NIOH 2
Japon - 2020
Image plateforme « Playstation 4 »
Image de « Nioh 2 »
Genre : Action
Développeur : Team Ninja
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Tecmo Koei
Date de sortie : 13 mars 2020
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Nioh 2 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
La vie d’un mercenaire surnommé Hide prend un nouveau tournant après sa rencontre avec Tokichiro, un marchand qui cherche à laisser son empreinte au Japon de l’ère Sengoku.
Partagez sur :
Histoires de fantômes japonais

L'histoire du premier Nioh ressemble à celle d'un miracle : lancé plus de dix ans avant sa sortie, le projet a longtemps disparu des plannings. Puis il a fini par connaître un succès retentissant et même une suite pratiquement dans la foulée.

Cette suite n'en est d'ailleurs pas tout à fait une, puisque les évènements de Nioh 2 se déroulent quelques années avant l'aventure de William Adams, le protagoniste du précédent jeu. Mais il s'agit toujours de revisiter l'ère Sengoku, en croisant certaines de ses figures emblématiques telles que Toshiie Maeda, Katsuie Shibata ou encore un certain Hideyoshi Toyotomi. Si le voyage dans ce Japon fantasmé sent quelque peu la redite, l'atmosphère dégagée par le jeu demeure l'une de ses grandes forces. Car, même si la réalisation n'apparaît pas vraiment comme un tour de force sur le plan technique, l'ensemble est conçu avant tant de soin et de finesse que l'on se laisse facilement happé par cet univers : les décors hautement détaillés, parfois sublimés par divers effets de mise en scène comme un éblouissant clair de lune, se montrent parfois envoûtants, parfois oppressants, bien aidés par un habillage sonore au diapason. Il ne s'agit, cela dit, que de l'enrobage : comme son prédécesseur, Nioh 2 n'est pas une promenade de santé et l'on n'y vient pas pour du tourisme à peu de frais.

 

la voie du samurai


En effet, derrière ce tableau de rêve, on trouve un challenge relevé et, surtout, une mine de mécaniques capables de rassasier les amateurs de RPG avides de butin à accumuler, de pièces d'équipement à combiner, d'arbres de compétences à compléter et de statistiques à analyser. A partir de là, de deux choses l'une : pour les connaisseurs, c'est un festin, une orgie même, tant le nombre de possibilités est élevé ; ceux qui recherchent un plaisir plus immédiat risquent en revanche l'indigestion tant il y a de menus à explorer avant de pouvoir tenir ne serait-ce que quelques minutes face aux pièges sournois et aux ennemis toujours plus dangereux qui n'attendent que le trépas du joueur. Dans le second cas, les premiers pas dans Nioh 2, comme dans le premier volet, vont à coup sûr apparaître comme un véritable calvaire rythmé par des Game Over à la chaîne avec, en prime, l'angoisse de retourner à sa propre tombe sous peine de perdre définitivement les points d'expérience péniblement accumulés. Pour les autres, l'entrée en matière ne fait office que de simple test avant une montée en puissance jouissive au fur et à mesure que l'on cumule les pouvoirs élémentaires et que l'on assimile les techniques de combat. Le changement de postures, qui permet d'adapter à la volée l'équilibre entre puissance, vitesse et portée, ainsi qu'une bonne gestion du Ki sont autant d'armes à même de neutraliser les ennemis les plus intimidants.

 

enfer, terre, ciel


Ce cousin éloigné de Dark Souls et compagnie s'adresse ainsi à un public bien particulier : celui qui ne craint pas de buter des heures sur les mêmes obstacles, ni de passer des heures dans des menus afin de se préparer de manière optimale aux dangers qui le guettent. La formule de ce second volet reste toutefois très proche de ce que proposait son prédécesseur. On trouve bien quelques nouveautés, fondées sur les origines hybrides du personnage que l'on incarne cette fois. Mi-humain, mi-yokai, celui-ci peut notamment acquérir de nouvelles attaques en récupérant les cœurs de certains ennemis et en les accordant avec son esprit protecteur. Il peut, en outre, faire usage du contre explosif pour interrompre les attaques les plus puissantes de ses opposants ; difficile à utiliser tant le timing diffère d'un cas à l'autre, sa puissance en fait un outil extrêmement utile contre les boss. On note enfin l'apparition des tombes bienveillantes qui, contrairement aux tombes sanglantes, permettent d'invoquer un allié contrôlé par l'IA ; mais pour un coup de main vraiment efficace, il vaut mieux se tourner vers de véritables partenaires (jusqu'à deux simultanément), idéalement piochés dans sa liste d'amis. Pour le reste, on demeure en terrain connu, avec des combats âpres et viscéraux, une gestion du Ki primordiale et un aspect RPG très complet. Commencer par Nioh 2 sans avoir touché au premier peut se révéler comme expérience aussi captivante qu'éreintante. Mais, pour ceux qui ont déjà vécu les aventures de William Adams en long, en large et en travers, la question est avant tout de savoir si l'on craint l'indigestion ou si, au contraire, la faim pour se genre de défi se faire encore sentir.

Benoit Barny












Partagez sur :
 

Vu de près, avec un œil bien tatillon, Nioh 2 n'a pas forcément de quoi impressionner, surtout si on le compare avec les plus grosses productions parues ces derniers temps. Mais, comme beaucoup d'autres, le jeu de Team Ninja a le mérite de proposer le choix entre un frame rate élevé et constant ou, pour les mieux équipés, une définition d'image plus élevée. Si l'on ne possède que le modèle simple de PS4, la première option offre un très bon compromis. Certes, les contours ne sont pas parfaitement lisses. Mais cela profite à l'animation dont la fluidité vient renforcer l'intensité des affrontements et le ressenti vif et soyeux de la maniabilité (ressenti qui a tout de même tendance à se faire oublier lorsque les schémas d'attaque parfois difficilement lisibles d'un boss vient inspirer tous les noms d'oiseaux de la Terre...). De plus, les décors, comme les personnages humains ou non sont modélisés avec soin, tandis que les effets spéciaux donnent beaucoup d'élégance à l'ensemble pour un résultat vraiment séduisant. Surtout si l'on est sensible aux charmes du Japon féodal.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020