DUSK DIVER
Dusk Diver Youshanding - Taïwan - 2019
Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Dusk Diver »
Genre : Action
Musique : Inconnu
Développeur : JFI Games
Durée : faible
Langue : Anglais
Distributeur : PQube
Date de sortie : 25 octobre 2019
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Dusk Diver »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Yumo, jeune étudiante ordinaire, doit retrouver son amie Yusha le temps d’une sortie à Ximending, quartier vivant de Taipei. Mais son quotidien bascule lorsqu’une faille interdimensionnelle l’envoie dans un monde infernal.
Partagez sur :
Tourisme culturel

Le jeu vidéo apparaît souvent comme une fenêtre ouverte sur le monde. Mais, si le public occidental a développé depuis longtemps un intérêt pour le Japon, Dusk Diver est l'occasion de se familiariser avec la culture taïwanaise.

Dusk Diver se déroule justement à Ximending, quartier que l'on pourrait présenter comme le Harajuku ou le Shibuya de Taipei. Et pour cause, après l'occupation japonaise, le lieu est toujours influencé par cette culture. Mais c'est surtout une zone particulièrement vivante, avec ses nombreux commerces, ses stands de street food et sa vie nocturne animée. Voilà ce qu'a voulu reproduire ici le studio JFI Games, avec un jeu d'action qui a pour décor ce secteur de la capitale taïwanaise. Cela rappelle d'ailleurs des titres comme Yakuza, puisque il est possible de visiter librement l'ère de jeu et d'y faire des rencontres inattendues, celles-ci débouchant vers différentes missions, qu'il s'agisse de repousser les Chaos Beasts, principaux ennemis du jeu, ou de rendre de petits services à la population locale. Cependant, on se rend vite compte que cette équipe indé n'a pas les moyens, ni l'expérience du Ryu Ga Gotoku Studio : la zone à explorer est bien plus réduite que Kamurocho et les activités demeurent très limitées, d'où un univers finalement très peu immersif. Mais, s'il faut faire l'impasse sur le karaoke et autres divertissements, on peut tout de même se tourner vers les nombreux vendeurs de nourriture, qui donnent à la fois l'occasion de découvrir la gastronomie locale et d'octroyer divers bonus à l'héroïne et ses partenaires.

 

privée de sortie


Car, à défaut d'être un jeu d'aventure vraiment ambitieux, Dusk Diver reste un jeu d'action assez défoulant. On retrouve ici une formule à la Dynasty Warriors, avec des enchaînements fondés sur la combinaison des attaques rapides et puissantes. A cela s'ajoute, la présence des gardiens qui accompagnent Yumo : ces divinités venues de Kunlun prêtent à la lycéenne leurs pouvoirs et peuvent intervenir à la fin d'un combo, à la manière des attaques Kizuna de One Piece Pirate Warriors 3. Avec une maniabilité souple, notamment grâce à la possibilité d'annuler le temps de récupération avec une esquive, l'action se montre vite intense, d'autant qu'un compteur élevé de combos est récompensé par une pluie de bonus qui permettent de remplir rapidement les jauges spéciales et donc d'envoyer plus de coups spéciaux à la suite. Seulement, malgré un résultat loin d'être déplaisant dans l'absolu, Dusk Diver ne propose pas grand-chose pour accrocher le joueur très longtemps : outre les quêtes annexes sans grand intérêt, on ne dispose ici que d'un seul personnage jouable avec des aptitudes finalement limitées tandis que le bestiaire ennemi peine à se renouveler. Le pire, ce que, quand le jeu tente de proposer autre chose, il le fait de manière maladroite, à l'image des phases de plateforme bancales.

Il est ainsi difficile de recommander à tout prix Dusk Diver tant il manque d'ambition à tous les niveaux. Mais en assurant au moins un système de combat souple et dynamique, il pourrait éventuellement trouver son public entre deux jeux d'action plus consistants.

Benoit Barny








Partagez sur :
 

Ce qui trahit le plus moyen les moyens limités de cette production, c'est naturellement la réalisation. Sans être hideux, Dusk Diver est, en effet, loin d'être impressionnant. L'ère de jeu paraît minuscule et les PNJ sont modélisés de la manière la plus simple, apparaissant comme de simples silhouettes de couleur avant que l'on s'en approche pour à peine plus de détails. Il faut également relever les problèmes d'affichage régulier à la fin de chaque temps de chargement qui n'ont rien de gênant en soi, mais font toujours tâche. Cela dit, l'équipe de JFI Games a tout de même assuré le minimum en proposant des séquences d'action fluides en toutes circonstances : les attaques s'enchaînent avec aisance et une pluie de bonus vient récompenser les combos à rallonge, sans que le frame rate ne soit pris à défaut. Cela en fait finalement un titre assez plaisant à jouer malgré le manque de variété et de finesse.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019