BROFORCE
Afrique du Sud - 2015
Image plateforme « Playstation 4 »
Image de « Broforce »
Genre : Action
Musique : Divers
Développeur : Free Lives Games
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Devolver
Date de sortie : 1 mars 2016
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Broforce »
portoflio
LE PITCH
Quand une menace pèse sur le monde, on peut toujours compter sur la Broforce, une équipe de mercenaires dont la virilité crève l’écran, comme leurs flingues font voler les décors en éclats.
Partagez sur :
"i'll be bro... "
Comme de nombreux jeux nés au cours d'une Game Jam, Broforce est fondé sur un concept simple à partir duquel ses développeurs ont tenté de faire quelque chose de rafraîchissant et, surtout, fun.

Et leur inspiration, les sud-africains de Free Lives sont allé la puiser dans le jeu vidéo et le cinéma d'action des années 80 / 90. En effet, Broforce est comme une adaptation libre des films Expandables à la sauce Run'n'Gun. Il reprend ainsi les plus grandes figures du genre, avec des caricatures allant de Rambro à Brominator, en passant par Bro Hard, MacBrover ou Brobocop pour une vingtaine de personnages que l'on débloque au cours des niveaux. Pour cela, il faut libérer les prisonniers croisés en chemins, qui rejoignent ensuite la troupe de héros, rapportant une vie supplémentaire au passage. La parodie va même un peu plus loin que cela. Non seulement, chaque personnage dispose d'une arme unique qui le caractérise, comme le lance-roquette de Brommando, le laser surpuissant de Bro in Black ou le tir à tête chercheuse de Bro Dredd, mais en plus, on progresse dans des décors entièrement destructibles, ou presque. Ce qui permet des approches plutôt tordues, en creusant par exemple un tunnel sous les pieds des soldats ennemis pour les prendre à revers, ou en explosant simplement les barils de liquide inflammable innocemment entreposés à quelques mètres de leur poste de garde. Dans tous les cas, chaque mission garantit un festival de feux d'artifice, surtout lorsque l'on joue à quatre en coopération.

 

beaucoup de bro pour rien


Mais, si Broforce est un bon délire, il n'est malheureusement pas un vrai bon jeu. Son ambiance déconnante, débordante de testostérone, ses nombreuses références à une époque bénie pour les trentenaires et quadragénaires et ses déluges d'explosions ne font, en réalité, que masquer la maladresse de son système. Car, pour commencer, l'action devient vite illisible lorsque les choses s'emballent : il n'est pas rare de découvrir que son avatar a subitement décidé de passer l'arme à gauche derrière une gerbe de pixels, sans que l'on sache vraiment ce qui s'est passé. La succession aléatoire des personnages conduit également à des situations injustes, puisque l'on se retrouve souvent à contrôler un Bro qui n'est tout simplement pas adapté à certains obstacles, lorsque l'on joue un perso équipé pour le corps à corps face à des ennemis armés de mitrailleuses lourdes, par exemple. Même s'il suffit d'utiliser un continu pour profiter d'un meilleur tirage, et transformer un passage galère en promenade de santé, cela traduit un manque de rigueur dans la conception du titre, bien loin du raffinement dont ont fait preuve les développeurs de leurs illustres modèles tels que Contra ou Metal Slug. Certes, Broforce est défoulant lorsque l'on fait tout péter entre amis, sans se prendre la tête. Mais le titre perd largement de son intérêt dès que l'on veut s'y mettre sérieusement.

Benoit Barny








Partagez sur :
 

L'abondance de titres aux graphismes rétro peut prêter à débat, mais il est naturellement impossible de juger objectivement la pertinence d'un choix artistique. Si le jeu est bon, c'est génial, ça nous renvoie à « l'âge d'or » du jeu vidéo ; quand il l'est moins, c'est juste un artifice visant la corde nostalgique des joueurs. Si le choix semble cohérent dans le cas de Broforce, véritable hommage aux héros de notre jeunesse, le style pixélisé ne lui rend pas vraiment service, notamment à cause de l'action souvent illisible. On note toutefois que les avatars sont reconnaissables au premier coup d'œil, d'où la sympathique que le jeu a su s'attirer. Mais il en faut plus pour faire oublier ses phases de jeu lassantes et les quelques problèmes techniques rencontrés dans cette mouture PS4, comme ses micro-freezes intempestifs qui rendent les échecs d'autant plus agaçants.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021