LANGRISSER I & II
France - 1991 / 2019
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Langrisser I & II »
Genre : RPG
Musique : Iwadare Noriyuki
Développeur : Kadokawa Games
Durée : élevée
Langue : Voix japonaises, textes anglais
Distributeur : NIS America
Date de sortie : 13 mars 2020
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Langrisser I & II »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Dans un monde ravagé par les guerres, vous arbitrez le sort du monde au travers de générations de héros se battant pour la paix, l'ordre, ou le chaos. Commandez Ledin, Elwin et leurs compagnons dans leur quête pour trouver l'épée sacrée Langrisser et restaurer la paix dans des terres ravagées par la guerre.
Partagez sur :
Pour la couronne

Série de Tactical RPG culte pour les amateurs éclairés, et ceux ayant eu la chance de pouvoir les pratiquer, les Langrisser restent encore assez obscures pour le grand public plus rodé au opus du cousin Fire Emblem. Ce pack entièrement remasterisé pourrait permettre de rattraper un peu le retard.

Développés au tout début des années 90 par le studio Masaya Games, disparus depuis, les deux premiers opus de la saga Langrisser produits pour des machines comme la Mega Drive, la PC Engine ou la Super Famicom n'ont, comme beaucoup de RPG de ce temps, pas officiellement traversés les frontières jusqu'à chez nous. Un parfum d'une époque lointaine donc, un charme indéniablement rétro pour les fans du genre qui retrouvent ici une grande aventure d'Heroic Fantasy ultra manichéenne et classique (avec épée magique à retrouver et royaume à reconquérir) qui, malgré la profusion de personnages disponibles, restera jusqu'au bout extrêmement linéaire. Pas d'exploration dans ces contrées exotiques peuplées des habituels royaumes ennemis et de quelques créatures plus curieuses, entre ondins, lycanthropes et sorciers, le récit enchaine directement les grandes batailles, tout juste entrecoupées de quelques cinématiques textuelles pour étoffer le tout avec parfois de petites décision qui créeront des embranchements scénaristiques. Avec les différents arrangements des musiques composées par Iwadare Noriyuki (Grandia), la possibilité d'opter pour les designs mangas du célèbre Satoshi Urushihara plutôt que les illustrations modernes plus génériques, le voyage dans le temps peut s'avérer presque total.

 

taïo !


Et si clairement pour le portage sur mobile il y a quelques années Langrisser I & II ont connu une remasterisation assez complète (dessins et animations inédites), la structure même des softs est restées identiques préservant finalement son architecture solide mais, forcément, un peu rigide. Celle d'un TRPG aux larges maps vu du dessus, recouvertes d'un damier sur lequel se déplacent les différentes unités commandées par les héros et les généraux. L'idée est de donner au joueur, à l'instar des Fire Emblem, la sensation de grandes batailles épiques impliquant des centaines de troupes prêtent à se sauter à la gorge. Les escarmouches se font ainsi via une cutscene en vue latéral ou les deux camps se ruent l'un vers l'autres, croisent les armes et font ainsi disparaitre unité après unité. Une idée toujours réjouissante aujourd'hui, avec sa petite montée en suspens lorsque les forces sont équilibrées et qu'une position ne se joue à plus grands choses. Légèrement amoindrie pour cette version, mais toujours bien présente, la difficulté empêche d'ailleurs les comportements de tank et oblige le joueur à prendre constamment en compte toutes les caractéristiques du soft avec des bonus et malus en fonction du positionnement géographique, des armes choisies (cavalier, distance, magie...) ou de la proximité d'un général qui va boosté les statuts. Les Langrisser sont généreux et développent d'ailleurs un système de leveling certes classique à base d'EXP et de CP, mais qui ouvre la voie à de multiples classes et capacités spéciales qui relancent constamment l'intérêt. Pas si mal en somme pour des titres qui approchent de la trentaine. Cela ne parait plus aussi souple et énergique qu'autrefois, mais la grande expérience et la stabilité du sage compensent largement.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Remodelé récemment pour une arrivée sur les offres IOS et affiliés, le premier Langrisser a manifestement contaminé le second et les deux esthétiques se rapprochent désormais des standards du genre. Un peu chiche pour des nouveautés Switch et PS4 certes, mais le rendu beaucoup plus lisse, mieux dessinés et surtout plus à même de s'installer sur des écrans HD est une condition sine-qua-non à sa sortie récente. Les animations sont plutôt sympas, les nouveaux designs trop propres mais efficaces, les réorchestrations soignées, seules les cartes de fond rappellent que Langrisser ne date pas d'hier. Mais la bonne idée de ce pack est de donner la possibilité ou plus nostalgique, ou aux curieux, de retrouver un maximum des sensations d'autrefois en passant par les menus et diverses options dédiées : designs made in 90's, musiques bitmap... il y en a pour tout le monde.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020