une console comme la Switch, moins exigeante en puissance et en capacité d'affichage (en particulier en mode portable), le soft se déguste qui plus est désormais avec une belle poignée de DLC gratuits (costumes et accessoires) et deux goodies dans le boîtier de la cartouche : un mini artbook de 20 pages et une carte lenticulaire. Au delà de ces petits gadgets, l'ajout d'items cosmétiques gratuits vient confirmer la volonté de Falcom de fournir un RPG le plus vaste et le plus complet possible. Si effectivement la technique semble toujours un peu étriquée, l'aventure elle-même est marquée par une imposante ambition qui vient rebondir sur les évènements des épisodes précédents, et annonce avec force le très attendu Trails of the Cold Steel IV (déjà dispo au Japon sur PS4). Ce n'est donc certainement pas une saga de RPG dont le seul lien serait le titre et un univers partagé mais bel et bien un feuilleton épique, voir très souvent politique, où le joueur peut suivre la destiné de nombreux personnages, passant de jeunes héros à légendes vivantes ou professeur, de simple ennemis devenant des menaces dantesques, le tout saupoudré, plus particulièrement encore ici, par un déluge de guest stars héritées de l'ensemble du programme Trails of.

 

UN emploi du temps chargé


Une vingtaine de personnages centraux (les jeunes héros de la promotion de l'année), une quarantaine de secondaires, qui vont se croiser dans les couloirs de l'Académie militaire de Thors avec systématiquement un effort évident sur l'écriture de ces derniers ne faisant jamais office de figurants ou de clins d'œil faciles. Par le biais de dialogues, de rendez-vous permettant de creuser les liens entre les protagonistes ou de quêtes secondaires, tout ce beau monde à quelque-chose à raconter, quelque-chose à apporter. Certes le scénario principal revient à la linéarité du premier épisode, mais ses ramifications et la montée en puissance qu'il réserve compense largement. Si l'on ne peut s'empêcher de tiquer parfois aux petits élans trop teen comedy, aux légers glissements vers le fan service (le jeu de pèche en maillots de bain échancrés, certains sous-entendu...), Trails of the Cold Steel III confirme que Falcom tente de se rapprocher de l'exhaustivité des grands RPG des années 90. Cela est particulièrement notable dans la présence en bonus (mais pas que) d'un jeu de cartes stratégique très complet et prenant, mais aussi dans l'organisation des combats au tour par tour. Par l'adjonction dans ce dernier de toutes petites et fines options supplémentaires dans les choix et la gestions des capacités, dans la spécialisation des têtes de proue, viennent dynamiser des combats déjà reconnus pour leur efficacité. Le vrai petit plus étant l'apparition des Breaks façon Final Fantasy XIII qui en désarmant l'ennemi le temps d'un tour peut totalement renverser l'issue de la bataille. Plus spectaculaire que jamais Trails of the Cold Steel III revient même en force avec les affrontements entre mécha ne limitant plus ces derniers à des face-à-face, mais à des escarmouches par équipe.

Difficile de concurrencer les productions phares d'un éditeur comme Square-Enix, mais clairement Falcom compense ses faiblesses structurelles en creusant son univers, ses personnages, en améliorant à chaque chapitre son gameplay et en étendant son offre. Généreux et sans DLC qui coûte un bras.... Certains devraient en prendre de la graine.

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020