HARD WEST
Etats-Unis - 2015
Image plateforme « PC »
Image de « Hard West »
Genre : RPG
Musique : Divers
Développeur : Creative Forge
Durée : moyenne
Langue : Anglais
Distributeur : Gambitious Digital Entertainment
Date de sortie : 18 novembre 2015
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Hard West »
portoflio
LE PITCH
Warren s’aventure dangereusement dans les tréfonds de l’âme humaine, en quête d’une impossible rédemption. Cerné par des forces mystiques, il va devoir assumer les conséquences hasardeuses de ses choix passés, présents et futurs. L’horizon, c’est un duel contre la mort elle-même. Difficile de savoir qui hante l’autre, dans ce conte ésotérique qui se répand bien au-delà de la compréhension humaine.
Partagez sur :
Les Mystères de l'ouest

Si, en jeu vidéo, certains univers ont particulièrement la cote (les habituels univers de fantasy, Seconde Guerre mondiale, ambiances contemporaines fantastiques ou réalistes), d'autres sont bien moins courants. Le western, ainsi, malgré quelques avatars réussis (la série des Wild Arms en RPG japonais, Red Dead Redemption, ou encore des échos du genre dans les Wasteland), peine à s'imposer comme un incontournable. C'est pourtant le cadre choisi par les Polonais de Creative Forge pour Hard West, hybride prometteur entre RPG, tactical et jeu d'aventure.

Dans Hard West, le joueur va être confronté à une série de scénarios proposant chacun un cadre et une ambiance différents, avec différents combats obligatoires et quelques affrontements facultatifs. Le tout est entrecoupé de scènes d'interactivité moins mortelles, puisque chaque scénario est le cadre de l'exploration d'une région, avec différents lieux à visiter. Cet aspect offre au jeu une petite facette jeu d'aventure/livre dont vous êtes le héros, un peu à l'instar d'un Banner's Saga il y a quelque temps. On rajoute à cela une gestion légère des personnages, via quelques pièces d'équipement, et un astucieux système de cartes de poker correspondant à des compétences actives ou passives, et débloquant des bonus supplémentaires selon les mains réalisées.


On salive, donc, devant ces phases d'exploration plutôt bien écrites, à l'ambiance pesante, visuellement minimalistes, mais très bien menées, proposant des choix cornéliens aux impacts fort légers sur l'histoire de fond, mais d'importance sur la façon de gérer son petit groupe. Et les premiers combats sont à l'avenant, riches en possibilités stratégiques et en idées qui semblent réjouissantes.

 

du western tentacule !


Reconnaissons que s'inspirer très fort du système de combat de X-Com promet, avec la gestion d'une petite équipe de personnages et des affrontements à base de points d'action et de tour par tour stratégique. En ajoutant quelques subtilités à première vue très bien pensées, avec une caractéristique « Chance » qui va permettre d'activer les compétences, mais aussi servir à gérer de l'esquive (baissant quand le personnage évite un tir, remontant quand il est touché), ou encore une gestion des couvertures assez astucieuse, la qualité de ceux-ci influant à la fois sur les chances de toucher, mais aussi sur les dégâts subis. Et autant la gestion de la Chance tourne bien, autant la seconde idée est probablement une des plus malheureuses du jeu. Couplé au fait que seuls les adversaires ont un « tir en réaction » (l'« overwatch » de X-Com, qui permet de réserver son action pour tirer sur un adversaire qui rentre dans la zone qu'on contrôle) et au fait que les personnages tombent en général en une ou deux balles, ce système n'incite qu'à une chose : rester caché et laisser venir l'adversaire. En ajoutant une gestion des lignes de vue allant du moyen au déplorable (et surtout fort peu lisibles), les combats, de potentiellement palpitants, se retrouvent à rapidement osciller entre le fastidieux et l'agaçant.


Dans les doléances à exprimer, on peut rajouter de trop nombreux bugs, ou encore un suivi entre les scénarios un peu léger, qui fait qu'on n'a pas de réel sentiment de progression des personnages entre ceux-ci (on a généralement droit à une remise à zéro). Néanmoins, l'ambiance de western fantastique et sombre évoque tout autant Lovecraft que le jeu de rôle sur table Deadlands, avec ses tentacules et ses savants fous créateurs de machines impossibles, et donne tout de même envie de continuer à avancer, quand la frustration ne l'emporte pas.

Au final, cet Hard West donne le sentiment d'un mille-feuilles mal agencé : il y a une quantité folle de microsystèmes (mélange de RPG-light, de tactical avec des détails foisonnants, de la gestion des couverts à la chance en passant par une poignée de compétences, de jeu d'aventure avec une pointe de gestion différente selon les scénarios), mais on a en conséquence le sentiment qu'aucun de ces systèmes n'a été réellement approfondi. Que le jeu, à la fois, reste un peu en surface de ce qu'il aborde et n'a pas réussi à affiner ses différentes parties ; celles-ci se retrouvent donc mal reliées les unes aux autres, tout autant qu'elles pâtissent d'une finition trop légère. Pour autant, cette aventure dans le Grand Ouest n'est pas déplaisante, et, de patch en patch, on peut espérer qu'elle devienne réellement recommandable.

Dimitri Pawlowski














Partagez sur :
 

Il est clair que les moyens techniques ne sont pas fous, mais ce n'est pas pour des graphismes pétaradants qu'on joue à Hard West. Ceux-ci font le travail et, surtout, contribuent à l'ambiance globale du titre, renforcée par une bande-son de belle qualité, plongeant le joueur dans une ambiance crépusculaire et malsaine, crasseuse et poussiéreuse.
Le souci est ailleurs : le jeu est particulièrement buggué, avec certains scénarios impossibles à finir pour certains joueurs, un jeu qui ne démarre pas tout simplement chez d'autres, et pas mal de petits cahots en cours de partie, à quoi on ne peut que rajouter les problèmes de ligne de vue évoqués au-dessus, ou encore une I.A. particulièrement inégale (et généralement faiblarde). En l'état actuel des choses, surtout à cause de ses bugs trop nombreux et pour certains particulièrement handicapants, impossible de louer la technique de Hard West ; si des patchs réparent les soucis principaux, l'ensemble tiendra bien plus la route.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2020