XENOBLADE CHRONICLES DEFINITIVE EDITION
Xenoblade - Japon - 2010 / 2020
Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Xenoblade Chronicles Definitive Edition »
Genre : RPG
Développeur : Monolith Software
Durée : élevée
Langue : Japonais ou anglais sous-titré français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 29 mai 2020
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Xenoblade Chronicles Definitive Edition »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Dans leur combat contre les mékons, le dernier espoir des Homz réside dans une épée légendaire, présent offert par le titan lui-même à ce que l'on dit. Sa lame est imprégnée d'un étrange pouvoir qui lui permet de percer sans effort les armures des Mékons. Malheureusement, celui qui manie cette épée le paie au prix fort dans sa propre chair. Dans toute l'histoire homz, seule une personne a été capable de la manier : Dunban, le héros des Homz.
Partagez sur :
Le jeu baffe révolution !

Nintendo n'a peur de rien. Alors que Square Enix propose un remaster du cultissime Final Fantasy VII, le constructeur de la Switch sort un remaster du cultissime Xenoblade Chronicles, sous titré pour l'occasion "Definitive Edition". Mais évidemment, Nintendo propose un remaster suivant ses propres termes : oui, il y aura de nouveaux environnements! Oui, on pourra choisir entre le japonais et l'anglais BBC! Oui, on aura le choix entre les musiques d'origine et les réorchestrées! Oui, le jeu sera plus beau... mais vous pouvez toujours courir pour avoir de la HD. Qu'est ce que vous allez faire ? ... Bah on va y jouer. Et ça aura intérêt à être bien!

À l'époque de sa première sortie sur Wii, en 2010, Xenoblade Chronicles accusait un retard technologique important par rapport aux critères de son temps. Face aux mastodontes de la PS3 ou de la Xbox 360, le jeu n'affichait pas de sacro sainte HD, il présentait des modélisations anguleuses et proposait des textures faiblardes. Dans son ensemble, le titre ne déméritait pas par rapport aux performances de son support. Cependant, comme tout jeu Wii, il paraissait digne des RPG issus de la génération précédente.
Dix ans plus tard, il semble bien que l'histoire se répète. En effet, aujourd'hui encore, dans le cadre d'un remaster très attendu par les fans du genre, Xenoblade Chronicles la joue à contre courant en refaisant le coup de la tortue. L'écart avec les standards du moment est même plus important aujourd'hui qu'il ne le fut en 2010 car le jeu ne propose que du 720p en 30 fps, avec une résolution variable, quand d'autres titres se tuent et s'évertuent à s'afficher en 4k. Xenoblade Chronicle, c'est une tortue, à n'en pas douter.... mais une tortue partie tellement à point que personne ne l'avait vu arriver, il y a dix ans. Grandiose, sublime, magnifique. Les superlatifs n'ont pas manqué. Et aujourd'hui, on attend la même baffe, même en baffe révolution.

 

On ne remaster pas ce qui marche


Le jeu n'affiche que du 720p. Pour autant, il ne manque pas de finition ! La confiance qu'affiche Nintendo en ressortant ce titre, face à un certain FF7 remaster qui plus est, vient d'une assurance certaine dans la qualité intrinsèque de ce Xenoblade. La mécanique de combat date un peu, maintenant. On ne peut donc pas parler d'une originalité folle quand on parle des joutes. Cependant, il reste exclusif à la série. Et comme elle n'a proposé que trois titres en dix ans, on ne pourra se plaindre d'une overdose. D'autant plus que ce système est simple, efficace et dynamique. Il s'agit d'un ingénieux mélange d'action RPG où le joueur garde la main sur le positionnement de son personnage, et de RPG au tour par tour, où les commandes demandent un certains temps de chargement avant de redevenir disponible. Le positionnement du joueur aura une influence sur l'efficacité des attaques choisies, ce qui incite le joueur à rester attentif à la situation et actif faces aux ennemis. Sur le papier, cette fusion de l'action et du tour par tour semble simple à mettre en place. Mais FFXV et FFVII montrent combien il est difficile de bien calibrer ce genre de mécanique. Sur Xenoblade, la variété des commandes et leurs rythmes de rechargement asynchrones empêchent le joueur d'avoir l'impression de se contenter d'appuyer en boucle sur X pour effectuer une action. Face à une telle réussite, le remaster n'a pas eu besoin de retravailler ce point. Tout au plus, quelques informations nouvelles viennent aiguiller le joueur mais dans l'ensemble, aucun changement majeur n'est à signaler. Ce qui est très bien, pour les puristes comme les novices.

