A.O.T. 2 : FINAL BATTLE
Shingeki no Kyojin 2: Final Battle - Japon - 2019
Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « A.O.T. 2 : Final Battle  »
Genre : Action
Musique : Divers
Développeur : Omega Force
Durée : élevée
Langue : Voix japonaise, textes français.
Distributeur : Tecmo Koei
Date de sortie : 5 juillet 2019
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « A.O.T. 2 : Final Battle  »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Dans un monde ravagé par des titans mangeurs d’homme depuis plus d’un siècle, les rares survivants de l’Humanité n’ont d’autre choix pour survivre que de se barricader dans une cité-forteresse. Le jeune Eren, témoin de la mort de sa mère dévorée par un titan, n’a qu’un rêve : entrer dans le corps d’élite chargé de découvrir l’origine des Titans et les annihiler jusqu’au dernier…
Partagez sur :
Titan au pied d'argile

L'intérêt pour Attack on Titan étant loin de faiblir, Tecmo Koei revient en force sur la licence pour rebondir sur une troisième saison animée bourrée de révélation drastiques et choquantes. Pas de nouvel épisode d'AOT proprement dit cela dit, mais une extension très attendue avec un nouveau récit, des modes inédits et quelques bonus à la clef.

Finale Battle est d'ailleurs proposé sous deux formes différentes. En mode téléchargement et purement add-on pour tout ceux qui possèdent encore la version initiale d'A.O.T. 2, et un pack intégral pour les derniers arrivants. Le soft de 2018 est donc rigoureusement le même, mais l'opportunité de revivre en un seul soft les trois premières saisons de la série animée reste plutôt alléchante pour les fans. La version ludique de la dernière en l'occurrence laisse désormais de coté, et de manière assez logique pour qui connait les évènements concernés, le personnage inédit crée de toute pièce dans les chapitres précédents. Le Character Episode mode donc va constamment varier les points de vue, des grands héros du bataillon d'Exploration, à la 104ème Brigade d'entraînement en passant par les figures des Guerrier de l'Empire, pour conter les derniers évènements entre deux batailles aériennes. Des duels entre ciel et terre désormais assez habituels, voir ici régulièrement redondants et répétitifs qui peinent à retranscrire la nervosité, voir la fougue, des séquences équivalentes vue dans la série.

 

accroché au grappin


Entre les quelques cinématiques 3D utilisant le moteur du jeu et les dialogues figés rappelant volontairement le manga, le script avance laborieusement et même se perd régulièrement dans un petit jeu de chaise musicale et de copier-coller pour étendre inutilement la durée de vie du soft. Même sentiment de tirer un peu à la ligne dans le nouveau mode Territoire qui pour le coup, comme dans la grande tradition des créations licenciées d'Omega Force, s'offre un sacré cocktail de personnages et d'épisodes totalement réinventés. Un contexte beaucoup plus libre avec une quarantaine de figures connues en guest, pour un semblant de stratégie épique rapidement relégué à un accessoire lointain tandis que les escarmouches s'enquillent sur un schéma identique.

Annoncé comme une version améliorée et étoffée du précédent AOT 2, Final Battle manque clairement d'ambition et se semble se contenter de glisser quelques bonus en guise de remplissage. Seuls finalement quelques options plus discrètes viennent véritablement changer l'expérience comme ces armes à feux qui projettent des pieux métalliques (sans compter sur les puissants Thunder Spear et le Gatling Gun apparaissant comme des bonus) et évitent alors les corps à corps trop houleux, ou l'arrivée d'affrontement aériens uniquement entre humains. Beaucoup plus nerveux, aériens, rapides, ces derniers viennent rappeler les petits soucis de placements de caméra, avec quelques jolis moments de bordel pas du tout organisé. C'est un peu le souci de Final Battle : beaucoup de matière ajoutée, mais disposée dans tout les sens et sans vraie logique.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Naturellement la facture du jeu est à l'identique de celle de la sortie précédentes, avec ce mélange de batailles virevoltante fluides et spectaculaires, de modélisationq cell-shadées qui préservent de la rusticité des graphismes du manga, et malheureusement quelques décors interchangeables, des modélisations un peu trop rigides et une caméra qui peine à suivre. Le titre n'en est pas moins assez agréable et doté d'une direction artistique qui ne trahit jamais l'œuvre originale.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2019