THE LEGEND OF HEROES: TRAILS OF COLD STEEL
Eiyuu Densetsu: Sen no Kiseki - Japon - 2013
Image plateforme « Playstation 3 »Image plateforme « PS Vita »
Image de « The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel »
Genre : RPG
Musique : Falcom Sound Team
Développeur : Falcom
Durée : élevée
Langue : Anglais
Distributeur : NIS America
Date de sortie : 29 janvier 2015
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Se déroulant sur le même continent que le populaire Trails in the Sky dérivé de la franchise The Legend of Heroes,Trails of Cold Steel est le premier d’une série de jeux qui se dérouleront en terre d’Erebonia, et qui vont explorer les conflits internes de la puissante nation dont il est souvent fait référence. Proposant un scénario unique qui permet d’en apprendre plus sur l’univers de la série, le jeu permet de découvrir la vie estudiantine et de tisser des liens avec les aut...
Partagez sur :
Apprentis heroes

Reconnu pour l'importante saga Ys, Falcom est aussi à l'origine d'un autre univers de RPG : Legend of Heroes. Une dizaine de titres dont seule une poignée a eu la chance d'être localisée par chez nous en anglais. Après trois ans d'absence, la nouvelle trilogie Trails of Cold Steel parvient enfin sur nos PS3 et PS Vita.

Les inconditionnels du genre connaissent sans doute déjà les grandes lignes de l'habillage des Legend of Heroes grâce à la trilogie Trails in the Sky, qui imposait définitivement le système de combat particulier imaginé par Falcom. Des combats au tour par tour classiques, mais où s'insinue un dynamisme bien senti grâce à un soupçon de placement tactiques permettant des attaques de zone (avec gabarit visible à l'écran) et d'attaques couplées en fonctions des proximités et des connivences. Clairement c'est une fois encore l'argument numéro 1 de l'épisode, parfaitement rodé, auquel s'ajoutent de multiples attaques spéciales entre les Arts, reposant sur la magie, et les Craft, sur les techniques d'attaques, disposant chacune de sa jauge dédiée. De quoi pousser le joueur à prévoir ses coups à l'avance et à gérer son énergie et son timing puisque des subtilités bienvenues comme les techniques offensives ou défensives et la possibilité de lancer un S-Craft meurtrier mais vidant cruellement la jauge, deviennent rapidement le sel des affrontements. Nos chers héros s'améliorent donc graduellement et étoffent leur arborescence en récoltant au fur et à mesure différents divers orbes de pouvoirs, mais aussi en passant du temps ensemble.

 

échauffements


Ainsi, le personnage principal est un simple étudiant dans l'académie militaire d'Erebonia, et va devoir, à la manière des Persona, tisser des liens amicaux ou affectueux avec ses camarades de classe. Des personnages souvent caricaturaux, ou en tout cas stéréotypés « animé japonais »avec lesquels le joueurs discute entre deux missions peu palpitantes et quelques détours sur le champ de bataille. Très structuré dans son déroulement Trails of Cold Steel se découpe en épisodes journaliers fait de cours, de discussions avec des PNJ ou des acolytes pour débloquer quelques quêtes annexes basiques (transports, découverte d'item) et enfin une mission incontournable commandité par les profs. Plaisant certes, mais rapidement répétitif, le déroulement manque de puissance en particulier lorsque le point d'orgue, phase d'exploration + combat, se révèle une simple déambulation dans des couloirs stériles avec boss en fin de challenge. Les affrontements ont beau être accrocheurs, lorsque les enjeux manquent de charme, le joueur peine à se mobiliser. Surtout que si l'on peut remarquer un arrière-plan politique plutôt étoffé et un univers à fort potentiel, le scénario se consacre dans presque 80% de son corps aux aventures intimes de ses multiples personnages, plutôt qu'à l'élaboration de fresque épique et sombre à la Valkyria Chronicles, ne lâchant ses meilleurs atouts que dans les dernières heures... Comme pour mieux annoncer les deux épisodes suivants, dont un Trails of the Cold Steel II déjà disponible au Japon. Pourtant avec une mise en exergue de la confrontation entre les classes, roturiers contre aristocrates, il y avait de quoi faire, mais ce Legend of Heroes semble un peu passer pour l'instant à coté de son potentiel.

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :
 

Proposé simultanément sur PS3 et PS Vita, The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel n'envoie pas forcément du rêve en dehors de ses très sympathiques (mais rares) séquences animées. Les musiques sont plutôt agréables, le doublage intégral en anglais est assez solide, mais visuellement ça pêche. Les designs des personnages sont excessivement génériques tandis que leurs modélisations 3D et leurs animations, limitées, semblent plutôt héritées d'un développement sur PSP. De toute façon comme les décors visités sont limités, on ne remarque pas forcément beaucoup de détails sur les textures et les habillages. C'est propre mais c'est tout. On peut par contre louer la lisibilité imparable des combats et la clarté des menus.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020