 

Je tape avec mon deuxième meilleur pote


Le positionnement du joueur a une influence sur l'efficacité des actions choisies. Les attaques lancées par les coéquipiers ont également leur influence sur votre force de frappe. En effet, au delà de compétences individuelles, l'ensemble de votre équipe présente une panel d'attaques dont certaines sont complémentaires. Il est donc intéressant d'anticiper les actions de ses partenaires pour maximiser son efficacité tactique. Comme dans tout bon RPG japonais, une jauge de furie se remplit au cours des combats. Une fois remplie, le joueur peut lancer un enchaînement d'attaques en contrôlant tous les personnages de l'équipe l'un après l'autre. Lors de ces phases, le joueur est incité à exploiter la complémentarité des attaques pour optimiser son enchaînement et même bénéficier d'un nouveau tour. Cultiver les liens d'amitié entre les différents combattants est une mécanique à part entière. Durant les combats, il faudra veiller à remonter le moral de ses troupes en les encourageant, les soutenir en rattrapant leurs éventuelles erreurs ou les aider faces aux mauvais sorts et autres empoisonnement. L'utilité du niveau de ces liens d'amitié ne se limite pas aux phases de combats. Lors des phases de forge, par exemple, la qualité des matériaux travaillés bénéficiera également du niveau d'amitié des personnages impliqués dans l'opération. Durant les moments d'exploration, le niveau d'amitié donne également accès à des mini cinématiques qui étofferont l'arrière plan des personnages du jeu. Si la confiance est là, des personnages pourront se confier à un moment donné dans un lieu donné.

 

Oi mais c'est Xeno qui raconte


Système de combat dynamique, mécaniques d'interaction des membres de l'équipe développées, personnages avec un arrière plan fourni... Xenoblade Chronicles ne manque pas d'atouts pour vendre son gameplay. Mais tout cela n'est au service que d'une seule et unique chose: l'histoire du jeu. Issue d'une tradition narrative commune aux jeux estampillé "Xeno", l'histoire de Xenoblade Chronicles se veut travaillée et dense. Déjà originale en soi, elle est de plus servie au travers d'un sens du rythme parfaitement maîtrisée. Toutes les deux heures, un événement marquant vient ponctuer la progression du joueur, qui a constamment l'impression d'avoir passé une étape importante. De plus, cette progression se fait avec des enjeux qui montent en gravité, jusqu'à prendre des proportions épiques et démesurées. Tous les détails du jeu servent cette histoire. Par exemple, la démesure que nous évoquions se sent dans les environnements explorés, qui proposent des distances d'affichage importantes aussi bien dans l'horizontalité que dans la verticalité. Ces environnements participent autant à la narration que le font les cinématiques et les dialogues. Ils ont d'autant plus d'impact qu'ils s'accompagnent de musiques réellement efficaces pour poser une ambiance et emporter le joueur, de jour comme de nuit.

Alors oui, le jeu sent un peu la bouillie quand il se joue sur un écran 4k. Mais il ne faut pas laisser le visuel prendre le pas sur le fun. Car Xenoblade Chronicles DE est généreux et il y a une infinité d'arômes à saisir. Le jeu est maniable le pad en main, clair dans les objectifs donnés, pédagogues dans sa manière d'amener ses instructions, varié dans les environnements proposés. Il emporte le joueur dans son histoire comme l'avait fait FFVII au temps de la PS1, comme l'avait fait Chrono Trigger au temps de la Super Nintendo.

Xenoblade Chronicle DE est un excellent remaster non pas parce qu'il modélise mieux ses personnages et propose quelques nouveautés de choix, comme des environnements annulés sur la version Wii et des zones à challenges, la synchro labiale en japonais, tout ça.... C'est un excellent remaster parce qu'il ne met pas le graphisme en avant au détriment du gameplay. La résolution, c'est bien, mais le jeu vidéo, c'est mieux. Et Xenoblade Chronicles sur Wii, c'était déjà mortel!

Sélami Boudjerda


















Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020