PAWARUMI
France - 2017
Image plateforme « PC »Image plateforme « Xbox One »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Pawarumi »
Genre : Shoot'em up
Musique : Grégory Desmurs
Développeur : Manufacture43
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Manufacture43
Date de sortie : 24 juillet 2019
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Pawarumi »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Axo, la meilleure pilote de sa génération, pense se rebeller contre l’autorité pour le bien de son peuple. Mais mesure-t-elle vraiment la portée et le sens de ses actions ?
Partagez sur :
futur antérieur

Si les joueurs PC ont déjà pu découvrir Pawarumi sur Steam début 2018, le public consoles peut enfin profiter des portages Switch et Xbox One, en attendant une version PS4 à suivre dans la foulée.

L'âge d'or des Shoot'em up semble loin, mais le genre n'a certainement pas dit son dernier mot : quelques créateurs, généralement indé, continuent à cultiver l'art de la boulette tandis qu'une niche de joueurs passionnés ne cessent de mettre leurs réflexes et leur sang froid à l'épreuve face à des schémas de tirs plus ou moins touffus. C'est dans ce mouvement que s'inscrit le studio bordelais Manufacture43, dont le premier projet, Pawarumi, n'est autre qu'un jeu de tir dans la pure tradition arcade, sans être toutefois dénué d'un certain caractère. Cela commence par son ambiance qui puise son inspiration à la fois dans la science-fiction futuriste et la mythologie précolombienne. Il en résulte une ambiance plutôt séduisante, entre les designs d'inspiration hybride au niveau des environnements de jeu, des illustrations qui habillent avec goût les transitions entre chaque niveau et la musique pour laquelle le compositeur n'a pas hésité à ajouter des sonorités inattendues à ses pistes électro.

 

triple menace


Mais c'est surtout au niveau des mécaniques de jeu que l'équipe derrière Pawarumi compte se démarquer. Le système d'attaque est ainsi fondé sur l'utilisation de trois tirs distincts, chacun étant lié à une divinité et une couleur, à savoir le Serpent vert, le Condor bleu et le Jaguar rouge. Sachant que les ennemis sont également répartis selon ces trois coloris, le joueur peut jongler avec ces différentes options pour bénéficier de divers bonus. Ainsi, tirer sur une cible avec l'une des deux couleurs différentes augmente les dégâts ou permet de remplir la jauge d'attaque spéciale, tandis qu'utiliser la couleur identique remplit la jauge de bouclier. Difficile de ne pas penser à Radiant Silvergun ou Ikaruga dans ces conditions, mais les concepteurs avaient plus en tête un jeu de pierre / feuille / ciseaux où l'aspect puzzle reste moins appuyé que dans les productions de Treasure. Ce système a tout de même le mérite d'enrichir le système en apportant un soupçon de stratégie, tout en restant plus abordable que l'on pourrait croire de prime abord. En effet, si l'on a tendance à s'emmêler les pinceaux au départ, il faut garder à l'esprit qu'aucun choix n'est vraiment pénalisant : on a donc tout le temps d'expérimenter d'apprendre à optimiser son parcours au fur et à mesure des parties, d'autant que l'interface indique l'effet de chaque attaque.

 

choc chromatique


Pawarumi a donc les arguments pour accrocher les fans de la discipline, que ce soit son ambiance assez unique et son système raffiné. Mais les connaisseurs les plus pointilleux risquent de lui reprocher quelques faiblesses un peu regrettables, comme un certain manque de retours à l'écran. Même si l'interface guide le joueur sur l'effet de ses tirs, quelques indices plus visuels, directement au cœur de l'action auraient pu permettre de mieux ressentir l'impact de ses choix. Même chose au niveau des bonus de score qui sont difficile à mesurer en pleine partie alors que c'est généralement cette course aux points qui poussent à relancer sans cesse un Shoot'em up, même bien après la découverte du générique de fin. Les développeurs ont sans doute voulu privilégier la visibilité, mais, même à ce niveau le jeu ne se montre pas toujours exempt de reproche, avec des tirs parfois difficiles à distinguer ; d'ailleurs, le choix de concevoir un jeu de tir vertical en 16/9e peut rendre certaines situations assez délicates à ce niveau. Malgré tout, le jeu de Manufacture43 demeure assez solide pour procurer le frisson de l'arcade grâce à un niveau difficulté progressif et des boss inventifs, souligné par des effets de mise en scène réussis, ce qui en fait, quoiqu'il arrive, un titre largement recommandable.

Benoit Barny










Partagez sur :
 

Dans l'ensemble, ce portage de Pawarumi sur consoles est soigné, avec un rendu fidèle à ce que l'on trouve sur PC. En tout cas pour la Xbox One. Car la version Switch montre tout de même quelques failles : outre quelques courtes saccades entre les scènes d'intro et les séquences de jeu, cette mouture tourne à 30 images par seconde, contrairement aux autres moutures. C'est loin d'être gênant dans l'absolu : au pire, cela risque simplement de frustrer les joueurs qui jouent à une autre version en parallèle.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019