THE BARD’S TALE IV: DIRECTOR’S CUT
Etats-Unis - 2018/2019
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »
Image de « The Bard’s Tale IV: Director’s Cut »
Genre : RPG
Musique : Ged Grimes
Développeur : inXile Entertainment
Durée : élevée
Langue : Voix anglais, textes français
Distributeur : Deep Silver
Date de sortie : 6 septembre 2019
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « The Bard’s Tale IV: Director’s Cut »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Les puissances antiques qui autrefois ont semé la désolation à Caith et à Skara Brae sont tombées dans l’oubli et les héros victorieux d’antan sont désormais traités avec mépris. Mais de nouveau, une nouvelle menace se profile. Aurez-vous la bravoure de déjouer les plans de maitres et défier les ténèbres ?
Partagez sur :
joueurs de flute

Distribué une première fois en 2018 uniquement sur PC et largement décrié pour une finition qui laissait à désirer, The Bard's Tale IV a profité de son arrivée sur consoles pour se refaire une garde robe. De quoi redonner à ce bon Dungeon Crawler de meilleurs arguments pour séduire l'aventurier.

Peut-être moins connu du grand public que d'autres licences apparues à la belle époque des RPG sur PC (et autres ordinateurs personnels disparus aujourd'hui), The Bard's Tale a cependant laissé un souvenir marquant à de nombreux joueurs séduits par une exploration toujours solide et un ton général beaucoup plus décontracté, humoristique, que la concurrence. Le premier épisode date de 1985, le dernier fit sa première apparition en 2015 par le biais d'une campagne Kickstarter pour être finalisé finalement trois ans plus tard. Enfin finalisé... Si clairement l'équipe d'InXile Entertainment a brillamment retrouvé une grand part de l'esprit original et renouvelé efficacement le gameplay, le moteur du jeu se montrait d'une fragilité déconcertante, enchainant les problèmes d'affichage, les modélisations douteuses, les bugs, voir les crashs, tandis que certain choix d'ergonomie le rendait peu accessible, vieillot. La version de 2019, appelée Director's Cut, sert autant de polissage appliqué pour ceux possédant déjà la version PC (la mise à jour est gratuite), que d'objet de découverte confortable pour les joueurs Xbox One et PS4 en rectifiant de nombreux défauts. Le moteur a grandement été amélioré, les bugs rectifiés, les interfaces rendues beaucoup plus fluides et lisibles, les combats mieux équilibrés, tandis que de petits bonus viennent se poser dans le paysage : une nouvelle fin et de nouvelles quêtes, des ennemis et items inédits, des classes supplémentaires pour les héros...

 

the sound of music


Tout est là en somme pour accéder au titre dans les meilleures conditions possibles, même s'il est clair qu'il ne pourra jamais prétendre à l'apparence léchée d'un blockbuster AAA. Peut importe, The Bard's Tale IV avait de toute façon dès là base de très belles qualités qui ne pouvaient que réjouir les amateurs de RPG à l'ancienne. Oldies car l'exploration des nombreux donjons se fait en vue à la première personne, avant de bifurquer pour les affrontements en un dispositif plus tactique à base d'un damier de huit cases, où le joueur doit disposer efficacement sa petite troupe de cinq héros. Les placements ne sont jamais anodins tout comme le choix, avant chaque départ dans l'aventure, de cinq aptitudes uniquement par personnage parmi un arbre de talents très impressionnant et varié. Une vraie dose de Tactical RPG étoffée constamment par la passion du soft pour les énigmes à l'ancienne. Des leviers, des pièges, des portes cachées et autres sortilèges dissimulés qui constituent certainement 50% du challenge de chaque lieu, montrant certes des mécaniques récurrentes, mais aussi une difficulté évolutive bien gérée et quelques finesses dans les derniers élans. Non, ce n'est pas du Square-Enix, mais c'est justement ce que cherchent les joueurs ici, décortiquant une aventure plutôt posée, mature, voir cérébrale, mais qui sait aussi prendre une certain distance. Si la trame principale est on ne peut plus classique, les personnages et les dialogues sont assez décalés. A l'image d'ailleurs de la classe principale du jeu, le barde, figure haute en couleurs, star locale dirigeant son band à coups de caprices et dont il faut doser la consommation d'alcool pour déclencher les pouvoirs. Rock'n Roll le ménestrel.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Difficile de changer une carriole en Rolls, mais on peut tout de même lui lustrer la carrosserie. Si The Bard's Tale IV n'a pas forcément les armes pour en mettre plein la vue avec son moteur un peu rustique, il se montre cependant désormais beaucoup plus solide. Les soucis de ralentissements et de bugs se font rares, tandis que la direction artistique et le level design retrouvent un peu de leur superbe. Un bon jeu, modeste mais agréable, qui est doté au passage d'une bande sonore plutôt variée et évocatrice.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019