THE 25TH WARD : THE SILVER CASE
Shiruba Jiken 25-Ku - Japon - 2018
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »
Image de « The 25th Ward : The Silver Case »
Genre : Visual Novel
Musique : Masafumi Takada
Durée : moyenne
Langue : Anglais
Distributeur : NIS America
Date de sortie : 13 mars 2018
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « The 25th Ward : The Silver Case »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Après l’échec de la 24e circonscription, le gouvernement compte bien créer un havre de paix dans la 25e. Mais cela n’empêche pas la découverte de crimes toujours plus violents, à tel point que le nom de Kamui finit par ressurgir.
Partagez sur :
L'heure après le crime

Véritable objet de curiosité, The Silver Case est parvenu à rencontré un accueil plutôt enthousiaste lorsque sa version remasterisée est parue, en 2017. Preuve de la popularité de son réalisateur, Suda51, dont le nom au générique est en partie responsable de cet intérêt soudain.

Grasshopper Manufacture s'est donc naturellement penché sur le cas de sa suite, The 25th Ward, toujours sous la houlette du célèbre réalisateur, qui est lui-même accompagné par les coscénaristes du premier volet, Masahi Ooka et Masahiro Yuki. Mais il ne s'agit cette fois pas d'un simple portage : conçu à l'origine pour être joué sur téléphone portable, The 25th Ward a été retravaillé pour mieux profiter de ses nouveaux supports. Le jeu demeure toutefois assez minimaliste tant au niveau des interactions que de sa réalisation ; les nombreux casse-tête fondés sur l'utilisation de chiffres trahissent même ses origines mobiles. Mais, comme pour The Silver Case, cela contribue largement au charme du titre. Les illustrations en noir et blanc ne cèdent qu'occasionnellement de la place à une ou deux couleurs et la 3D sommaire appuie encore l'ambiance pesante qui règne dans les lieux visités par les protagonistes. Ceux-là sont d'ailleurs répartis dans les trois campagnes qui composent l'histoire : les enquêteurs Kuroyanagi et Shiroyabu, les agents d'« ajustement » Tsuki et Osato et enfin Tokio Morishima, le reporter freelance déjà croisé dans The Silver Case.

 

l'obsession de la mort


Si The 25th Ward ne nécessite pas d'avoir joué à The Silver Case pour être apprécié, il montre vraiment toute mesure lorsqu'il raccroche les wagons avec sa première partie. Cette suite revient toutefois en détail sur les évènements du passé afin de mettre au parfum un joueur qui prendrait le train en marche. Quoiqu'il arrive, l'histoire se montre assez mystérieuse et énigmatique pour perdre même les plus informés durant les premières heures de jeu. On se laisse alors emporter par cette aura de mystère pour voir l'intrigue se démêler progressivement au fur et à mesure que les pièces du puzzle commencent à se mettre en place. Et l'on est surtout captivé par l'atmosphère unique ainsi que les différentes thématiques abordées, comme la Mort, véritable obsession de Suda51, les théories du complot et l'ampleur qu'elles peuvent prendre à travers l'Internet underground ou encore la manière convenable de manger un mont blanc. Quant à la jouabilité, là encore minimaliste, elle s'autorise quelques écarts surprenants qui semblent avoir été pensés avant tout pour troller le joueur, notamment lorsqu'il s'agit de faire face à des tueurs à gage au cours de duels à la mise en scène évocatrice. Mais c'est sans doute ce genre de bizarreries que les fans du réalisateur recherchent dans ses productions.

Benoit Barny






Partagez sur :
 

Contrairement à la première partie de The Silver Case, The 25th Ward a été développé dans les années 2000, avec une première parution en 2005. Mais c'était alors sur les téléphones portables japonais, d'où une réalisation qui demeure comparable. Seulement, la sobriété graphique est à nouveau largement compensée par des choix esthétiques tranchés et audacieux qui font du jeu une œuvre unique.
Par ailleurs, The 25th Ward a le mérite d'éviter de sortir avec le bug gênant du jeu précédent qui empêchait toute progression sur PS4 si la console n'était pas configurée en anglais. Mais, même s'il n'est pas nécessaire de changer les paramètres, le jeu demeure quoiqu'il arrive dans la langue de Shakespeare, ce qui peut être gênant pour les joueurs peu à l'aise étant donné la masse de texte imposée ici.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020